Extension Factory Builder
01/08/2012 à 09:05
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Dioncounda Traoré, avant de s'adresser à la nation, le 29 juillet 2012, à Bamako. Dioncounda Traoré, avant de s'adresser à la nation, le 29 juillet 2012, à Bamako. © Habibou Kouyate/AFP

Revenu d'exil le 27 juillet, le président malien de transition, Dioncounda Traoré, a obtenu un délai d'une dizaine de jours pour former un nouveau gouvernement d'union nationale, par rapport à l'ultimatum fixé au 31 juillet par la Cedeao.

Les négociations progressent, mais lentement, vu la complexité de la situation au Mali. Le président de transition Dioncounda Traoré a donc obtenu un délai supplémentaire de dix jours de la Cedeao pour former le gouvernement d’union nationale que l’organisation exigeait avant le 31 juillet. « Le Mali a obtenu de ses partenaires le report de la date butoir du 31 juillet [fixée le 7 juillet, NDLR] pour la formation du nouveau gouvernement », a déclaré un conseiller présidentiel. De son côté, un diplomate africain en poste à Bamako précise que ce délai est « d'au moins dix jours ».

Le président « est actuellement en train de mener les consultations pour la formation de la nouvelle équipe » et « tout va bien », a affirmé son conseiller. La Cedeao a sans doute considéré que la récente reprise en main de la transition par Traoré, tout juste revenu dimanche d’un exil médical de deux mois en France, n’avait pas encore eu le temps de produire ses effets.

Dimanche, soit deux jours après son retour, le président a prononcé un discours à la nation presque unanimement salué au Mali, annonçant la création de nouveaux organes de transition, comme un Haut conseil d’État qui chapotera le processus de négociation avec les groupes islamistes du Nord et les rapports avec la clase politique et la société civile malienne, les « forces vives » de la nation.

"L'essentiel est fait"

« L'essentiel est fait. L'essentiel est que le président soit rentré, qu'il se soit adressé à la nation sur la nécessité de mettre en place des organes de transition, dont le gouvernement d'union nationale », a estimé lundi Djibrill Bassolé, ministre des Affaires étrangères du Burkina Faso, pays médiateur dans la crise malienne au nom de la Cedeao.

Sentant qu’un pouvoir stable commence peut-être à se dégager à Bamako, certains groupes islamistes liés à Ansar Eddine tente d’appliquer la charia de plus en plus violemment pour édifier les populations qu’ils contrôlent, tout en distribuant parallèlement de l’aide sociale pour se rendre populaires. Dimanche dans la localité d'Aguelhok, contrôlée par le groupe Ansar Dine (défenseurs de l'islam) et Aqmi, un couple non marié a été notamment lapidé devant une foule d'environ 200 personnes regroupée spécialement pour l’occasion. Une première tragique au mali, dont l’islam mystique véhicule traditionnellement depuis des centaines d’années des valeurs de non violence et d’hospitalité. Le gouvernement malien a quant à lui dénoncé mardi une « pratique obscurantiste » qui ne restera pas impunie.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Classement 2014 : Algérie, Tunisie et Sénégal au sommet des sélections africaines de foot

Classement 2014 : Algérie, Tunisie et Sénégal au sommet des sélections africaines de foot

Après l’Égypte (2010), la Côte d’Ivoire (2011), la Zambie (2012) et le Nigeria (2013), l’Algérie, huitième de finaliste de la Coupe du monde et facilement qualifiée pour[...]

Les pays du "G5 du Sahel" appellent l'ONU à intervenir en Libye

Les dirigeants des cinq pays du "G5 du Sahel" (Tchad, Niger, Burkina Faso, Mali, Mauritanie), réunis vendredi en sommet à Nouakchott, ont appelé l'ONU à mettre en place une force[...]

Mali : retour en cinq dates sur la vie d'Intalla Ag Attaher, aménokal des Ifoghas

Intalla Ag Attaher, chef traditionnel de la tribu touarègue des Ifoghas, est mort dans la nuit de jeudi à vendredi à Kidal. Retour en cinq dates sur sa vie, intimement liée aux différentes[...]

Hervé Ladsous : "En Centrafrique, il faut des autorités nouvelles issues d'élections avant août 2015"

Présent au forum international de Dakar sur la paix et la sécurité en Afrique (15 et 16 décembre), Hervé Ladsous, secrétaire général adjoint aux opérations de[...]

Ebola : trois choses à savoir sur la tournée de Ban Ki-moon en Afrique de l'Ouest

Ban Ki-moon a annoncé mercredi à New York qu'il se rendra à partir du 18 décembre en Afrique de l'Ouest. Une tournée dans les pays qui ont été touchés par le virus Ebola.[...]

Mali : IBK assume la libération de quatre jihadistes

Très critiqué dans son pays pour avoir ordonné la libération de quatre jihadistes afin d’obtenir celle de l’otage français Serge Lazarevic le 9 décembre, Ibrahim Boubacar[...]

Mali - France : Lazarevic et Sofara

Un Français vaut-il plus qu'un Malien ? Certains jugeront la question déplacée. Elle mérite pourtant qu'on s'y arrête au vu des circonstances qui ont mené à la[...]

Jean-Yves Le Drian : "Au Mali comme en Centrafrique, l'heure de vérité approche"

Un an après le déclenchement de l'opération Sangaris, et deux ans après celui de l'opération Barkhane, le ministre français de la Défense affiche ses objectifs : des[...]

Paris veut un accord de paix au Mali en janvier

Paris souhaite que les négociations de paix maliennes entre Bamako et les groupes armés du Nord, sous médiation algérienne, aboutissent en janvier, a déclaré le ministre français de[...]

Sahel : Lazarevic pense avoir été capturé pour une rançon et nie être un mercenaire

L'ex-otage français Serge Lazarevic, libéré mardi après plus de trois ans de captivité au Sahel, a estimé dimanche, dans le journal de 20 heures de France 2, que ses ravisseurs l'avaient[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers