Extension Factory Builder
01/08/2012 à 11:04
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Une colonie de vacances, en France. Une colonie de vacances, en France. © AFP

Quatre jeunes animateurs de colonie, employés par la mairie de Gennevilliers, en région parisienne, avait été suspendus parce qu'il observaient le jeûne de Ramadan. La municipalité qui invoquait une rupture de contrat a finalement décider de faire marche arrière.

L’histoire commençait à faire du bruit. Il y a une dizaine de jours, quatre moniteurs de colonie de vacances ont été suspendus par la mairie de Gennevilliers (Hauts-de-Seine) pour avoir observé le jeûne du Ramadan. D’après leur employeur, ce comportement constituait un danger pour la sécurité des enfants et allait à l’encontre de leur contrat, qui les obligeait à s'hydrater et à s'alimenter durant leurs journées de travail. Devant la polémique suscitée par la décision, la mairie a fait savoir, mercredi 31 juillet, dans un communiqué qu'elle renonçait  à « imposer l'application de l'article incriminé du contrat de travail » tout en précisant qu'elle mettra en oeuvre « des moyens pour renforcer la visite régulière de ses centres de vacances ».

Obligation du contrat de travail

L’information avait été révélée par le site internet Bondyblog et confirmée par la mairie communiste de Gennevilliers. Les animateurs avaient été suspendus après la visite d’un responsable des centres de vacances, le 20 juillet, lors d’un séjour sportif à Port-d’Albret, dans les Landes. « Il est venu voir si tout se déroulait correctement avec les enfants et c'était le cas. Puis il est venu déjeuner avec nous. Il s'est mis à ma table et a remarqué qu'à l'heure du déjeuner je ne mangeais pas et Moussa non plus», a expliqué Nassim, l'un des animateurs jeûneur. Le responsable leur rappelle alors que, selon leur contrat de travail, ils devaient s’alimenter pendant la journée. « Je lui ai répondu que je m’étais hydraté et restauré convenablement et qu’en aucun cas je pouvais risquer de mettre en péril la sécurité des enfants » poursuit Nassim.

La réaction de la mairie ne s’est pas fait attendre : dès le lendemain, les quatre animateurs sont suspendus. S’il ne mentionne pas le ramadan, le maire Jacques Bourgoin explique, dans un communiqué, que les jeunes « n’ont pas respecté, en cours de séjour, les obligations de leur contrat de travail, pouvant ainsi mettre en cause la sécurité physique des enfants dont ils avaient la responsabilité. »

« Ce défaut d'alimentation et d'hydratation pouvait conduire ces agents à ne plus être en pleine possession des moyens requis pour assurer le bon déroulement et la sécurité des activités du séjour, ainsi que la sécurité physique des enfants dont ils avaient la charge », poursuit le communiqué de la mairie. « C'est pourquoi la ville de Gennevilliers, qui a la pleine responsabilité de la bonne conduite des séjours, a mis fin à leurs missions, sans préjudice financier », conclut la municipalité, qui avait embauché ces animateurs en CDD.

Ftour géant contre l'islamophobie

Pour les animateurs, « c’est l’incompréhension et la révolte », avait indiqué leur avocat, Me Mohand Yanat, qui s'aprêtait à « saisir le juge compétent pour faire valoir leurs droits ». « On réfléchit à aller devant les Prud'Hommes » avait pour sa part déclaré Samir, l'un des quatre employés suspendus.

Les autorités musulmanes françaises sont également montées au créneau face à la polémique naissante. Abdallah Zekri, président de l'Observatoire contre l'islamophobie, composante du Conseil français du culte musulman (CFCM), envisageait de déposer une plainte pour discrimination contre la mairie de Gennevilliers. « La liberté religieuse est une liberté fondamentale et on ne peut en aucun cas interdire à une personne de pratiquer sa religion. L'Observatoire se réserve le droit de porter plainte pour discrimination », a-t-il écrit dans un communiqué.

Le président du CFCM, Mohammed Moussaoui, a lui aussi condamné cette décision. D’après lui, cette affaire « est de nature à porter atteinte à la liberté religieuse des animateurs de colonies qui pratiquent le jeûne ».

Suite à la suspension des animateurs jeûneurs, plusieurs personnes avait appelé à organiser un Ftour géant, le vendredi 4 août, devant la mairie de Gennevilliers. Une page publique Facebook, supprimée depuis, invitait les gens à participer à un repas de rupture du jeûne géant pour dire stop à l’islamophobie. Les organisateurs ont également relayé leur évènement sur les sites WhereEvent et Doodle.



 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Mehdi Benatia : 'Fier et heureux, avec le Bayern et avec le Maroc'

Mehdi Benatia : "Fier et heureux, avec le Bayern et avec le Maroc"

Recruté à l’été 2014 par le Bayern Munich pour 30 millions d’euros, Mehdi Benatia a remporté avec le championnat d’Allemagne le premier titre de sa carrière. À 2[...]

Foot : Hervé Renard sera le nouvel entraîneur de Lille

Comme prévu, l'ancien entraîneur de la Côte d'Ivoire, Hervé Renard, a signé au LOSC.[...]

Washington apaise les tensions avec Bagdad, après des critiques sur son armée

La Maison Blanche a tenté d'apaiser lundi les tensions avec Bagdad, après les critiques portées par le secrétaire à la Défense sur l'armée irakienne, accusée d'un[...]

Le prix de la différence

Malgré tous nos efforts pour retarder l'échéance, voire l'éviter, nous avons dû nous résoudre à l'inéluctable : augmenter le prix de Jeune Afrique. La[...]

Football : l'Ivoirien Copa Barry passé du rôle de bouc émissaire à celui de héros de la CAN

Héros d’une finale qu’il ne devait pas jouer, Boubacar Copa Barry a inscrit le tir au but qui a offert la Coupe d’Afrique des nations 2015 (CAN) à la Côte d’Ivoire face au Ghana en[...]

Naufrages de migrants en Méditerranée : le silence des dirigeants africains

  Les dirigeants africains se montrent remarquablement silencieux sur les naufrages de migrants en Méditerranée, qui concernent pourtant nombre de leurs citoyens, en particulier dans l'ouest du continent, une[...]

Tomi, IBK, Bongo : des écoutes embarrassantes

Des chefs d’Etat étrangers, qui plus est des amis de la France, écoutés dans le cadre d’investigations judiciaires ? Voilà qui, d’un point de vue diplomatique, et même si[...]

François Durpaire : "La commémoration de la fin de l'esclavage est l'affaire de tous"

François Durpaire est historien, membre du Comité national pour la mémoire et l'histoire de l'esclavage.[...]

Birmanie : les nouveaux boat people

Plus d'un million de Rohingyas, musulmans, sont privés de tout droit et confinés dans des camps de déplacés dans des conditions déplorables. Leur seul espoir ? Fuir par la mer. Au[...]

Niger - Putsch de Seyni Kountché : et si la France n'y était pour rien ?

On croyait tout savoir de la chute du président Diori, en 1974. Mais des archives encore confidentielles suggèrent que le putschiste Seyni Kountché a pris tout le monde de court. Y compris Paris.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers