Extension Factory Builder
01/08/2012 à 17:27
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Kipchoge Keino a gagné 4 médailles olympiques durant sa carrière. Kipchoge Keino a gagné 4 médailles olympiques durant sa carrière. © AFP

Kipchoge Keino aurait pu ne pas figurer au palmarès des jeux olympiques de 1968. Souffrant de calculs biliaires, ses médecins lui avaient conseillé de ne pas courir les trois courses pour lesquelles il était qualifié, le 1500 mètres, le 5000 mètres et le 10 000 mètres. Ils n’imaginaient alors pas que leur patient allait rentrer du Mexique avec deux médailles au compteur.

On le considère souvent comme le premier spécialiste du demi-fond de valeur mondiale issu d'Afrique noire. Le Kényan Kipchoge Keino aurait pourtant pu passer à côté des olympiades de 1968, à Mexico. Inscrit sur les épreuves du 1500 mètres, du 5 000 mètres et du 10 000 mètres, il a failli ne pas fouler la piste mexicaine.

Le Kényan est en effet victime de calculs biliaires et ses médecins lui interdisent de prendre part à la course. Mais, ignorant les risques de septicémie, « Kip » Keino passe outre. Il s’aligne sur le 10 000 mètres. Sans grande réussite : à quelques tours de l’arrivée, il s’écroule, la douleur étant trop forte. Disqualifié pour être tombé en dehors de la piste, ses Jeux olympiques commencent mal.

Une première médaille en argent

Il persévère pourtant, quatre jours plus tard, en prenant part au 5 000 mètres. Une nouvelle fois battu, il obtient la médaille d’argent, derrière le Tunisien Mohammed Gammoudi, avec un écart de deux dixièmes de seconde.

Satisfait de son podium, le Kényan prend alors la décision de ne pas courir la dernière épreuve pour laquelle il est qualifié, le 1 500 mètres. Ces médecins continuent en effet de lui déconseiller de courir. De plus, la course est promise au favori américain, Jim Ryun, détenteur du record du monde.

La consécration

Mais, une nouvelle fois, Kipchoge Keino va déjouer les pronostics. Il revient sur sa décision au tout dernier moment et doit même parcourir une partie de la distance en courant pour accéder au stade olympique à temps. Bien lui en a pris.

Aidé de son compatriote Ben Jipcho, il parvient à asphyxier Jim Ryun et, malgré l’altitude de Mexico, place une accélération foudroyante et fatale pour le favori américain qui voit s’envoler le Kényan. Ce dernier termine la course en 3 minutes et 34 secondes. Avec plus de 20 mètres d’avance, il vient, le 20 octobre 1968, de remporter l’or olympique.
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Une histoire du génocide rwandais (#4) : les écoutes bidons et le mythe de la guerre éclair du FPR

Une histoire du génocide rwandais (#4) : les écoutes bidons et le mythe de la guerre éclair du FPR

Dans ce quatrième billet consacré au déclenchement du génocide des Tutsis de 1994, Laurent Touchard* poursuit l'analyse des éléments brandis par les ex-partisans des Forces armées r[...]

Mali : le Mujao annonce la mort de l'otage français Gilberto Rodrigues Leal

Le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) a annoncé mardi la mort du Français Gilberto Rodrigues Leal, enlevé en novembre 2012 dans l'ouest du Mali. [...]

Inde : qui brisera la vague safran ?

Personne, sans doute. Face à un parti du Congrès à bout de souffle, les nationalistes hindous du BJP, qui ont choisi cette couleur pour emblème, ont toutes les chances de remporter les[...]

Le propos raciste qui fait du bien

Peut-on utiliser les clichés pour mieux les dynamiter ? Des étudiants français répètent les saillies caractéristiques du racisme ordinaire pour en souligner[...]

Justice : après Simbikangwa, qui ?

Patrick Baudouin est président d'honneur de la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme (FIDH).[...]

Birmanie: Win Tin, figure de la lutte pour la démocratie, est décédé

Win Tin, emprisonné pendant 19 ans pour son combat contre l'ancienne junte birmane, est décédé lundi à l'âge de 84 ans, a indiqué la Ligue nationale pour la démocratie[...]

Les quatre journalistes otages en Syrie sont de retour en France

Libérés le 19 avril, les quatre journalistes qui avaient été faits otages en Syrie dix mois auparavant ont regagné la France dimanche. Ils ont décrit des conditions de détention[...]

France : François Hollande accueille les quatre journalistes libérés en Syrie

Les quatre journalistes français libérés samedi après dix mois d'une éprouvante captivité en Syrie aux mains d'un groupe jihadiste lié à Al-Qaïda, sont arrivés en[...]

Les quatre journalistes français otages en Syrie sont libres, retour d'ici dimanche matin

Les quatre journalistes français otages en Syrie depuis 10 mois ont été libérés samedi et sont "en bonne santé", a annoncé le président François Hollande,[...]

Chine : le baiser du Dragon

De Taïwan à Hong Kong et de Bangkok à Jakarta, la République populaire de Chine étend les tentacules de son économie surpuissante. Beaucoup lui reprochent d'avoir l'affection un brin[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces