Extension Factory Builder
08/08/2012 à 13:07
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Thomas Lubanga, condamné le 10 juillet dernier à 14 ans de prison par la CPI. Thomas Lubanga, condamné le 10 juillet dernier à 14 ans de prison par la CPI. © AFP

La CPI est le seul tribunal pénal international permettant la participation des victimes aux procédures. Pour la première fois, mardi 7 août, il a ordonné réparation pour des victimes dans le cadre de la condamnation de l'ex-milicien de RDC, Thomas Lubanga.

Après avoir condamné, le 10 juillet dernier, l'ex-chef de milice congolais Thomas Lubanga à 14 ans de prison, la CPI a décidé, mardi 7 août, de faire indemniser les victimes de ses crimes. « C'est la première fois que la Cour ordonne réparation pour les victimes », a déclaré à Fadi el-Abdallah, le porte-parole de la Cour, qui est confrontée à un défi de taille.

Il faut tout d’abord réunir les sommes nécessaires, et il n'est pas sûr qu'elles soient suffisantes. Elles doivent être mises à disposition par le Fonds au profit des victimes créé en vertu du traité fondateur de la CPI et dirigé par Pieter de Baan. Financé par des donations publiques ou privées, celui-ci a réservé pour l’instant 1,2 millions d'euros pour les réparations ordonnées dans le cadre des condamnations de la CPI - pas seulement celle de Lubanga, donc. Lequel a, en outre, « été déclaré indigent et ne semble posséder à ce jour aucun bien ou avoir », a précisé la Cour dans un communiqué.

Au-delà de la question de l'argent, se pose celle du recensement des victimes pouvant bénéficier des réparations de la CPI. Combien sont-elles ? « Nous nous attendons à ce qu'environ 1 000 victimes soient éligibles en vue d'une réparation », a affirmé Pieter de Baan. Qui ajoute que les critères d'éligibilité sont « plus larges » que ceux ayant permis à 123 victimes de participer à la procédure contre Lubanga. Seule une chose est sûre : les bénéficiaires potentiels sont « les personnes qui ont directement ou indirectement subi un préjudice du fait de l'enrôlement, de la conscription et de l'utilisation d'enfants de moins de 15 ans » en Ituri entre le 1er septembre 2002 et le 13 août 2003, a indiqué la CPI dans son communiqué.

Négociations sur la nature des réparations

Contrairement aux 80 000 autres victimes de crimes commis en RDC et en Ouganda, qui bénéficient depuis 2008 d'un programme d'assistance du Fonds au profit des victimes, la totalité des familles des quelque 60 000 personnes mortes depuis 1999 en Ituri lors d'affrontements interethniques ou de combats entre milices, n'est pas concernée. Que pourront obtenir les personnes rentrant dans les critères définis par la CPI ?

D'abord, les victimes devront faire elles-mêmes des propositions de réparations au Fonds qui les soumettra lui-même aux juges. Elles peuvent très bien ne pas demander de l’argent de manière directe. De Baan assure préférer que les indemnisations prennent la forme de programmes d'éducation et de suivis psychologiques, plutôt que d'un simple transfert d'argent difficile à contrôler. Comme le prouve le scandale de l’indemnisation des victimes du Probo-Koala en Côte d’Ivoire.

Enfin, les victimes - celles qui sont encore en vie - peuvent toujours obtenir de Lubanga quelque chose qu’il sera libre de donner ou non, gratuitement et sans condition. Quelque chose qui n'a pas de prix : « Il peut présenter volontairement des excuses aux victimes, de façon publique ou confidentielle », précise la Cour. Apparemment, ce n'est toujours pas fait.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

RD Congo

RDC : cinq morts après une nouvelle attaque à la machette près de Beni

RDC : cinq morts après une nouvelle attaque à la machette près de Beni

Le territoire de Beni, région de l'est de la République démocratique du Congo (RDC) a été une nouvelle fois le théâtre de tueries à l'arme blanche, dans la nuit de jeudi &agra[...]

RDC : enlèvement de trois membres de la Monusco dans le Nord-Kivu

Deux Congolais et un Zimbabwéen, membres de l'unité de la Monusco chargée du déminage et de la neutralisation des munitions non explosées, ont été enlevés jeudi au[...]

Incident frontalier entre le Rwanda et la RDC : qui dit vrai ?

Les autorités du Nord-Kivu, dans l'est de la RDC, ont confirmé jeudi l’"infiltration" depuis dimanche de troupes rwandaises sur le territoire congolais. Mais il ne s'agirait que de[...]

RDC - Angola : ça plane pour Kabila et Dos Santos

Longtemps tendues, les relations entre la RDC et l'Angola connaissent une embellie. La preuve, les vols ont repris jeudi entre les deux pays.[...]

Football : retour sur près de 50 ans de violences dans les stades africains

Avec la condamnation à mort le 19 avril de onze supporters égyptiens lors d'un nouveau procès des émeutes de 2012 à Port-Saïd, la violence dans les stades s'est rappelée au (mauvais)[...]

RDC : le gouverneur du Nord-Kivu dénonce une incursion rwandaise à 120 km au nord de Goma

Les autorités congolaises ont confirmé mercredi l'incursion de militaires rwandais en RDC, dans le Nord-Kivu, en plein parc des Virunga. La raison de leur présence n'a toutefois pas été[...]

RDC : polémique, loi coloniale et fosses communes

La découverte d'une fosse commune à Maluku suscite l'émoi et un débat sur les modalités d'inhumation des cadavres non réclamés par leur famille. Surprise : c'est une loi[...]

Centrafrique : fin de cavale à Kinshasa pour Vomitiadé, l'ancien ministre du Tourisme

Condamné le 8 avril à deux ans de prison ferme pour viol sur mineure, l'ex-ministre centrafricain du Tourisme, Romaric Vomitiadé, est aujourd'hui en garde à vue à Kinshasa après[...]

RDC - Affaire Chebeya : reprise du procès en appel après deux ans d'interruption

Le procès en appel des assassins présumés du président de l'ONG congolaise la Voix des sans voix (VSV), Floribert Chebeya, et de son chauffeur, Fidèle Bazana, a repris mardi. La Haute Cour de[...]

RDC - José Makila : "On ne peut pas entasser des Congolais comme des rats dans une fosse commune"

Plus de 50 députés de l'opposition ont déposé dimanche une motion de défiance contre Évariste Boshab, vice-Premier ministre en charge de l'Intérieur. Selon eux, sa[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120808125012 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120808125012 from 172.16.0.100