Extension Factory Builder
06/08/2012 à 17:20
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le président Denis Sassou Nguesso vote au 2e tour des législatives, le 5 août 2012 à Brazzaville Le président Denis Sassou Nguesso vote au 2e tour des législatives, le 5 août 2012 à Brazzaville © AFP

Au lendemain du second tour des élections législatives, organisé dimanche 5 août, l'opposition congolaise a dénoncé des fraudes et relevé plusieurs incidents.

Comme pour le premier tour, organisé le 15 juillet, l'opposition congolaise est montée au créneau au lendemain du second tour des élections législatives. Lundi 6 août, elle a dénoncé de « flagrantes irrégularités » lors du scrutin tenu la veille, qui selon elle a été marqué par plusieurs incidents, notamment dans le sud du pays.

« Le vote d'hier a connu les mêmes irrégularités et les mêmes fraudes que lors du précédent tour », a déclaré Martin Kimpo, secrétaire national de l'Union panafricaine pour la démocratie sociale (Upads, premier parti de l'opposition).

Selon lui, l'Upads a été « laminée » pour qu'il n'ait pas de groupe au parlement. « Le pouvoir va se retrouver seul pour bien accomplir sa mission de modifier la constitution pour permettre au président Denis Sassou Nguesso de se porter encore candidat en 2016, alors que la constitution de 2002 le lui interdit », a-t-il ajouté.

Le parti de l'ancien chef de l'État Pascal Lissouba (1992-1997) avait menacé de bloquer le vote en cas d'irrégularités. Il n'a pas mis sa menace à exécution.

Faible participation

Le vote a été marqué par une faible participation à Brazzaville. À Pointe-Noire, dans le sud du pays, les militants de deux candidats se sont violemment affrontés dans un centre de vote, et un cameraman d'une chaîne locale qui filmait la scène a été battu et brièvement hospitalisé.

« Il y a eu beaucoup d'incidents mais parfois isolés à Pointe-Noire. Nous attendons les rapports des commissions locales pour analyser, puis statuer sur d'éventuels cas de fraudes », a affirmé Céphas Germain Ewangui, vice-président de la Commission nationale d'organisation des élections (Conel).

« Nous aurons les résultats dans 72 heures maximum, sinon nous allons les publier mardi », a indiqué dimanche le ministre de l'Intérieur Raymond Zéphirin Mboulou.

Le Parti congolais du travail (PCT, au pouvoir) semble assuré de conserver la majorité à la future Assemblée nationale, qui comptera 136 sièges au lieu des 139 initialement prévus. Trois circonscriptions de Brazzaville, touchées par les explosions début mars, n'ont en effet pas pu voter.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Congo (Brazzaville)

Boniface Mongo-Mboussa : 'La littérature africaine a perdu de son pouvoir de subversion'

Boniface Mongo-Mboussa : "La littérature africaine a perdu de son pouvoir de subversion"

Critique, éditeur, responsable du salon africain du livre de Genève et auteur d'une biographie de l'écrivain Tchicaya U Tam'si, le Congolais Boniface Mongo-Mboussa revient sur les forces et les faibless[...]

La course pour la direction du bureau Afrique de l'OMS est lancée...

Qui, début novembre, succédera à l'Angolais Luís Gomes Sambo à la tête du bureau Afrique de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ?[...]

Sondage : faut-il reporter la CAN 2015, la déplacer ou l'annuler à cause d'Ebola ?

Se jouera-t-elle ou pas ? À quelle date ? Où ? Les rumeurs vont bon train au sujet de la Coupe d'Afrique des nations, prévue en janvier 2015 au Maroc mais menacée par l'épidémie d'Ebola.[...]

"Mbata ya bakolo" : au Congo, la vie sans les "Zaïrois" de RDC

Comment vivre sans les "Zaïrois" ? Lancée début avril, l’opération "Mbata ya bakolo" ("La gifle des aînés" en lingala) a laissé des traces dans[...]

Bling-bling : mariage fastueux, mariage malheureux...

Alors que les cérémonies nuptiales africaines sont des démonstrations de force financière, une récente étude américaine indique qu’une bague de fiançailles trop[...]

Congo : les grands électeurs renouvellent la moitié du Sénat

Les grands électeurs congolais votaient dimanche pour renouveler la moitié du Sénat, où le parti au pouvoir et ses alliés devraient conserver une majorité écrasante.[...]

Prostitution et sexe 2.0 en Afrique

Nouvelles technologies, marketing, offre et demande, concurrence... À bien des égards, en Afrique aussi, les relations tarifées ressemblent de plus en plus à un business comme un autre.[...]

Congo : la justice française confirme la mise en examen du général Norbert Dabira

La demande d'annulation de la mise en examen du général congolais Norbert Dabira pour crimes contre l'humanité, dans l'affaire dite des disparus du Beach de Brazzaville, a été rejetée[...]

Comment l'Europe empêche le retour des migrants africains dans leur pays d'origine

Selon une étude de l'Ined publiée mercredi, les restrictions de la politique migratoire européenne constituent la principale barrière au retour des migrants dans leur pays d'origine.[...]

L'eldorado européen de la prostitution africaine

Des filières de prostitution structurées se sont mises en place entre l'Afrique et l'Europe. Lorsqu'elles ne tombent pas aux mains des mafieux, ces femmes développent un business florissant.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers