Extension Factory Builder
02/08/2012 à 09:15
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le leitmotiv des marcheurs : 'Non au pillage des ressources' et à la 'balkanisation de la RDC'. Le leitmotiv des marcheurs : "Non au pillage des ressources" et à la "balkanisation de la RDC". © Junior D.Kannah/AFP

Des dizaines de milliers de Congolais ont manifesté, mercredi 1er août, à travers la RDC et à Kinshasa en particulier, pour protester contre la guerre dans le Nord-Kivu. Des ONG se sont également jointes à la mobilisation, avec un discours beaucoup plus offensif contre le Rwanda, suspecté de soutenir les rebelles du M23.

« S’il faut faire des pactes avec Satan, avec le diable, on le fera ! Le Congo restera indivisible ! Non à la balkanisation ! » Eugène, 44 ans, compte parmi les milliers de catholiques qui ont manifesté pacifiquement mercredi à Kinshasa contre la guerre au Nord-Kivu (Est) où l’armée affronte depuis mai des mutins se réclamant du Mouvement du 23 mars (M23).

La « marche de l'espérance pour la paix » s’inscrit dans le cadre d’une série d’actions que la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco) organise « pour dire non à la balkanisation, non à la guerre, et oui à la paix », explique l’abbé Léonard Santedi, secrétaire général de la Cenco. Elle devait concerner les 47 diocèses du pays mais a été d’ampleur limitée au Nord-Kivu pour des raisons de sécurité.

Reste qu’à Kinshasa, comme à Kisangani (nord-est), Lubumbashi (sud-est) ou Kikwit (ouest), la marche – autorisée par les autorités et sécurisée par la police – a bien été suivie, selon l’abbé Santedi. Pour preuve, très tôt le matin, des groupes de quelques dizaines à plusieurs centaines de personnes, dont des enfants, ont défilé sur les artères de la capitale congolaise pour regagner l’un des quatorze points de rassemblement.

Pillage des ressources

Pour beaucoup vêtus de pagnes aux slogans religieux, les catholiques avaient en main une bible, un chapelet, un rameau de paix, une vierge Marie… et souvent un bandeau blanc noué autour de la tête. « C’est un symbole qui montre que nous sympathisons avec nos frères et sœurs qui tombent tous les jours à l’Est. On ne veut pas la balkanisation mais on le demande dans la paix », explique un marcheur, avec un léger sourire.

« Nos frères de l’Est souffrent et chacun doit apporter son soutien pour que la paix revienne dans notre pays, et plus particulièrement à l’Est », commente Eddy-Michel, la trentaine. « Notre pays est agressé, il y a des rébellions qui ont trop duré et nous pensons qu’il faut que cela cesse ! » tempête de son côté Cyprien, 58 ans, qui dénonce, comme bien d’autres, le « pillage » des ressources minières des Nord et Sud Kivu.

Kagamé dans le viseur

À ce titre, la teneur des calicots et des pancartes était éloquente : « Non à la balkanisation de la RDC », « Congo uni, Congo fort », « La RDC est indivisible, levons-nous et marchons »… Sur leur parcours, les fidèles, qui ont observé une minute de silence, ont chanté des textes bibliques avec plus ou moins de vigueur, et marqué des pauses pour prier – sous le regard curieux de badauds qui, en ce jour férié, n’étaient cependant pas nombreux.

De son côté, la Nouvelle société civile congolaise (NSCC), une ONG de défense des droits de l’Homme, n’a pas pris de gants. Elle a dénoncé directement le Rwanda, qui dément depuis le départ tout soutien au M23, alors que pleuvent les accusations de l’ONU, de plusieurs ONG et récemment même du chef de l’État congolais, Joseph Kabila.
« La NSCC dit non aux négociations avec les bandits de M. Paul Kagamé. (…) Notre combat, protéger l’intégrité de la RDC dans ses frontières de 1960 », indiquait une des banderoles de l’ONG. Une autre demandait « l’arrestation immédiate de Paul Kagamé et tous les terroristes du M23 par la CPI », la Cour pénale internationale.

_______

Par Awa Diallo, à Kinshasa

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

RD Congo

RDC : l'ONU souhaite la reprise de la coopération avec l'armée pour combattre les FDLR

RDC : l'ONU souhaite la reprise de la coopération avec l'armée pour combattre les FDLR

En froid avec Kinshasa, les Nations unies souhaitent relancer la coopération "le plus vite possible" avec l'armée afin de neutraliser les rebelles des Forces démocratiques de libération du Rwa[...]

RDC : Filimbi, drôles de révolutionnaires !

Les jeunes militant prodémocratie arrêtés par les autorités congolaises présentent des profils qui ne collent pas, mais alors pas du tout, avec le portrait qu'en fait Kinshasa. Explications.[...]

Kyungu wa Kumwanza : "La RDC doit privilégier les échéances électorales importantes"

De retour de Kinshasa, où il a pris part la semaine dernière à la réunion du bureau politique de la coalition au pouvoir, convoquée par le président Joseph Kabila, Antoine Gabriel Kyungu[...]

RDC : que deviennent les militants congolais arrêtés le 15 mars ?

Près de deux semaines après leur arrestation à l’issue d’une conférence de presse organisée avec les responsables de Y’en a marre et le Balai citoyen, plusieurs militants[...]

Mouvements citoyens africains : qui sont ces jeunes leaders qui font du bruit ?

Citoyens avant tout, ils se sont pourtant imposés comme des acteurs politiques à part entière. Smockey le Burkinabè, Fadel Barro le Sénégalais, Fred Bauma le Congolais... Voici notre[...]

Rififi à Conakry

Difficile de s'y retrouver quand pouvoirs et oppositions font des calendriers électoraux un enjeu majeur de la démocratie.[...]

RDC : la Monusco reconduite, mais réduite

La Monusco comptera 2 000 soldats de moins. Cette reconduction du mandat de la force onusienne survient en pleine brouille entre les Nations unies et Kinshasa.[...]

RDC : les Américains derrière les mouvements citoyens ?

Les autorités congolaises, qui ont durement mis fin à la rencontre entre les mouvements citoyens étrangers et congolais la semaine dernière, ont trouvé en Washington un responsable à ce[...]

RDC : trente éléphants tués en quinze jours par des braconniers dans le parc de la Garamba

Trente éléphants ont été abattus en deux semaines dans le Parc national de la Garamba, dans le nord-est de la RDC. Les responsables du parc accusent un groupe de braconniers soudanais d'avoir commis[...]

RDC : remous dans la majorité au sujet de la loi électorale

Sept partis de la majorité congolaise (RDC) ont exprimé leurs inquiétudes sur la révision de la Constitution. Après une réunion agitée, ils ont fini par rentrer dans le rang. [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120802090105 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120802090105 from 172.16.0.100