Extension Factory Builder
08/08/2012 à 13:07
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Thomas Lubanga, condamné le 10 juillet dernier à 14 ans de prison par la CPI. Thomas Lubanga, condamné le 10 juillet dernier à 14 ans de prison par la CPI. © AFP

La CPI est le seul tribunal pénal international permettant la participation des victimes aux procédures. Pour la première fois, mardi 7 août, il a ordonné réparation pour des victimes dans le cadre de la condamnation de l'ex-milicien de RDC, Thomas Lubanga.

Après avoir condamné, le 10 juillet dernier, l'ex-chef de milice congolais Thomas Lubanga à 14 ans de prison, la CPI a décidé, mardi 7 août, de faire indemniser les victimes de ses crimes. « C'est la première fois que la Cour ordonne réparation pour les victimes », a déclaré à Fadi el-Abdallah, le porte-parole de la Cour, qui est confrontée à un défi de taille.

Il faut tout d’abord réunir les sommes nécessaires, et il n'est pas sûr qu'elles soient suffisantes. Elles doivent être mises à disposition par le Fonds au profit des victimes créé en vertu du traité fondateur de la CPI et dirigé par Pieter de Baan. Financé par des donations publiques ou privées, celui-ci a réservé pour l’instant 1,2 millions d'euros pour les réparations ordonnées dans le cadre des condamnations de la CPI - pas seulement celle de Lubanga, donc. Lequel a, en outre, « été déclaré indigent et ne semble posséder à ce jour aucun bien ou avoir », a précisé la Cour dans un communiqué.

Au-delà de la question de l'argent, se pose celle du recensement des victimes pouvant bénéficier des réparations de la CPI. Combien sont-elles ? « Nous nous attendons à ce qu'environ 1 000 victimes soient éligibles en vue d'une réparation », a affirmé Pieter de Baan. Qui ajoute que les critères d'éligibilité sont « plus larges » que ceux ayant permis à 123 victimes de participer à la procédure contre Lubanga. Seule une chose est sûre : les bénéficiaires potentiels sont « les personnes qui ont directement ou indirectement subi un préjudice du fait de l'enrôlement, de la conscription et de l'utilisation d'enfants de moins de 15 ans » en Ituri entre le 1er septembre 2002 et le 13 août 2003, a indiqué la CPI dans son communiqué.

Négociations sur la nature des réparations

Contrairement aux 80 000 autres victimes de crimes commis en RDC et en Ouganda, qui bénéficient depuis 2008 d'un programme d'assistance du Fonds au profit des victimes, la totalité des familles des quelque 60 000 personnes mortes depuis 1999 en Ituri lors d'affrontements interethniques ou de combats entre milices, n'est pas concernée. Que pourront obtenir les personnes rentrant dans les critères définis par la CPI ?

D'abord, les victimes devront faire elles-mêmes des propositions de réparations au Fonds qui les soumettra lui-même aux juges. Elles peuvent très bien ne pas demander de l’argent de manière directe. De Baan assure préférer que les indemnisations prennent la forme de programmes d'éducation et de suivis psychologiques, plutôt que d'un simple transfert d'argent difficile à contrôler. Comme le prouve le scandale de l’indemnisation des victimes du Probo-Koala en Côte d’Ivoire.

Enfin, les victimes - celles qui sont encore en vie - peuvent toujours obtenir de Lubanga quelque chose qu’il sera libre de donner ou non, gratuitement et sans condition. Quelque chose qui n'a pas de prix : « Il peut présenter volontairement des excuses aux victimes, de façon publique ou confidentielle », précise la Cour. Apparemment, ce n'est toujours pas fait.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

RD Congo

RDC : retour à Kinshasa du proche de Bemba, Fidèle Babala

RDC : retour à Kinshasa du proche de Bemba, Fidèle Babala

Libéré mardi par la Cour pénale internationale (CPI), qui le soupçonne de subornation de témoins, le secrétaire général adjoint du Mouvement de libération du Congo ([...]

Un Michel peut en cacher un autre

Le nouveau Premier ministre se prénomme Charles et n'a que 38 ans. Mais il a de qui tenir. Louis, son père, est un vieux briscard de la politique locale. Et de la "Belgafrique".[...]

RDC : deux jeunes tués dans une manifestation contre la Monusco dans l'Est

Les protestations contre la Monusco ont fait deux morts et un blessé par balle mardi, dans l'est de la RDC, a annoncé mercredi une fédération d'association.[...]

RDC : "Vieux Ebola", le nouveau surnom de Koffi Olomidé ne passe pas

Le chanteur congolais (RDC) Koffi Olomidé, 58 ans, été arrêté mardi à Kinshasa pour avoir accroché dans la rue des banderoles annonçant le concert de "Vieux [...]

France : Patrick Balkany rattrapé par ses pratiques douteuses en Afrique

Patrick Balkany, député et maire de Levallois-Perret, en banlieue parisienne, a été mis en examen, mardi, pour "blanchiment de fraude fiscale", "corruption" et "blanchiment de[...]

RDC : le docteur Mukwege, lauréat du prix Sakharov du Parlement européen

Le docteur congolais Denis Mukwege s'est vu décerner mardi le Prix Sakharov 2014 pour son travail auprès des femmes victimes de violences sexuelles dans les conflits armés de l'est de la RDC.[...]

Sondage : faut-il reporter la CAN 2015, la déplacer ou l'annuler à cause d'Ebola ?

Se jouera-t-elle ou pas ? À quelle date ? Où ? Les rumeurs vont bon train au sujet de la Coupe d'Afrique des nations, prévue en janvier 2015 au Maroc mais menacée par l'épidémie d'Ebola.[...]

La RD Congo vend son énergie et son potentiel agricole à Londres

 Le premier Global Africa Investment Summit à Londres a été nettement dominé par la présence des pays anglophones. Rare exception, la RD Congo a présenté plusieurs projets[...]

RDC : opération "villes mortes" dans les grandes agglomérations du Nord-Kivu

Une opération "villes mortes" a été organisée mardi dans la plupart des grandes agglomérations du Nord-Kivu (est de la RDC) pour protester contre l'insécurité[...]

"Mbata ya bakolo" : au Congo, la vie sans les "Zaïrois" de RDC

Comment vivre sans les "Zaïrois" ? Lancée début avril, l’opération "Mbata ya bakolo" ("La gifle des aînés" en lingala) a laissé des traces dans[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers