Extension Factory Builder
02/08/2012 à 16:14
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Saleh Kebzabo milite pour une 'alternance démocratique' au Tchad. Saleh Kebzabo milite pour une "alternance démocratique" au Tchad. © Vincent Fournier/JA

Pour le chef de l'opposition tchadienne, Saleh Kebzabo, la situation politique au Tchad est totalement bloquée. Mais le leader de l'UNDR ne désespère pas de renouer les fils du dialogue avec le président Idriss Déby Itno, notamment dans la perspective de l'organisation du prochain scrutin présidentiel en 2016.

À 65 ans, Saleh Kebzabo n’a rien perdu de sa fougue. Le chef de l’opposition tchadienne entend bien rappeler qu’il est aujourd’hui l’adversaire numéro un du président Idriss Deby Itno. À la tête de l’Union nationale pour la démocratie et le renouveau (UNDR), qui compte onze députés à l’Assemblée nationale, il ne dévie pas de son objectif : la tenue d’un nouveau dialogue politique avec le pouvoir.

Lire aussi l'interview de Idriss Déby Itno : "J'ai trop longtemps prêché dans le désert".

Mais celui-ci peine à s’instaurer, tout comme le renouvellement de l’accord du 13 août 2007, issu de concertations entre majorité et opposition. « Nous sommes face à un blocage, confirme Saleh Kebzabo. Nous avons proposé un texte très précis, tirant les leçons de l’accord de 2007 et donnant de nouvelles directions, mais le pouvoir n’en veut pas. »

Voir l'interview de Saleh Kebzabo : 

À l’encontre d’Idriss Deby Itno, dont il avait pourtant rejoint le gouvernement après le Conférence nationale de 1993, il ne mâche pas ses mots. L’affaire Mahamat Saleh Annadif ? « Cette mascarade judiciaire aurait pu être évitée si nous ne vivions pas dans un État de non-droit. » Les rumeurs sur un coup d’État déjoué visant la présidence ? « Probablement un règlement de compte au sein de son propre entourage. » Et l’opposant de fustiger le « gangstérisme politique » du « régime militaire » tchadien.

"Alternance démocratique"

Le porte-parole adjoint de la Coordination des partis pour la défense de la Constitution (CPDC) veut croire que l’élection de François Hollande à la tête de la France permettra de redéfinir les relations entre leurs deux pays. Surtout, de faire enfin la lumière sur la disparition en 2008 de l’opposant Ibni Oumar Mahamat Saleh. « On parle d’Ibni, comme on aurait pu parler de Kebzabo, car j’aurais pu connaître le même sort. L’affaire ne doit pas s’enliser, c’est pourquoi les Tchadiens doivent participer activement à la Commission d’enquête mise en place. »

Partisan d’une « alternance démocratique », Saleh Kebzabo a aujourd’hui le regard tourné vers les élections législatives de 2015 et la présidentielle de 2016. Certain d’être en mesure de mettre en difficulté le président sortant, il n’entend pas se dérober. « C’est jouable. Le plus important, c’est d’en avoir la conviction. »
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tchad

Wikipédia : le classement des chefs d'État africains les plus populaires

Wikipédia : le classement des chefs d'État africains les plus populaires

Créé en 2001, Wikipédia s'est imposée depuis comme l'encyclopédie numérique la plus consultée au monde. Participative, elle rassemble des informations collectées par les util[...]

Tchad : une préfecture pour Baba Laadé, un cadeau empoisonné ?

L’ancien rebelle Abdelkader Baba Laadé, revenu à la légalité il y a plus d'un an, a été nommé préfet de la Grande Sido, région frontalière avec la [...]

Le retour surprise de Jean-Bernard Padaré au Tchad

Jean-Bernard Padaré, l’ancien garde des Sceaux tchadien tombé en disgrâce et poursuivi dans plusieurs affaires, s’était réfugié en France il y a quelques mois. Alors que des[...]

Lune de miel entre Idriss Déby Itno et François Hollande

François Hollande et Idriss Déby Itno se sont entretenus pendant près de deux heures le 19 juillet, à N'Djamena, à l’occasion de la première visite officielle du président[...]

Hollande prépare le lancement de l'opération Barkhane à N'Djamena

L’opération "Barkhane", du nom de la nouvelle configuration stratégique de l’armée française dans le Sahel qui devrait mobiliser 3 000 soldats environ, sera officiellement[...]

Hollande au Tchad pour l'installation du dispositif anti-terrorisme au Sahel

Le président français François Hollande achevait samedi son périple de trois jours en Afrique à N'Djamena, où il doit préparer l'installation du commandement de Barkhane, nouvelle[...]

Après la Côte d'Ivoire, Hollande au Niger et au Tchad en mode treillis

François Hollande poursuit sa minitournée africaine par des visites à Niamey et à N'Djamena, vendredi et samedi. Après avoir esssentiellement parlé économie avec Alassane Ouattara,[...]

Libye : les voisins s'invitent dans la crise, au grand dam des Occidentaux

Inquiets de voir le pays sombrer dans le chaos, les six pays frontaliers s'impliquent dans le dossier. Mais leur initiative, soutenue par l'Union africaine et la Ligue arabe, n'est pas du goût des Occidentaux.[...]

La Cemac entre rebelles, islamistes et pirates

C'est devant une Cemac impuissante que l'État centrafricain s'est effondré. Certes, la Communauté a tenté de s'interposer entre les parties en conflit. Mais pour mieux constater ensuite son[...]

Cemac : l'histoire d'un long accouchement

Surprise ! Le 16 mars 1994 à N'Djamena, au Tchad, l'Union douanière et économique des États de l'Afrique centrale (Udeac) est morte, sans signe avant-coureur. Elle est remplacée, le[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers