Extension Factory Builder
02/08/2012 à 09:05
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Rached Ghannouchi, président du parti islamiste Ennahdha. Rached Ghannouchi, président du parti islamiste Ennahdha. © AFP

Comme elle l’avait annoncé lors de son dernier congrès, Ennahdha a déposé, mercredi 1er août, un projet de loi devant l’Assemblée constituante qui criminalise l’atteinte au sacré. Des peines de deux à quatre ans de prison ferme sont prévues.

C’est un fait : le parti islamiste Ennahdha au pouvoir en Tunisie a pour but d’islamiser totalement la société, jusqu’à l’État qui reste séculier depuis l’indépendance - sans pour autant être constitutif d’une république laïque. Par rapport aux salafistes, seule la méthode - non violente – change : le parti de Rached Ghannouchi a clairement choisi la voie du consensus et du réformisme. Mais il doit aussi trouver un compromis avec son aille dure et wahhabite, ce qui fut le principal objectif de son dernier congrès général, tenu du 12 au 16 juillet à La Marsa.

En est sortie la décision de porter un projet de loi, déposé mercredi 1er août à l’Assemblé nationale constituante (ANC), pour criminaliser l’attenite au sacré. Une initiative qui ne passe pas dans la frange de la population résolument hostile à toute brimade des droits fondamentaux, notamment ceux d’expression et d’opinion.
Injure, profanation, dérision et représentation

Car le texte codifie les atteintes au sacré en prévoyant une peine de prison allant jusqu'à deux ans et quatre ans de réclusion en cas de récidive, a expliqué sur la radio Shems FM Habib Khedher, juriste d'Ennahda et rapporteur général de la commission de rédaction de la Constitution. La nature des atteintes et leur degré de gravité se répartissent entre « l'injure, la profanation, la dérision et la représentation d'Allah et de Mahomet », interdite par l'islam, précise-t-il.

Tous les livres saints

Ces atteintes au sacré pourront concerner un vaste éventail de valeurs, lieux et objets sacrés : Dieu et Mahomet, bien sûr, mais aussi tous les prophètes (y compris Moïse et Jésus), tous les livres saints (pas seulement le Coran, donc), les mosquées, les églises et les synagogues, entre autres.

Lors de son premier congrès public, le parti Ennahda avait préconisé de criminaliser l'atteinte au sacré tout en s'engageant à « garantir la liberté d'expression ». Les discussions commencent à peine autour du projet de loi. Et les débats à l’ANC – qui ne sont pas encore programmés - promettent d’être houleux.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie : fin de la campagne pour le second tour de l'élection présidentielle

Tunisie : fin de la campagne pour le second tour de l'élection présidentielle

Les Tunisiens de l'étranger, notamment en France, ont commencé à voter dès vendredi, dernier jour de la campagne pour le second tour de la présidentielle, qui opposera dimanche Moncef Marzouki [...]

Tunisie : le "cas" Marzouki divise Ennahdha

À quelques jours de la présidentielle, au sein du parti islmaiste tunisien Ennahdha, on se demande comment gérer le "cas" Moncef Marzouki avec un minimum de dommages collatéraux ?[...]

Tunisie : des jihadistes revendiquent les assassinats de Chokri Belaïd et de Mohamed Brahmi

Abou Mouqatel (de son vrai nom Abou Bakr al-Hakim), un jihadiste tunisien recherché par les autorités, a revendiqué mercredi l'assassinat de Chokri Belaïd et de Mohamed Brahmi, tués en 2013.[...]

Documentaire : trois garçons, une fille et la révolution

Mêlant fiction et réalité, la réalisatrice Raja Amari raconte les prémices et le déroulement de la révolution tunisienne à travers quelques documents d'archives,[...]

Marzouki : "Mohamed Bouazizi est devenu un symbole qui a franchi les frontières tunisiennes"

Le président tunisien Moncef Marzouki a tenu un meeting de campagne pour sa réélection à Sidi Bouzid, mercredi, jour anniversaire de l'immolation de Mohamed Bouazizi, un des symboles de la[...]

Tunisie - Aziz Krichen : "Marzouki est l'esclave de sa propre passion dévorante du pouvoir"

À quelques jours du second tour du scrutin présidentiel prévu le 21 décembre, Aziz Krichen, ancien ministre-conseiller en affaires politiques de Moncef Marzouki, analyse les récents changements[...]

Tunisie : Hamadi Jebali, à droite toute !

Déçu des orientations prises par Ennahdha, le dirigeant islamiste tunisien claque la porte du parti. Et prépare la suite... en essayant de doubler Marzouki sur sa droite.[...]

Tunisie : Nidaa Tounes dit avoir trouvé une majorité sans les islamistes

Le parti anti-islamiste Nidaa Tounès est en mesure de former une coalition majoritaire au Parlement pour gouverner sans avoir à nouer une alliance contre-nature avec les islamistes d'Ennahdha, a affirmé[...]

Mali : le Tunisien Mongi Hamdi nommé à la tête de la Minusma

Le ministre tunisien des Affaires étrangères, Mongi Hamdi, remplace le Néerlandais Bert Koenders à la tête de la Minusma, a annoncé vendredi un communiqué des Nations unies.  [...]

Tunisie : l'ancien Premier ministre Hamadi Jebali démissionne d'Ennahdha

C'est un petit tremblement de terre au sein d'Ennahdha. L'un de ses fondateurs, l'ancien Premier ministre Hamadi Jebali, a annoncé jeudi sa démission du parti islamiste.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers