Extension Factory Builder
03/08/2012 à 15:38
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Nelson Mandela a passé 27 années en prison. Nelson Mandela a passé 27 années en prison. © Reuters

Si Londres est le centre du monde pour quelques semaines, si l’Afrique du Sud y brille depuis le début de l’olympiade britannique, les regards des Sud-Africains vont s’éloigner de Big Ben pour se reporter sur Howick. Il y a cinquante ans, Nelson Mandela y était arrêté. Incarcéré le 5 août 1962, Madiba ne sortira de détention que 27 ans plus tard, le 11 février 1990.

Il y a des cinquantenaires qui comptent plus que les autres. Celui-là sera dans la tête de tous les Sud-Africains. Il y a un demi-siècle, le 5 août 1962, Nelson Mandela entrait dans sa deuxième vie. Celle de captif. Le jeune avocat en lutte contre l’apartheid est alors, depuis deux ans, recherché par la police du régime. Surnommé « Black Pimpernel » (l’insaisissable), il multiplie pourtant les apparitions publiques depuis l’interdiction de son parti, le Congrès national africain (ANC), en 1960. Il vient même d’achever une « tournée » internationale qui l’a mené à Londres et à travers la jeune Afrique indépendante.

De retour d’une visite à Durban, sur la route de Johannesburg, sa cavale s’achève à Howick, alors qu’il voyage incognito dans la voiture du réalisateur blanc Cecil Williams, discutant des possibilités d’attentat contre la voie ferrée parallèle. « Essayer de m’échapper aurait été risqué », raconte-t-il lors d’une visite sur place en 1993. « J’ai décidé que le jeu était fini. » « L’arrestation a été très courtoise, très polie. Le policier faisait son devoir, il l’a fait conformément à la loi », confie-t-il.

Une vie de lutte

Et c’est « conformément à la loi » de l’apartheid que Mandela se présente devant le tribunal, surprenant l’assistance en assurant sa propre défense, vêtu d’un costume traditionnel en peau de léopard. Il écope tout d’abord de cinq ans d’emprisonnement pour avoir organisé une conférence interdite et être sorti du pays sans autorisation.
La sanction va toutefois s’alourdir lorsque la justice découvre que Madiba est à la tête, depuis quelques mois, de la branche armée de l’ANC, Umkhonto weSizwe (MK). À la suite du procès de Rivonia, qui jugera une dizaine de responsables de l'ANC entre 1963 et 1964 pour sabotage, Mandela est emprisonné à perpétuité. Il sortira 27 ans plus tard.

Le lieu de l’arrestation, situé sur la R103, l’ancienne route de Durban à Johannesburg, est désormais doublé par une autoroute. Une sculpture monumentale, composée de cinquante tiges de métal symbolisant la prison, y sera inaugurée samedi 4 août, en présence de l'actuel chef de l'État, Jacob Zuma. On y jugera également l’arrivée d’un marathon le 26 août. Une course de plus de 42 kilomètres afin de ne pas oublier une vie de lutte.

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Afrique du sud

Afrique du Sud : les députés partent en campagne contre la xénophobie

Afrique du Sud : les députés partent en campagne contre la xénophobie

Les députés sud-africains ont décidé de ne pas siéger la semaine prochaine pour faire campagne contre la xénophobie dans leurs circonscriptions après les violences ayant fait au m[...]

Tour de France : MTN-Qhubeka s'échauffe pour la Grande Boucle

Ils y sont arrivés. MTN-Qhubeka est la première équipe cycliste africaine à avoir été invitée au Tour de France (du 4 au 26 juillet 2015). Pourtant, le pari n’était[...]

Football : retour sur près de 50 ans de violences dans les stades africains

Avec la condamnation à mort le 19 avril de onze supporters égyptiens lors d'un nouveau procès des émeutes de 2012 à Port-Saïd, la violence dans les stades s'est rappelée au (mauvais)[...]

Afrique du Sud : l'armée déployée à Johannesburg pour prévenir de nouvelles violences xénophobes

Le gouvernement sud-africain a annoncé mardi le déploiement imminent de l’armée pour maintenir l’ordre dans le township d'Alexandra à Johannesburg et assister la police dans la lutte contre[...]

Afrique du Sud : quand le roi de la nation zouloue dérape...

En sommant les étrangers de "quitter le pays", Goodwill Zwelithini, le roi de la nation zouloue, a mis le feu aux poudres. Depuis, il a démenti ses propos. Trop tard...[...]

Xénophobie en Afrique du Sud : au secours, l'apartheid revient !

Les violences survenues à Durban ne sont pas un fait isolé. Cela fait des années que les migrants africains sont pris pour cible. Et que, sur fond de difficultés économiques, le poison de[...]

Afrique du Sud : le gouvernement promet de punir les auteurs des violences xénophobes

Le gouvernement sud-africain a promis dimanche de punir les auteurs des violences xénophobes qui ont fait au moins sept morts depuis début avril, alors que le Malawi et le Zimbabwe s'apprêtaient à[...]

Afrique du Sud : le président Zuma invite les immigrés à rester

Après une nouvelle nuit de pillages à Johannesburg, le président Jacob Zuma a annulé un voyage en Indonésie et s'est rendu samedi auprès de victimes de violences xénophobes, afin[...]

Afrique du Sud : Zuma annule un voyage après de nouvelles violences xénophobes

Le président sud-africain Jacob Zuma a annulé samedi un voyage à l'étranger après une nouvelle nuit de violences xénophobes perpétrées par des casseurs et pilleurs, qui[...]

Afrique du Sud : six morts et plus de 5 000 déplacés après des violences xénophobes

Depuis trois semaines, des violences xénophobes secouent l’Afrique du Sud. Une situation qui a déjà fait six morts et plus de 5 000 déplacés.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120803123635 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120803123635 from 172.16.0.100