Extension Factory Builder
07/08/2012 à 23:29
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'un des chefs militaire d'Ansar Eddine, Omar Ould Hamaha. L'un des chefs militaire d'Ansar Eddine, Omar Ould Hamaha. © Capture d'écran Youtube

Appel au djihad, relations avec le Qatar, prédictions illuminées sur l'attente de vierges au paradis... Dans une vidéo en français, enregistrée le 16 avril dernier, l'un des chefs militaires d'Ansar Eddine, le Malien Omar Ould Hamaha, livre sa vision - aussi hallucinée que dangereuse - du djihad.

La vidéo de l'interview de Omar Ould Hamaha, enregistrée le 16 avril sur le téléphone d'un médecin dans la cour de l'hôpital de Gao, a été exhumée le 3 août par le site Malibuzz.com, qui l'a présentée comme sienne. Au-delà de la manipulation journalistique, cette vidéo authentique a au moins un mérite : celui d'être explicite. Assis à l'ombre d'un arbre, kalachnikov sur les genoux, la barbe roussie par le henné, le chef militaire du mouvement islamiste Ansar Eddine y expose ses théories fanatiques.

Dès le début de l'enregistrement, Omar Ould Hamaha, un Bérabiche de Tombouctou, rappelle les grands principes du mouvement auquel il s'est allié tout en continuant à appartenir vraisemblablement à Al-Qaïda au maghreb islamique (Aqmi). « Nous combattons au nom de l'islam et nous sommes pour la pratique de la charia, pas plus, pas moins, s'exclame-t-il. Il faut qu'on vive en bons musulmans et qu'on meurt en martyrs. »

Omar Ould Hamaha prétend aussi que les châtiments corporels de la charia qu'il défend ne seront appliqués que lors de la « domination complète [d'Ansar Eddine, NDLR] sur tout le territoire malien ». Après son interview, cependant, au moins une flagellation d'un couple non marié (à Tombouctou), et une lapidation à mort (à Kidal), ont déjà eu lieu au Nord-Mali. Interrogé également sur les rumeurs d'éventuels financements qataris envers son mouvement, il répond, agacé : « On a pas besoin du Qatar et nous ne sommes pas financés par le Qatar. C'est Allah notre financement. »

"Je vous apelle au djihad"

Sur la crise malienne, le chef militaire d'Ansar Eddine est clair. Pour lui, le gouvernement malien est un gouvernement « mécréant » à la botte de la France et des États-Unis. Il estime aussi que ses objectifs et ceux du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA) sont très différents. « Le MNLA a un but bien déterminé : c'est l'indépendance. Nous, nous ne sommes pas pour le découpage du Mali, on veut simplement la pratique de l'islam. »

Omar Ould Hamaha distingue également les bons et mauvais musulmans. « En Algérie, au Maroc, en Libye, ce ne sont pas des musulmans pratiquants. Il n'y a qu'un pays au monde qui a pratiqué l'islam, c'est l'Afghanistan des Talibans pendant cinq ans ». Concernant les otages détenus par les islamistes, il considère que « c'est la religion qui l'ordonne », insistant sur le fait que kidnapper des « gens du livre » comme les chrétiens est une méthode « légale ».

Turban sur la tête, il poursuit sa propagande djihadiste pendant de longues minutes. « Le djihad, c'est pour tout le monde : Noirs, Blancs, Arabes... La porte est ouverte. Le djihad est une obligation divine ». « Vous aussi vous devez faire le djihad, déclare-t-il à son interlocuteur. Je vous appelle à adhérer au djihad et même chercher à mourir pour le Prophète. » Le responsable d'Ansar Eddine n'hésite pas non plus à réclamer d'avantage d'enfants-soldats dans ses rangs. « Donnez-nous des jeunes volontaires. On va les entraîner, on va leur donner des armes », lance-t-il en face de la caméra.

Les vierges au goût de miel

Puis vient le temps des doctrines illuminées. « Il y a 72 femmes au paradis. Leur regard, c'est comme si tu allumais une bougie. Si elles crachent dans l'océan, ce serait buvable comme le lait et le miel. Si les gens donnent leur vie, c'est en guise d'avoir l'agrément d'Allah ».

À propos d'une intervention militaire contre ses troupes, qui serait soutenue par la France et les États-Unis, Omar Ould Hamaha ne se montre pas du tout impressionné. « Quand ils viendront ici, on montera vers le Sahara. Dites-leur qu'on se verra là-bas », rigole-t-il.

Le chef islamiste termine son intervention en proposant ses services, allant même jusqu'à se présenter en sauveur de l'Umma, la communauté des croyants. « Partout dans le monde, quand les musulmans nous appellent, on est prêts à venir les secourir. À Gao, la population nous a appellé au secours, c'est pour ça qu'on est venu. Si on nous appelle au Burkina, au Sénégal, ou même au Sierra Leone, on viendra ! » 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Afrique francophone : chef de l'opposition, un statut à double tranchant

Plusieurs pays d'Afrique francophone ont adopté un statut officiel de "chef de file de l'opposition". D'autres ont voté des textes mais attendent toujours la désignation de leur opposant en chef.[...]

Mali : procès en vue pour Sanogo

Attendu depuis des mois, le procès d'Amadou Haya Sanogo et de plusieurs autres membres de l'ex-junte malienne pourrait se tenir prochainement. "Peut-être en juin", estime une source judiciaire[...]

L'Afrique a-t-elle l'alimentation la plus saine du monde ?

Selon une étude de l'université de Cambridge, qui casse les clichés sur l'Afrique, le continent africain abriterait neuf des dix pays qui mangent le plus sainement au monde. Parmi eux, certains[...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Mali : l'avenir de l'Afrique au coeur du Forum de Bamako

Le 15e Forum de Bamako s’est déroulé du 19 au 21 février avec comme questionnement central l'avenir du continent à moyen terme.[...]

César 2015 : le film franco-mauritanien "Timbuktu" triomphe avec sept prix

Le film franco-mauritanien "Timbuktu" d'Abderrahmane Sissako, chronique de la vie quotidienne dans le nord du Mali sous la coupe des jihadistes, a triomphé vendredi à la 40e cérémonie des[...]

Mali : accord entre Bamako et les groupes armés pour une "cessation immédiate" des hostilités

Réunis à Alger pour un nouveau round des négociations de paix, le gouvernement malien et six groupes armés du nord du Mali ont signé jeudi, sous les auspices de l'Algérie et de l'ONU, un[...]

Mali : l'ombre d'Iyad Ag Ghali plane sur les négociations d'Alger

Soupçonné de manoeuvrer en coulisses en faisant régner la terreur parmi les Touaregs, le leader d'Ansar Eddine, Iyad Ag Ghali, demeure introuvable. Une ombre au tableau des négociations[...]

Nord du Mali : le Gatia, une milice loyaliste qui veut monter... jusqu'à Alger

En quelques mois, le Groupe autodéfense touareg imghad et alliés (Gatia) est devenu incontournable dans le nord du Mali. Au point que certains veulent l'inviter à la table des pourparlers d'Alger.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120807145018 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120807145018 from 172.16.0.100