Extension Factory Builder
02/08/2012 à 09:15
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le leitmotiv des marcheurs : 'Non au pillage des ressources' et à la 'balkanisation de la RDC'. Le leitmotiv des marcheurs : "Non au pillage des ressources" et à la "balkanisation de la RDC". © Junior D.Kannah/AFP

Des dizaines de milliers de Congolais ont manifesté, mercredi 1er août, à travers la RDC et à Kinshasa en particulier, pour protester contre la guerre dans le Nord-Kivu. Des ONG se sont également jointes à la mobilisation, avec un discours beaucoup plus offensif contre le Rwanda, suspecté de soutenir les rebelles du M23.

« S’il faut faire des pactes avec Satan, avec le diable, on le fera ! Le Congo restera indivisible ! Non à la balkanisation ! » Eugène, 44 ans, compte parmi les milliers de catholiques qui ont manifesté pacifiquement mercredi à Kinshasa contre la guerre au Nord-Kivu (Est) où l’armée affronte depuis mai des mutins se réclamant du Mouvement du 23 mars (M23).

La « marche de l'espérance pour la paix » s’inscrit dans le cadre d’une série d’actions que la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco) organise « pour dire non à la balkanisation, non à la guerre, et oui à la paix », explique l’abbé Léonard Santedi, secrétaire général de la Cenco. Elle devait concerner les 47 diocèses du pays mais a été d’ampleur limitée au Nord-Kivu pour des raisons de sécurité.

Reste qu’à Kinshasa, comme à Kisangani (nord-est), Lubumbashi (sud-est) ou Kikwit (ouest), la marche – autorisée par les autorités et sécurisée par la police – a bien été suivie, selon l’abbé Santedi. Pour preuve, très tôt le matin, des groupes de quelques dizaines à plusieurs centaines de personnes, dont des enfants, ont défilé sur les artères de la capitale congolaise pour regagner l’un des quatorze points de rassemblement.

Pillage des ressources

Pour beaucoup vêtus de pagnes aux slogans religieux, les catholiques avaient en main une bible, un chapelet, un rameau de paix, une vierge Marie… et souvent un bandeau blanc noué autour de la tête. « C’est un symbole qui montre que nous sympathisons avec nos frères et sœurs qui tombent tous les jours à l’Est. On ne veut pas la balkanisation mais on le demande dans la paix », explique un marcheur, avec un léger sourire.

« Nos frères de l’Est souffrent et chacun doit apporter son soutien pour que la paix revienne dans notre pays, et plus particulièrement à l’Est », commente Eddy-Michel, la trentaine. « Notre pays est agressé, il y a des rébellions qui ont trop duré et nous pensons qu’il faut que cela cesse ! » tempête de son côté Cyprien, 58 ans, qui dénonce, comme bien d’autres, le « pillage » des ressources minières des Nord et Sud Kivu.

Kagamé dans le viseur

À ce titre, la teneur des calicots et des pancartes était éloquente : « Non à la balkanisation de la RDC », « Congo uni, Congo fort », « La RDC est indivisible, levons-nous et marchons »… Sur leur parcours, les fidèles, qui ont observé une minute de silence, ont chanté des textes bibliques avec plus ou moins de vigueur, et marqué des pauses pour prier – sous le regard curieux de badauds qui, en ce jour férié, n’étaient cependant pas nombreux.

De son côté, la Nouvelle société civile congolaise (NSCC), une ONG de défense des droits de l’Homme, n’a pas pris de gants. Elle a dénoncé directement le Rwanda, qui dément depuis le départ tout soutien au M23, alors que pleuvent les accusations de l’ONU, de plusieurs ONG et récemment même du chef de l’État congolais, Joseph Kabila.
« La NSCC dit non aux négociations avec les bandits de M. Paul Kagamé. (…) Notre combat, protéger l’intégrité de la RDC dans ses frontières de 1960 », indiquait une des banderoles de l’ONG. Une autre demandait « l’arrestation immédiate de Paul Kagamé et tous les terroristes du M23 par la CPI », la Cour pénale internationale.

_______

Par Awa Diallo, à Kinshasa

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

RD Congo

RDC : des centaines d'otages restent aux mains des rebelles de l'ADF-Nalu

RDC : des centaines d'otages restent aux mains des rebelles de l'ADF-Nalu

Des opérations militaires menées contre les rebelles de l’Armée nationale de libération de l’Ouganda (ADF-Nalu), actifs à l’est de la République démocratique du [...]

Ebola en RDC : déjà 31 morts selon l'OMS, mais l'épidémie reste "circonscrite"

Le bilan de l'épidémie d'Ebola que connaît la RDC depuis le 11 août est officiellement passé à 31 morts. Mais la zone touchée, dans la région de l'Équateur, est[...]

RDC : le gouvernement met en avant ses efforts pour lutter contre les violences sexuelles

À l'occasion d'une conférence de presse organisée lundi par les Nations Unies et le gouvernement de République démocratique du Congo, les autorités congolaises ont cherché[...]

RDC - Félix Tshisekedi : "Aucun parti ne peut gagner seul"

Après deux semaines passées au chevet de son père, l’opposant congolais (RDC) Étienne Tshisekedi, à Bruxelles, Félix Tshisekedi retourne dans la mêlée Kinoise.[...]

RDC : la mort du général Bahuma suscite un grand malaise à Goma

Depuis l'annonce du décès du général Bahuma, commandant de l'armée congolaise dans le Nord-Kivu, les habitants de Goma sont inquiets et en colère. Ils ont manifesté lundi dans les[...]

RDC : mauvaise nouvelle pour Congo News

Lundi 1er septembre, la Chambre du conseil de RDC a placé Mike Mukebayi en détention préventive. L’éditeur du journal Congo News est poursuivi pour diffamation. Auparavant, le ministre des[...]

Sindika Dokolo, l'homme qui collectionne les pièces... d'art contemporain

Businessman congolais et époux d'Isabel dos Santos, la fille du président angolais, Sindika Dokolo est surtout connu pour sa passion pour les créateurs africains.[...]

Référendum

En brumeuse Écosse le 18 septembre, mais surtout, en ce qui nous concerne, au Burkina, dans les deux Congo, au Rwanda et au Burundi, cinq pays où pourraient être organisées dès 2015[...]

RDC : qui était le général Lucien Bahuma, chef de l'armée au Nord-Kivu ?

L'armée congolaise connaît un coup dur avec la mort du général Lucien Bahuma, chef d'état-major de la région troublée du Nord-Kivu, qui a joué un rôle clef dans les[...]

RDC : mort du chef de l'armée au Nord-Kivu après un malaise

Le général Lucien Bahuma, chef de l'armée congolaise pour la région troublée du Nord-Kivu, est mort dans la nuit de samedi à dimanche en Afrique du Sud après avoir fait un malaise[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex