Extension Factory Builder
07/08/2012 à 23:29
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'un des chefs militaire d'Ansar Eddine, Omar Ould Hamaha. L'un des chefs militaire d'Ansar Eddine, Omar Ould Hamaha. © Capture d'écran Youtube

Appel au djihad, relations avec le Qatar, prédictions illuminées sur l'attente de vierges au paradis... Dans une vidéo en français, enregistrée le 16 avril dernier, l'un des chefs militaires d'Ansar Eddine, le Malien Omar Ould Hamaha, livre sa vision - aussi hallucinée que dangereuse - du djihad.

La vidéo de l'interview de Omar Ould Hamaha, enregistrée le 16 avril sur le téléphone d'un médecin dans la cour de l'hôpital de Gao, a été exhumée le 3 août par le site Malibuzz.com, qui l'a présentée comme sienne. Au-delà de la manipulation journalistique, cette vidéo authentique a au moins un mérite : celui d'être explicite. Assis à l'ombre d'un arbre, kalachnikov sur les genoux, la barbe roussie par le henné, le chef militaire du mouvement islamiste Ansar Eddine y expose ses théories fanatiques.

Dès le début de l'enregistrement, Omar Ould Hamaha, un Bérabiche de Tombouctou, rappelle les grands principes du mouvement auquel il s'est allié tout en continuant à appartenir vraisemblablement à Al-Qaïda au maghreb islamique (Aqmi). « Nous combattons au nom de l'islam et nous sommes pour la pratique de la charia, pas plus, pas moins, s'exclame-t-il. Il faut qu'on vive en bons musulmans et qu'on meurt en martyrs. »

Omar Ould Hamaha prétend aussi que les châtiments corporels de la charia qu'il défend ne seront appliqués que lors de la « domination complète [d'Ansar Eddine, NDLR] sur tout le territoire malien ». Après son interview, cependant, au moins une flagellation d'un couple non marié (à Tombouctou), et une lapidation à mort (à Kidal), ont déjà eu lieu au Nord-Mali. Interrogé également sur les rumeurs d'éventuels financements qataris envers son mouvement, il répond, agacé : « On a pas besoin du Qatar et nous ne sommes pas financés par le Qatar. C'est Allah notre financement. »

"Je vous apelle au djihad"

Sur la crise malienne, le chef militaire d'Ansar Eddine est clair. Pour lui, le gouvernement malien est un gouvernement « mécréant » à la botte de la France et des États-Unis. Il estime aussi que ses objectifs et ceux du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA) sont très différents. « Le MNLA a un but bien déterminé : c'est l'indépendance. Nous, nous ne sommes pas pour le découpage du Mali, on veut simplement la pratique de l'islam. »

Omar Ould Hamaha distingue également les bons et mauvais musulmans. « En Algérie, au Maroc, en Libye, ce ne sont pas des musulmans pratiquants. Il n'y a qu'un pays au monde qui a pratiqué l'islam, c'est l'Afghanistan des Talibans pendant cinq ans ». Concernant les otages détenus par les islamistes, il considère que « c'est la religion qui l'ordonne », insistant sur le fait que kidnapper des « gens du livre » comme les chrétiens est une méthode « légale ».

Turban sur la tête, il poursuit sa propagande djihadiste pendant de longues minutes. « Le djihad, c'est pour tout le monde : Noirs, Blancs, Arabes... La porte est ouverte. Le djihad est une obligation divine ». « Vous aussi vous devez faire le djihad, déclare-t-il à son interlocuteur. Je vous appelle à adhérer au djihad et même chercher à mourir pour le Prophète. » Le responsable d'Ansar Eddine n'hésite pas non plus à réclamer d'avantage d'enfants-soldats dans ses rangs. « Donnez-nous des jeunes volontaires. On va les entraîner, on va leur donner des armes », lance-t-il en face de la caméra.

Les vierges au goût de miel

Puis vient le temps des doctrines illuminées. « Il y a 72 femmes au paradis. Leur regard, c'est comme si tu allumais une bougie. Si elles crachent dans l'océan, ce serait buvable comme le lait et le miel. Si les gens donnent leur vie, c'est en guise d'avoir l'agrément d'Allah ».

À propos d'une intervention militaire contre ses troupes, qui serait soutenue par la France et les États-Unis, Omar Ould Hamaha ne se montre pas du tout impressionné. « Quand ils viendront ici, on montera vers le Sahara. Dites-leur qu'on se verra là-bas », rigole-t-il.

Le chef islamiste termine son intervention en proposant ses services, allant même jusqu'à se présenter en sauveur de l'Umma, la communauté des croyants. « Partout dans le monde, quand les musulmans nous appellent, on est prêts à venir les secourir. À Gao, la population nous a appellé au secours, c'est pour ça qu'on est venu. Si on nous appelle au Burkina, au Sénégal, ou même au Sierra Leone, on viendra ! » 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Un soldat français des forces spéciales tué dans le nord du Mali

Un soldat français des forces spéciales tué dans le nord du Mali

Un sergent-chef français, membre des forces spéciales, a été tué mercredi au Mali lors d'une opération destinée à freiner la résurgence des jihadistes dans le nord du[...]

Mali : accrochages entre l'armée française et un "groupe armé terroriste de type Aqmi"

L'armée française a affronté dans la nuit de mardi à mercredi des combattants d'Aqmi, dans la vallée de l'Ametetai, au nord du Mali.[...]

Mali : MNLA, MAA et HCUA créent une coordination militaire commune

Le 28 octobre, les groupes armés de la coordination des mouvements de l'Azawad ont annoncé la création d'un état-major commun. Objectif prétendu : sécuriser les régions du Nord sous[...]

Mali : Pédro Kouyaté... métro, tempo, brio !

Après avoir exploré le monde et la tradition mandingue avec les plus grands, Pédro Kouyaté s'est posé dans le tube parisien. Entre deux concerts, le Malien envoûte les passants.[...]

Terrorisme : la Minusma a-t-elle les moyens de sécuriser le Nord-Mali ?

Pour le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, "le nord du Mali est fragilisé parce que la Minusma n'a pas été au rendez-vous au moment où il le fallait".[...]

Ebola : le Mali tente de contenir l'épidémie, mise en quarantaine aux États-Unis

Le Mali tente de juguler toute propagation du virus Ebola après l'annonce d'un premier cas dans le pays, tandis que les États-Unis ont placé une personne en quarantaine d'office pour la première fois.[...]

Mali : mort de la fillette, premier cas d'Ebola dans ce pays

Le premier cas d'Ebola identifié au Mali, une fillette de deux ans récemment revenue de Guinée, est morte vendredi, a annoncé le gouvernement.[...]

Ebola : un premier cas au Mali fait craindre l'arrivée de l'épidémie

Le Mali connaît son premier cas d'Ebola. Il s'agit d'une fillette de deux ans venue de Guinée avec sa grand-mère. Elle a été placée en quarantaine à Kayes (Ouest), a[...]

Mali : les Casques bleus, cibles privilégiées des jihadistes

Rarement mission onusienne aura autant été prise pour cible. Dans le Nord, les soldats de la Minusma sont seuls et en première ligne. Mines, tirs de roquettes et attentats ont déjà fait[...]

La course pour la direction du bureau Afrique de l'OMS est lancée...

Qui, début novembre, succédera à l'Angolais Luís Gomes Sambo à la tête du bureau Afrique de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ?[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers