Extension Factory Builder
03/08/2012 à 12:25
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Une pancarte devant la Brasserie Lipp à Paris, en octobre 1998, lors d'un rassemblement en hommage. Une pancarte devant la Brasserie Lipp à Paris, en octobre 1998, lors d'un rassemblement en hommage. © AFP

Soupçonné par la justice française d'avoir pris part à la préparation de l'enlèvement de l’opposant marocain Medhi Ben Barka à Paris en 1965, Housni Benslimane, président du Comité national olympique marocain (CNOM), est à Londres. Chargé de l’enquête, le juge français Patrick Ramaël souhaite l’interroger.

Chargé de l’enquête Ben Barka, le juge français Patrick Ramaël veut profiter de la présence à Londres d’Housni Benslimane pour interroger cet homme que la justice française soupçonne d'avoir pris part à la préparation de l'enlèvement de l’opposant marocain à Paris en 1965. Président du Comité national olympique marocain (CNOM), Housni Benslimane aurait été accrédité pour les Jeux olympiques, et, selon une source judiciaire, les autorités britanniques ont confirmé officieusement sa présence après en avoir été alerté par Patrick Ramaël.

Ex-capitaine et chef de la gendarmerie royale, Benslimane est dans le viseur du juge français depuis plusieurs années. En 2007, Patrick Ramaël avait lancé un mandat d’arrêt contre lui, malgré l’avis défavorable du parquet et d’Interpol. Mais ce mandat n'est plus exécutoire depuis 2009, le procureur de la République de l'époque, Jean-Claude Marin, ayant estimé que les charges n'étaient pas suffisamment détaillées, a affirmé une source judiciaire.

Fin mai 2009, alors que  Housni Benslimane séjournait en Espagne, le juge Ramaël avait déjà demandé aux autorités espagnoles de l'interpeller mais s'était heurté au refus de Madrid.

(Avec AFP)
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Maroc

Maroc : Bouhcine Foulane, 34 ans, la musique amazigh

Ils veulent faire revivre la musique amazigh sous un aspect moderne. Ribab Fusion - le ribab est une sorte de violon à corde unique typiquement amazigh -, ce sont six musiciens âgés de 26 à [...]

Maroc : Mounir Kejji, 42 ans, le désenclavement rural

Né à Goulmima, non loin d'Errachidia, il a été tour à tour militant universitaire, associatif et politique. Aujourd'hui, Mounir Kejji veut se consacrer au désenclavement des[...]

Maroc : Lahcen Amokrane, 36 ans, l'enseignement

Le secrétaire général de la Fédération nationale des associations d'enseignants du tamazight a du pain sur la planche. Depuis son introduction dans les établissements primaires en[...]

Maroc : Rachid El Hahi, 41 ans, l'action politique

Derrière le peintre, il y a le militant politique, celui qui, en 1991, comptait déjà parmi les signataires de la charte d'Agadir, premier document recensant les principales revendications amazighs et[...]

Maroc : Brahim Oummad, 31 ans, le développement durable

Sur le mont Alban, à 1 600 mètres d'altitude, les jeunes d'Imider ont improvisé un petit campement où ils organisent souvent des sit-in pour protester contre la politique d'exclusion[...]

Maroc : Khadija Arouhal, 35 ans, poète

En 1994, alors qu'elle était encore collégienne, elle écrit un poème en tifinagh - l'alphabet amazigh, qu'elle a appris toute seule - et l'épingle sur le panneau d'affichage de son[...]

Maroc : Kamal Hachkar, 37 ans, l'héritage judéo-berbère

Lorsque son film documentaire sur les Juifs de Tinghir (un village du Sud-Est) est sorti, Kamal Hachkar ne s'attendait pas à ce qu'il suscite l'ire des islamistes. Fils d'émigrés, il ne mesurait pas[...]

Maroc : Chakib El Khyari, 35 ans, militant des droits de l'homme

Connu pour son esprit rebelle, ce Rifain né à El Hoceima a, malgré son jeune âge, un passé de militant bien rempli. En 2009, il a été emprisonné pour ses[...]

France - Afrique : acheteeez... armes !

Qui sont les meilleurs clients de l'industrie militaire française ? Sur le continent, le Maroc, engagé dans une course avec l'Algérie, se montre particulièrement dépensier.[...]

Najat Vallaud-Belkacem : bulldozer de charme

Depuis son arrivée au ministère de l'Éducation nationale, cette icône de la gauche d'origine marocaine suscite la haine de l'extrême droite. Mais Najat Vallaud-Belkacem n'en a cure : elle[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex