Extension Factory Builder
01/08/2012 à 11:04
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Une colonie de vacances, en France. Une colonie de vacances, en France. © AFP

Quatre jeunes animateurs de colonie, employés par la mairie de Gennevilliers, en région parisienne, avait été suspendus parce qu'il observaient le jeûne de Ramadan. La municipalité qui invoquait une rupture de contrat a finalement décider de faire marche arrière.

L’histoire commençait à faire du bruit. Il y a une dizaine de jours, quatre moniteurs de colonie de vacances ont été suspendus par la mairie de Gennevilliers (Hauts-de-Seine) pour avoir observé le jeûne du Ramadan. D’après leur employeur, ce comportement constituait un danger pour la sécurité des enfants et allait à l’encontre de leur contrat, qui les obligeait à s'hydrater et à s'alimenter durant leurs journées de travail. Devant la polémique suscitée par la décision, la mairie a fait savoir, mercredi 31 juillet, dans un communiqué qu'elle renonçait  à « imposer l'application de l'article incriminé du contrat de travail » tout en précisant qu'elle mettra en oeuvre « des moyens pour renforcer la visite régulière de ses centres de vacances ».

Obligation du contrat de travail

L’information avait été révélée par le site internet Bondyblog et confirmée par la mairie communiste de Gennevilliers. Les animateurs avaient été suspendus après la visite d’un responsable des centres de vacances, le 20 juillet, lors d’un séjour sportif à Port-d’Albret, dans les Landes. « Il est venu voir si tout se déroulait correctement avec les enfants et c'était le cas. Puis il est venu déjeuner avec nous. Il s'est mis à ma table et a remarqué qu'à l'heure du déjeuner je ne mangeais pas et Moussa non plus», a expliqué Nassim, l'un des animateurs jeûneur. Le responsable leur rappelle alors que, selon leur contrat de travail, ils devaient s’alimenter pendant la journée. « Je lui ai répondu que je m’étais hydraté et restauré convenablement et qu’en aucun cas je pouvais risquer de mettre en péril la sécurité des enfants » poursuit Nassim.

La réaction de la mairie ne s’est pas fait attendre : dès le lendemain, les quatre animateurs sont suspendus. S’il ne mentionne pas le ramadan, le maire Jacques Bourgoin explique, dans un communiqué, que les jeunes « n’ont pas respecté, en cours de séjour, les obligations de leur contrat de travail, pouvant ainsi mettre en cause la sécurité physique des enfants dont ils avaient la responsabilité. »

« Ce défaut d'alimentation et d'hydratation pouvait conduire ces agents à ne plus être en pleine possession des moyens requis pour assurer le bon déroulement et la sécurité des activités du séjour, ainsi que la sécurité physique des enfants dont ils avaient la charge », poursuit le communiqué de la mairie. « C'est pourquoi la ville de Gennevilliers, qui a la pleine responsabilité de la bonne conduite des séjours, a mis fin à leurs missions, sans préjudice financier », conclut la municipalité, qui avait embauché ces animateurs en CDD.

Ftour géant contre l'islamophobie

Pour les animateurs, « c’est l’incompréhension et la révolte », avait indiqué leur avocat, Me Mohand Yanat, qui s'aprêtait à « saisir le juge compétent pour faire valoir leurs droits ». « On réfléchit à aller devant les Prud'Hommes » avait pour sa part déclaré Samir, l'un des quatre employés suspendus.

Les autorités musulmanes françaises sont également montées au créneau face à la polémique naissante. Abdallah Zekri, président de l'Observatoire contre l'islamophobie, composante du Conseil français du culte musulman (CFCM), envisageait de déposer une plainte pour discrimination contre la mairie de Gennevilliers. « La liberté religieuse est une liberté fondamentale et on ne peut en aucun cas interdire à une personne de pratiquer sa religion. L'Observatoire se réserve le droit de porter plainte pour discrimination », a-t-il écrit dans un communiqué.

Le président du CFCM, Mohammed Moussaoui, a lui aussi condamné cette décision. D’après lui, cette affaire « est de nature à porter atteinte à la liberté religieuse des animateurs de colonies qui pratiquent le jeûne ».

Suite à la suspension des animateurs jeûneurs, plusieurs personnes avait appelé à organiser un Ftour géant, le vendredi 4 août, devant la mairie de Gennevilliers. Une page publique Facebook, supprimée depuis, invitait les gens à participer à un repas de rupture du jeûne géant pour dire stop à l’islamophobie. Les organisateurs ont également relayé leur évènement sur les sites WhereEvent et Doodle.



 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Meurtre de Michael Brown : le policier soutenu par le Ku Klux Klan ?

Meurtre de Michael Brown : le policier soutenu par le Ku Klux Klan ?

Le policier ayant tué Michael Brown va-t-il recevoir l'appui du Ku Klux Klan ? Selon le quotidien américain USA Today, l'organisation raciste a en tout cas organisé une levée de fonds pour le soutenir[...]

Gaza : ce que le Sud-Africain Desmond Tutu a dit à Israël

L'archevêque sud-africain Desmond Tutu, prix Nobel de la Paix en 1984, appuie sa plume là où ça fait mal. Pourfendeur de la guerre à Gaza, il a signé une tribune dans le quotidien[...]

"L"humanité est fière de James" : hommage à James Foley, assassiné par l'État islamique

Alors que les parents de James Foley se sont exprimés, parlant de fierté, sur l'assassinat de leur fils par des jihadistes de l'État islamique (EI), les réactions se sont multipliées à[...]

Gaza : le Hamas et Israël à nouveau dans l'engrenage de la violence

Après la reprise des hostilités dans la bande de Gaza, lundi soir, et une tentative d'élimination ciblée du chef militaire du Hamas par Israël, le conflit s'est à nouveau emballé : au[...]

Frank Timis sur la sellette chez African Minerals

Rien ne va plus pour l’homme d’affaires australo-roumain Frank Timis. Son mandat de président d’African Minerals, l’un des trois groupes extractifs présents en Afrique dont il est le[...]

Affaire Kadhafi - Sarkozy : les propos de Bany Kanté contredits par Dupuydauby

Soupçonné d'être impliqué dans le financement présumé de la campagne électorale de Nicolas Sarkozy par Mouammar Kadhafi en 2007, Cheick Amadou Bany Kanté a démenti[...]

Marcel Desailly suspecté par le fisc français d'avoir caché des fonds en Suisse

L'ex-footballeur français Marcel Desailly fait l'objet d'une enquête du fisc français visant à déterminer s'il a caché des fonds en Suisse.[...]

Le convoi braqué à Paris était celui du fils "favori" de feu le roi Fahd d'Arabie saoudite

Le prince saoudien dont le convoi a été attaqué dimanche soir à Paris n’est autre que Abdelaziz ben Fahd, richissime playboy de 41 ans et "fils favori" du roi défunt. Les[...]

Birmanie : le thanakha et la guerre des cosmétiques

Produit de beauté naturel et traditionnel, le thanakha subit la concurrence pas très loyale des produits chinois et occidentaux.[...]

Irak : l'État islamique revendique la décapitation d'un journaliste américain

L'État islamique (EI), un groupe de jihadistes extrémistes, a affirmé mardi avoir décapité le journaliste américain James Foley et menacé d'en tuer un autre en représailles[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers