Extension Factory Builder
08/08/2012 à 12:24
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des rebelles du M23 dans l'est de la RDC. Des rebelles du M23 dans l'est de la RDC. © AFP

Un communqué de la Mission de l'ONU en République démocratique du Congo (Monusco) pointe du doigt l'enrôlement forcé de civils par les rebelles du M23. Parmi eux figurent des enfants.

Le recrutement forcé de civils par les groupes armés caractérise depuis longtemps les conflits en RDC. D'après la Monusco, l'est de la RDC est en train de renouer avec ses vieux démons. Mardi, la force onusienne a exprimé dans un rapport sa profonde inquiétude face à la recrudescence d'enrôlements forcés de civils, dont des enfants, par la nouvelle rébellion du M23 et d'autres groupes armés dans l'est du pays.

Dans un communiqué publié à Kinshasa, la Monusco fait part de sa profonde inquiétude quant au grand nombre de preuves « de recrutement forcé de civils (...) à des fins militaires et non-militaires » par le M23, le Mouvement du 23 mars, composé de mutins ex-rebelles qui affrontent l'armée depuis mai.

« Le nombre de personnes recrutées a augmenté considérablement depuis la reprise des hostilités dans l'est du pays », a déclaré le chef de la Monusco, Roger Meece, cité dans le texte.

« Cette pratique s'est accentuée plus particulièrement du fait des actions du M23 dans le territoire de Rutshuru, dans la province du Nord-Kivu », a-t-il ajouté, avant d'appeler l'ensemble des groupes armés à mettre un terme à ce type d'enrôlements.

Des civils exécutés

Plus de 100 cas de recrutement forcé de civils par le M23 - la plupart d'entre eux ayant 24 ans et moins, dont 26 enfants - ont été documentés depuis le mois d'avril 2012. Des rapports indiquent néanmoins que le nombre total pourrait être largement supérieur, poursuit le communiqué.

Depuis début 2012, plus de 150 enfants auraient été recrutés par des groupes armés dans l'est du pays, que ce soit par le M23 ou par d'autres groupes armés comme des combattants Mayi-Mayi, les Forces démocratique de libération du Rwanda (FDLR) et l'Armée de résistance du Seigneur (LRA), une rébellion ougandaise.

Des personnes interrogées ont décrit comment elles avaient été forcées de porter le butin de pillages, des réserves et des munitions sur de longues distances. Arrivées à leur destination, elles auraient reçu des uniformes, des armes et auraient suivi un entraînement militaire dans des camps. Des civils qui auraient résisté à leur recrutement auraient aussi été exécutés, écrit la Monusco dans son communiqué.

Conférence internationale à Kampala

L'Ouganda abrite à partir de mardi un sommet de la Conférence internationale de la région des Grands Lacs (CIRGL) où seront discutées les contours d'une force internationale neutre devant combattre les groupes armés dans l'est congolais.

Cette force devrait être déployée à la frontière entre la RDC et le Rwanda, que l'ONU, des ONG et plus récemment le président Joseph Kabila accusent de soutenir le M23, ce que Kigali a toujours démenti.

Alors que débutait la réunion de Kampala, la secrétaire d'État américaine Hillary Clinton, en visite à Pretoria, a exhorté les États d'Afrique centrale, notamment le Rwanda, à coopérer pour priver de soutiens le M23.

Les membres du M23 sont issus de l'ex-rébellion congolaise du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP), à l'époque soutenu par le Rwanda. Les ex-CNDP avaient été intégrés dans l'armée en 2009 à la faveur d'un accord avec Kinshasa, dont les mutins réclament aujourd'hui la pleine application.

Depuis mai, les combats entre armée et M23 ont forcé plus de 250 000 Congolais à fuir, notamment vers le Rwanda et l'Ouganda voisins.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

RD Congo

Éric Jennings : 'L'Afrique a financé la résistance française'

Éric Jennings : "L'Afrique a financé la résistance française"

Sans l'engagement d'une partie du continent, de Gaulle aurait-il pu vaincre l'Allemagne nazie ? Pas sûr. C'est ce que démontre l'historien dans un ouvrage fort documenté, fruit d'une large enquête[...]

RDC : blessé par balles, le directeur du parc des Virunga en soins intensifs

Le Belge Emmanuel de Mérode, directeur du parc national des Virunga (est de la RDC), était en soins intensifs mercredi après avoir été grièvement blessé au cours d'une attaque, la[...]

RDC : Étienne Tshisekedi s'accroche... Et agace ?

Depuis quelques semaines, les rumeurs vont bon train au sujet de la santé d'Étienne Tshisekedi, âgé de 81 ans. Mais aux dernières nouvelles il irait mieux. Au point de reprendre à[...]

RDC : à quoi joue Léon Kengo wa Dondo ?

En évoquant une possible révision de la Constitution, le président du Sénat, Léon Kengo wa Dondo, a jeté le trouble. A priori, il est exclu de toucher à la limitation du[...]

RDC : Abdou Diouf décoré du "Grand Cordon Kabila-Lumumba"

Arrivé à la fin de son mandat à la tête de l'Organisation internationale de la francophonie (OIF), Abdou Diouf a été décoré lundi soir à Kinshasa du plus haut grade de[...]

Interrogations après la mort en RDC du chef rebelle "Morgan"

Paul Sadala alias "Morgan", chef rebelle congolais, a été tué lundi par l'armée congolaise lors de son transfèrement vers Bunia dans le nord-est de la RDC.[...]

Football : Carteron sélectionneur de la RDC ? Katumbi ne dit pas non

À la recherche d’un sélectionneur, la RDC étudie plusieurs pistes. Dont celle menant à Patrice Carteron, l’entraîneur français du TP Mazembe, qui cumulerait les deux[...]

RDC : où sont passés les centaines d'otages des ADF dans le Nord-Kivu ?

Enfants, médecin, prêtres, membres de MSF… Entre 2010 et 2013, des centaines de personnes ont été enlevées par les ADF dans l'est de la RDC. Au moment où la traque contre ces[...]

RDC : comment va Étienne Tshisekedi ?

Au moment où des rumeurs folles circulent à Kinshasa sur l'état de santé d'Étienne Tshisekedi, ses proches tentent de rassurer. Selon eux, l'opposant historique congolais va mieux mais a encore[...]

RD Congo : Carlo Lekea, développeur-pionnier

Carlo Lekea est le développeur de la première application mobile réalisée en RD Congo. À 22 ans, ce jeune homme ambitieux entend bien en développer de nombreuses autres, en dépit de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers