Extension Factory Builder
06/08/2012 à 12:35
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des soldats ivoiriens en patrouille à Abidjan. Des soldats ivoiriens en patrouille à Abidjan. © AFP

Des inconnus armés ont attaqué un camp militaire d'Abidjan lundi 6 août au petit matin. Le bilan provisoire fait état d'au moins six morts et plusieurs blessés.

Mis à jour à 17h15.

À peine vingt-quatre heures après l'assassinat de cinq membres des Forces Républicaines de Côte d'Ivoire (FRCI) dans le quartier de Yopougon, de nouvelles violences ont éclaté à Abidjan. Cette fois, c'est un camp militaire de la capitale économique ivoirienne qui a été visé par des inconnus armés.

Au moins six militaires ivoiriens et un assaillant ont été tués dans cette attaque. Une dizaine de soldats ont également été grièvement blessés.

Le camp des FRCI à Akouédo, situé dans le quartier de Cocody (nord), a été attaqué par des assaillants non identifiés à l'arme automatique et à la kalachnikov, entre 03h00 et 05h00 du matin.

Le camp « a fait l'objet d'une attaque ciblée par les deux entrées », mais grâce à l'envoi de FRCI en renfort, les assaillants ont été repoussés, a déclaré le ministre de la Défense Paul Koffi Koffi lors d'une visite du site.

Accompagné du chef d'état-major des FRCI, le général Soumaïla Bakayoko, et du ministre de l'Intérieur Hamed Bakayoko, il a affirmé que les attaques avaient fait sept morts : « nous avons perdu six éléments et ils ont perdu un des leurs ».

Les corps de six hommes en treillis ont été aperçus sur les lieux dans la matinée. Quatre corps étaient visibles par terre dans un bâtiment à l'entrée du camp, dont la porte a été défoncée. Du sang a été projeté sur le sol et les murs. À un poste de garde et à une sortie, deux autres corps gisaient au sol.

« Le bilan provisoire de l'attaque est d'environ sept morts et une dizaine de blessés graves dans les rangs des FRCI », a indiqué de son côté le chef de l'Onuci, Bert Koenders, dans un communiqué. Selon lui, le groupe armé « aurait pris des armes et munitions de l'armurerie, avant de quitter les lieux », ce qu'a confirmé une source militaire ivoirienne.

Des Casques bleus de la force Onuci, présents dans le camp d'Akouédo, « n'ont pas été engagés dans le combat », a souligné une source onusienne sous couvert d'anonymat.

Ratissage à Bingerville

« Les assaillants ont pris la fuite dans la direction de Bingerville », la ville voisine, a affirmé une source au sein de l'état-major des FRCI, tandis que Paul Koffi Koffi a annoncé « des ratissages et des battues » dans cette localité.

Une quarantaine de militaires à bord de pick-up, de 4x4 et d'autres véhicules patrouillaient dans les rues de Bingerville. Des soldats contrôlaient des voitures et disaient aux habitants de « rentrer au quartier », à la maison.

Le lundi 6 août est férié dans le pays, à la veille de la fête nationale qui doit être marquée par le traditionnel défilé militaire présidé par le chef de l'État Alassane Ouattara.

Aucune information n'était dans l'immédiat disponible sur l'identité des assaillants, ni sur un éventuel lien avec la mort de cinq FRCI dimanche, tués dans l'attaque d'un commissariat et d'un poste de contrôle de l'armée par des hommes lourdement armés à Yopougon, quartier ouest de la capitale économique.

Le ministre de la Défense, Paul Koffi Koffi, avait considéré que les attaques de Yopougon relevaient « du banditisme », mais sans exclure la piste de militaires criminels: « on va voir si l'enquête nous oriente vers des militaires, des membres des forces de l'ordre ou des civils ».

Dimanche ont également été rapportés des tirs vers le camp militaire d'Abengourou, dans l'est du pays, près de la frontière avec le Ghana.

L'insécurité a reculé dans le pays depuis la fin de la crise postélectorale de décembre 2010-avril 2011 ayant fait environ 3 000 morts. La circulation d'armes en tous genres, des ex-combattants mécontents de leur sort et des tensions ethniques toujours vives, en particulier dans l'Ouest, nourrissent des incidents parfois meurtriers.

La réforme de l'armée est l'un des grands défis du pouvoir, qui a promis de mettre en place un programme de désarmement, démobilisation et réinsertion (DDR) des ex-combattants non intégrés dans les FRCI. Ce chantier s'annonce hautement sensible et coûteux.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Côte d'Ivoire

Côte d'Ivoire : un VRP nommé Ouattara

Côte d'Ivoire : un VRP nommé Ouattara

Pour le président ivoirien Alassane Ouattara, qui savourait fin août ses derniers jours de vacances à Mougins, dans le sud de la France, la rentrée s'annonce chargée avec un voyage en Co[...]

Ebola : inquiète des conséquences économiques, la BAD va mobiliser 150 millions de dollars

Après avoir octroyé 60 millions de dollars à l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), pour lutter contre l’épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest, la Banque africaine de[...]

Côte d'Ivoire : la commune du Plateau se fait noter

La commune du Plateau est devenue la deuxième collectivité locale d’Afrique occidentale francophone, après la ville de Dakar, à se faire noter par Bloomfield Investments.[...]

Côte d'Ivoire : Guillaume Koffi et Issa Diabaté, l'architecture et l'art de la passivité

Les architectes ivoiriens Guillaume Koffi et Issa Diabaté s'inspirent de l'architecture traditionnelle africaine pour concevoir des bâtiments de plus en plus passifs. Mais résolument modernes.[...]

CAN 2015 : Ouattara ne veut pas de match Côte d'Ivoire-Sierra Leone à Abidjan

Le président ivoirien Alassane Ouattara a exprimé à un ministre son refus de voir le match Côte d'Ivoire-Sierra Leone se tenir à Abidjan, le 6 septembre. Mais pour l'instant, aucune solution de[...]

Présidentielle ivoirienne 2015 : les lièvres et la tortue

Alors que l'élection présidentielle ivoirienne aura lieu en octobre 2015, seul Alassane Ouattara a pour l'instant déclaré sa candidature. Les autres leaders politiques continuent de chercher celui qui[...]

Stanislas Zézé : "La notation de la Côte d'Ivoire a rassuré les entreprises locales"

Stanislas Zézé, PDG de Bloomfield Investment, et Jean-Paul Tonga, directeur des opérations de l'agence de notation basée à Abidjan, reviennent pour "Jeune Afrique" sur l'impact du[...]

Côte d'Ivoire : "Stop Ebola", un clip pour lutter contre le virus

Spots publicitaires, communiqués, messages radiophoniques, les campagnes de sensibilisation contre le virus Ebola battent leur plein sur le continent. En Côte d'Ivoire, un blogueur a décidé de[...]

Bientôt, les palmiers ivoiriens produiront de l'électricité

 À Aboisso, en Côte d'Ivoire, une minirévolution qui s'annonce : la construction d'une centrale d'énergie alimentée par de la biomasse, la première en Afrique à être[...]

Côte d'Ivoire : le FPI en a-t-il vraiment fini avec sa crise interne ?

La crise qui secoue le Front populaire ivoirien (FPI) a officiellement pris fin mardi. Mais les divergences de fond sur la ligne adoptée par la formation de l'ancien président ivoirien, Laurent Gbagbo, n'ont pas[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex