Extension Factory Builder
02/08/2012 à 16:50
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
La flamme olympique s'est allumée en 1976 en l'absence quasi-totale du continent africain. La flamme olympique s'est allumée en 1976 en l'absence quasi-totale du continent africain. © DR

Après la tragédie de Munich en 1972, les Jeux olympiques aspirent en 1976, à Montréal, à retrouver un peu sérénité. L’olympiade canadienne ne va cependant pas être, politiquement, de tout repos. Protester contre la participation de la Nouvelle-Zélande, qui a envoyé quelques temps auparavant ses rugbymen en Afrique du Sud, alors sous le régime de l’apartheid, 22 pays africains décident de boycotter la compétition.

Les organisateurs se seraient sans doute passés de ce nouveau coup d’éclat, quatre ans après l’épisode sanglant de Munich. En 1976 à Montréal, la politique va une nouvelle fois s’inviter sur la scène olympique. Vingt-deux pays africains choisissent de protester contre la participation de la Nouvelle-Zélande.

Le pays d’Océanie continue en effet d'envoyer son équipe de rugby jouer en Afrique du Sud, pays, à cette période, indésirable de l’olympisme mondial à cause de son régime de ségrégation raciale. Par le biais de la Nouvelle-Zélande, le régime de l’apartheid vient perturber les Jeux olympiques, alors même que l’Afrique du Sud en est elle-même exclue depuis 1964 et que le rugby ne fait pas partie des sports olympiques.

Découvrir notre page spéciale "L'Afrique aux JO 2012".

"Collaboration avec l'Afrique du Sud raciste"

Seize pays africains, puis vingt-deux, déclarent alors au Comité international olympique « être au regret de devoir porter à la connaissance du CIO l'indignation de tous les sportifs et sportives d'Afrique devant la collaboration des autorités sportives de Nouvelle-Zélande avec l'Afrique du Sud raciste en dépit de la condamnation par le monde entier de telles relations. » Ils concluent, en un ultimatum : « Nous n'avons pas d'autre recours pacifique contre l'aide à visage découvert de la Nouvelle-Zélande aux actes d'inhumanité contre les Africains en Afrique du Sud que d'appeler le CIO à interdire à la Nouvelle-Zélande de participer aux Jeux Olympiques de 1976. »

Cependant, le CIO ne flanchera pas. En autorisant la participation de la Nouvelle-Zélande, il ouvre la voie à un boycott, appliqué par l'ensemble du continent, à l'exception du Sénégal et de la Côte d’Ivoire, pour le continent africain à l’événement canadien. Autant dire qu’en 1976, l'anneau noir se détache des autres anneaux olympiques.

Extrait de l'émission radio Olympic Magazine du 18 juillet 1976.
Un officiel éthiopien explique les raisons du boycott (en anglais).

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Continental

Mode d'emploi et favoris : l'élection du président de la BAD en 5 questions

Mode d'emploi et favoris : l'élection du président de la BAD en 5 questions

Le 28 mai, la Banque africaine de développement élira un nouveau président. "Jeune Afrique" décrypte pour vous tous les ressorts de cette élection et livre une analyse exclusive des cha[...]

Abidjan : plus de 4 500 personnes aux Assemblées de la Banque africaine de développement

Six chefs d'État, un vice-président et deux Premiers ministres ont participé à l'ouverture officielle des Assemblées annuelles de la Banque africaine de développement, le 26 mai. Avec deux[...]

Technologies : quand WhatsApp bouscule les codes de la communication politique en Afrique

Lancée depuis bientôt cinq ans, l’application de messagerie internet WhatsApp a conquis les smartphones de millions d’utilisateurs dans le monde. Très utilisé en Afrique, l’outil[...]

C'est du vent !

Les voyages forment tout le monde, quel que soit l'âge de chacun. Il n'y a guère longtemps, je me suis retrouvé dans la capitale - que je préfère ne pas nommer - d'un pays[...]

Électricité : quel pilote pour la (future) Agence africaine ?

Pour la promotion de son "plan Marshall" électrique pour l'Afrique, Jean-Louis Borloo a rencontré trente-sept chefs d'État africains, qui, dans leur majorité, semblent adhérer au[...]

Maryse Condé : "Ma relation avec l'Afrique s'est fondée sur un mensonge"

L'écrivaine guadeloupéenne Maryse Condé publie une biographie culinaire. L'occasion de revenir avec elle sur sa relation avec l'Afrique et de dévoiler une facette aussi importante de sa[...]

Stromae, griot sarcastique malgré lui

Le chanteur belge Stromae est en tournée africaine. Ecoutées au premier degré ou pastichées, les chansons de son album "Racine carrée" illustrent la politique du continent.[...]

Esclavage : "Libres et sans fers", paroles captives

Dans un ouvrage récent, trois chercheurs explorent les archives judiciaires françaises à la recherche de témoignages d'esclaves. De très émouvantes voix d'outre-tombe.[...]

Comment la diaspora influence l'opinion politique africaine grâce aux médias en ligne

RFI, Jeune Afrique, Le Point Afrique, (ex-) Slate Afrique, Le Monde Afrique, Afrik.com, etc. En Afrique francophone, les médias panafricains les plus sérieux et les plus influents sont… basés en France.[...]

Mondial 2022 au Qatar : trois hauts dirigeants du football africain nommément accusés de corruption

Au mois de juin 2014, le "Sunday Times" publiait une enquête dénonçant l'existence d'un système de pots-de-vin ayant conduit à l’attribution de la Coupe du monde de football au[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers