Extension Factory Builder
01/08/2012 à 11:04
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Une colonie de vacances, en France. Une colonie de vacances, en France. © AFP

Quatre jeunes animateurs de colonie, employés par la mairie de Gennevilliers, en région parisienne, avait été suspendus parce qu'il observaient le jeûne de Ramadan. La municipalité qui invoquait une rupture de contrat a finalement décider de faire marche arrière.

L’histoire commençait à faire du bruit. Il y a une dizaine de jours, quatre moniteurs de colonie de vacances ont été suspendus par la mairie de Gennevilliers (Hauts-de-Seine) pour avoir observé le jeûne du Ramadan. D’après leur employeur, ce comportement constituait un danger pour la sécurité des enfants et allait à l’encontre de leur contrat, qui les obligeait à s'hydrater et à s'alimenter durant leurs journées de travail. Devant la polémique suscitée par la décision, la mairie a fait savoir, mercredi 31 juillet, dans un communiqué qu'elle renonçait  à « imposer l'application de l'article incriminé du contrat de travail » tout en précisant qu'elle mettra en oeuvre « des moyens pour renforcer la visite régulière de ses centres de vacances ».

Obligation du contrat de travail

L’information avait été révélée par le site internet Bondyblog et confirmée par la mairie communiste de Gennevilliers. Les animateurs avaient été suspendus après la visite d’un responsable des centres de vacances, le 20 juillet, lors d’un séjour sportif à Port-d’Albret, dans les Landes. « Il est venu voir si tout se déroulait correctement avec les enfants et c'était le cas. Puis il est venu déjeuner avec nous. Il s'est mis à ma table et a remarqué qu'à l'heure du déjeuner je ne mangeais pas et Moussa non plus», a expliqué Nassim, l'un des animateurs jeûneur. Le responsable leur rappelle alors que, selon leur contrat de travail, ils devaient s’alimenter pendant la journée. « Je lui ai répondu que je m’étais hydraté et restauré convenablement et qu’en aucun cas je pouvais risquer de mettre en péril la sécurité des enfants » poursuit Nassim.

La réaction de la mairie ne s’est pas fait attendre : dès le lendemain, les quatre animateurs sont suspendus. S’il ne mentionne pas le ramadan, le maire Jacques Bourgoin explique, dans un communiqué, que les jeunes « n’ont pas respecté, en cours de séjour, les obligations de leur contrat de travail, pouvant ainsi mettre en cause la sécurité physique des enfants dont ils avaient la responsabilité. »

« Ce défaut d'alimentation et d'hydratation pouvait conduire ces agents à ne plus être en pleine possession des moyens requis pour assurer le bon déroulement et la sécurité des activités du séjour, ainsi que la sécurité physique des enfants dont ils avaient la charge », poursuit le communiqué de la mairie. « C'est pourquoi la ville de Gennevilliers, qui a la pleine responsabilité de la bonne conduite des séjours, a mis fin à leurs missions, sans préjudice financier », conclut la municipalité, qui avait embauché ces animateurs en CDD.

Ftour géant contre l'islamophobie

Pour les animateurs, « c’est l’incompréhension et la révolte », avait indiqué leur avocat, Me Mohand Yanat, qui s'aprêtait à « saisir le juge compétent pour faire valoir leurs droits ». « On réfléchit à aller devant les Prud'Hommes » avait pour sa part déclaré Samir, l'un des quatre employés suspendus.

Les autorités musulmanes françaises sont également montées au créneau face à la polémique naissante. Abdallah Zekri, président de l'Observatoire contre l'islamophobie, composante du Conseil français du culte musulman (CFCM), envisageait de déposer une plainte pour discrimination contre la mairie de Gennevilliers. « La liberté religieuse est une liberté fondamentale et on ne peut en aucun cas interdire à une personne de pratiquer sa religion. L'Observatoire se réserve le droit de porter plainte pour discrimination », a-t-il écrit dans un communiqué.

Le président du CFCM, Mohammed Moussaoui, a lui aussi condamné cette décision. D’après lui, cette affaire « est de nature à porter atteinte à la liberté religieuse des animateurs de colonies qui pratiquent le jeûne ».

Suite à la suspension des animateurs jeûneurs, plusieurs personnes avait appelé à organiser un Ftour géant, le vendredi 4 août, devant la mairie de Gennevilliers. Une page publique Facebook, supprimée depuis, invitait les gens à participer à un repas de rupture du jeûne géant pour dire stop à l’islamophobie. Les organisateurs ont également relayé leur évènement sur les sites WhereEvent et Doodle.



 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

États-Unis : le couple Obama parle de son expérience du racisme

États-Unis : le couple Obama parle de son expérience du racisme

Dans un entretien publié mercredi sur le site du magazine "People", le président américain, Barack Obama, et son épouse, ont révélé quelques actes de racisme ordinaire don[...]

États-Unis : 70 ans après son exécution, un Africain-Américain de 14 ans innocenté

Une juge de Caroline du Sud vient d'annuler la condamnation à mort de George Stinney, un afro-américain de 14 ans exécuté le 16 juin 1944 dans une prison de Columbia pour le meurtre supposé de[...]

Irak : gros revers pour l'État islamique

Plusieurs chefs du groupe État islamique en Irak ont été tués récemment dans des frappes aériennes américaines dans le nord de l'Irak, où des combattants kurdes ont[...]

Diaspora : Consuelo Cruz Arboleda, Africaine-Sud-Américaine

Depuis presque dix ans, cette Colombienne installée à Madrid coordonne le groupe afro-socialiste au sein du Parti socialiste ouvrier espagnol.[...]

États-Unis : torture sans limites pendant la présidence de George W. Bush

Durant la présidence de George W. Bush, sous couvert de guerre contre le terrorisme, la CIA a eu recours à la torture. Avec une cruauté sans bornes, selon un rapport accablant du Sénat[...]

Benjamin Stora : "La France peine à se voir comme une nation construite par ses migrants"

Entretien avec le patron de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration, l'historien français Benjamin Stora.[...]

Oubliez le McDo, à Paris, les fast-foods africains passent à l'offensive !

En quelques années, le marché de la restauration rapide en France a vu venir de nouveaux acteurs, les fast-foods africains. Malgré la frilosité des banques à les aider, certains ont réussi[...]

Démocratie et torture

Très mauvaise fin d'année pour le dogme selon lequel "la démocratie est le stade suprême du développement politique". On nous a tant de fois assuré que c'est le[...]

États-Unis : Hillary Clinton, future présidente ?

L'épouse de Bill Clinton n'est pas encore candidate à la présidentielle de 2016, mais nul doute qu'elle le sera bientôt. Sera-t-elle la première femme à accéder à la[...]

Algérie : au Val-de-Grâce, un Bouteflika peut-il en cacher un autre ?

La santé d'Abdelaziz Bouteflika a une nouvelle fois fait parler d'elle mardi. Selon des médias algériens, le président algérien aurait été hospitalisé une nouvelle fois au[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers