Extension Factory Builder
08/08/2012 à 12:24
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des rebelles du M23 dans l'est de la RDC. Des rebelles du M23 dans l'est de la RDC. © AFP

Un communqué de la Mission de l'ONU en République démocratique du Congo (Monusco) pointe du doigt l'enrôlement forcé de civils par les rebelles du M23. Parmi eux figurent des enfants.

Le recrutement forcé de civils par les groupes armés caractérise depuis longtemps les conflits en RDC. D'après la Monusco, l'est de la RDC est en train de renouer avec ses vieux démons. Mardi, la force onusienne a exprimé dans un rapport sa profonde inquiétude face à la recrudescence d'enrôlements forcés de civils, dont des enfants, par la nouvelle rébellion du M23 et d'autres groupes armés dans l'est du pays.

Dans un communiqué publié à Kinshasa, la Monusco fait part de sa profonde inquiétude quant au grand nombre de preuves « de recrutement forcé de civils (...) à des fins militaires et non-militaires » par le M23, le Mouvement du 23 mars, composé de mutins ex-rebelles qui affrontent l'armée depuis mai.

« Le nombre de personnes recrutées a augmenté considérablement depuis la reprise des hostilités dans l'est du pays », a déclaré le chef de la Monusco, Roger Meece, cité dans le texte.

« Cette pratique s'est accentuée plus particulièrement du fait des actions du M23 dans le territoire de Rutshuru, dans la province du Nord-Kivu », a-t-il ajouté, avant d'appeler l'ensemble des groupes armés à mettre un terme à ce type d'enrôlements.

Des civils exécutés

Plus de 100 cas de recrutement forcé de civils par le M23 - la plupart d'entre eux ayant 24 ans et moins, dont 26 enfants - ont été documentés depuis le mois d'avril 2012. Des rapports indiquent néanmoins que le nombre total pourrait être largement supérieur, poursuit le communiqué.

Depuis début 2012, plus de 150 enfants auraient été recrutés par des groupes armés dans l'est du pays, que ce soit par le M23 ou par d'autres groupes armés comme des combattants Mayi-Mayi, les Forces démocratique de libération du Rwanda (FDLR) et l'Armée de résistance du Seigneur (LRA), une rébellion ougandaise.

Des personnes interrogées ont décrit comment elles avaient été forcées de porter le butin de pillages, des réserves et des munitions sur de longues distances. Arrivées à leur destination, elles auraient reçu des uniformes, des armes et auraient suivi un entraînement militaire dans des camps. Des civils qui auraient résisté à leur recrutement auraient aussi été exécutés, écrit la Monusco dans son communiqué.

Conférence internationale à Kampala

L'Ouganda abrite à partir de mardi un sommet de la Conférence internationale de la région des Grands Lacs (CIRGL) où seront discutées les contours d'une force internationale neutre devant combattre les groupes armés dans l'est congolais.

Cette force devrait être déployée à la frontière entre la RDC et le Rwanda, que l'ONU, des ONG et plus récemment le président Joseph Kabila accusent de soutenir le M23, ce que Kigali a toujours démenti.

Alors que débutait la réunion de Kampala, la secrétaire d'État américaine Hillary Clinton, en visite à Pretoria, a exhorté les États d'Afrique centrale, notamment le Rwanda, à coopérer pour priver de soutiens le M23.

Les membres du M23 sont issus de l'ex-rébellion congolaise du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP), à l'époque soutenu par le Rwanda. Les ex-CNDP avaient été intégrés dans l'armée en 2009 à la faveur d'un accord avec Kinshasa, dont les mutins réclament aujourd'hui la pleine application.

Depuis mai, les combats entre armée et M23 ont forcé plus de 250 000 Congolais à fuir, notamment vers le Rwanda et l'Ouganda voisins.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

RD Congo

RDC : bêcheurs en eaux troubles

De jour comme de nuit, cela ne peut passer inaperçu. Qu'est-ce donc ? Des lettres en gros caractères gravées sur un immeuble : "Bandal, c'est Paris." Bandal - ou plutôt Bandalungwa, pou[...]

Après la chute de Compaoré, Kabila peut-il faire réviser la Constitution de RDC ?

On le sait : la chute de Blaise Compaoré a été énormément suivie et commentée dans les pays africains. En RDC notamment, où l'hypothèse d'une révision[...]

Pierre Kwenders, son excellence l'ambassadeur plénipotentiaire du Bantouland

Avec un premier album métissant hip-hop, jazz et rumba, le chanteur Pierre Kwenders ose un mélange des genres détonnant.[...]

CAN 2015 : Nigeria out, Côte d'Ivoire, RDC et Guinée in

Le Nigeria, tenant du titre, a été éliminé lors de la dernière journée des qualifications à la CAN 2015, le 19 novembre, au profit du Congo de Claude Le Roy. La RDC a[...]

Football - RDC : Yannis Mbombo, futur attaquant des Léopards ?

Né à Bruxelles de parents originaires de RD Congo, Yannis Mbombo (20 ans), prêté par le Standard Liège à Auxerre (Ligue 2), a été approché par Florent Ibenge, le[...]

RDC : les autorités annoncent la fin de l'épidémie d'Ebola dans le pays

Les autorités de Kinshasa ont annoncé samedi la fin de l'épidémie d'Ebola qui avait été déclarée fin août dans une zone reculée de la République[...]

RDC - CPI : comprendre le procès Bemba en 5 questions

Après les déclarations finales mercredi et jeudi de l'accusation et de la défense, l'affaire Bemba est désormais mise en délibéré. En attendant le verdict, retour en cinq questions[...]

RDC : pour l'accusation, Bemba est "responsable" de la "barbarie" de ses miliciens

Les avocats de Jean-Pierre Bemba tenteront de répondre jeudi aux accusations lancées la veille par le bureau du procureur de la CPI contre l'ancien vice-président congolais, jugé pour trois crimes de[...]

Crimes de guerre en RDC : dix ans de prison pour un ex-rebelle promu général

Un général congolais a été rattrapé par son passé de milicien vendredi à Kinshasa, où la justice l'a condamné à dix ans de prison ferme pour crimes de[...]

Bras de fer entre Orrick et la Banque mondiale autour d'Inga III

Le projet de barrage hydroélectrique Inga III en RD Congo est l'objet depuis quelques mois de vives tensions entre les différentes parties prenantes au sujet des honoraires perçus par les conseillers[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers