Extension Factory Builder
31/07/2012 à 13:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
La secrétaire d'État américaine, Hillary Clinton, le 30 juillet 2012 à Washington. La secrétaire d'État américaine, Hillary Clinton, le 30 juillet 2012 à Washington. © Paul J. Richards/AFP

La secrétaire d'État américaine, Hillary Clinton, a entamé mardi 31 juillet une tournée africaine de onze jours, en commençant par le Sénégal. Suivront le Soudan du Sud, l’Ouganda, le Kenya, le Malawi et enfin l’Afrique du Sud. Avec pour objectif, dans chaque pays, de promouvoir la nouvelle stratégie africaine de Barack Obama.

Démocratie, croissance, sécurité : ce sont les trois mots-clé de la très longue tournée africaine (onze jours) qu’entame ce mardi 31 juillet la secrétaire d’État américaine Hillary Clinton. Son périple passe d’abord par le Sénégal, seule étape francophone, puis par le Soudan du Sud, l’Ouganda, le Kenya, le Malawi et enfin l’Afrique du Sud.

Les États-Unis entendent contribuer au « renforcement des institutions démocratiques et de la croissance économique » et « faire progresser la paix et la sécurité » sur le continent, annonce un communiqué de la porte-parole du département d'État, Victoria Nuland.

"Résistance des institutions sénégalaises"

La tournée diplomatique de la chef de la diplomatie américaine s’inscrit dans le cadre de la politique africaine des États-Unis présentée en juin dernier par le président Barack Obama. À ce titre, la première étape sénégalaise, avec une rencontre prévue avec le nouveau président Macky Sall, est très symbolique. Alors que Washington avait durement critiqué l’attitude de l’ancien président Abdoulaye Wade avant la présidentielle de mars dernier, Hillary Clinton devrait saluer « la résistance des institutions démocratiques sénégalaises », après avoir craint une dérive autocratique du Parti démocratique sénégalais (PDS), désormais réduit à une très faible opposition (12 députés sur 150 à l’Assemblée).

La secrétaire d'État, qui a déjà visité 102 pays depuis sa prise de fonction, devrait poursuivre son exploration en se rendant pour la première fois dans le plus jeune État du monde, le Soudan du Sud, qui a fêté le 9 juillet le premier anniversaire de son indépendance. Elle y rencontrera le président Salva Kiir « pour réaffirmer le soutien des États-Unis et encourager les négociations avec le Soudan afin de parvenir à un accord sur les questions de sécurité, de citoyenneté et le dossier pétrolier », explique le communiqué de Mme Nuland.

Kony dans le viseur

Autre étape du parcours diplomatique : l’Ouganda, malgré la présence du virus Ebola dans la capitale Kampala. Hillary Clinton se penchera en particulier sur le dossier de l'Armée de résistance du Seigneur (LRA) et de son chef Joseph Kony, recherché par la Cour pénale internationale (CPI) et traqué par l’armée ougandaise avec l'UA avec l’aide d’une centaine de membres des forces spéciales américaines.

À Nairobi, dernière étape avant le Malawi et l’Afrique du Sud, la secrétaire d’État devra prendre le pouls de la démocratie kenyane, malmenée lors des derniers scrutins, et où de nouvelles élections sont programmées en 2013. Faisant d’une pierre deux coups, elle devrait aussi s'y entretenir avec le président sortant de Somalie, Sharif Cheikh Ahmed, candidat à sa succession. Les fragiles institutions somaliennes de transition doivent être renouvelées au cours des deux prochains mois, avec un Parlement chargé d'élire un président au plus tard le 20 août, selon un calendrier soutenu par la communauté internationale.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Continental

Technologies : quand WhatsApp bouscule les codes de la communication politique en Afrique

Technologies : quand WhatsApp bouscule les codes de la communication politique en Afrique

Lancée depuis bientôt cinq ans, l’application de messagerie internet WhatsApp a conquis les smartphones de millions d’utilisateurs dans le monde. Très utilisé en Afrique, l’outil s'inst[...]

C'est du vent !

Les voyages forment tout le monde, quel que soit l'âge de chacun. Il n'y a guère longtemps, je me suis retrouvé dans la capitale - que je préfère ne pas nommer - d'un pays[...]

Électricité : quel pilote pour la (future) Agence africaine ?

Pour la promotion de son "plan Marshall" électrique pour l'Afrique, Jean-Louis Borloo a rencontré trente-sept chefs d'État africains, qui, dans leur majorité, semblent adhérer au[...]

Maryse Condé : "Ma relation avec l'Afrique s'est fondée sur un mensonge"

L'écrivaine guadeloupéenne Maryse Condé publie une biographie culinaire. L'occasion de revenir avec elle sur sa relation avec l'Afrique et de dévoiler une facette aussi importante de sa[...]

Stromae, griot sarcastique malgré lui

Le chanteur belge Stromae est en tournée africaine. Ecoutées au premier degré ou pastichées, les chansons de son album "Racine carrée" illustrent la politique du continent.[...]

Esclavage : "Libres et sans fers", paroles captives

Dans un ouvrage récent, trois chercheurs explorent les archives judiciaires françaises à la recherche de témoignages d'esclaves. De très émouvantes voix d'outre-tombe.[...]

Comment la diaspora influence l'opinion politique africaine grâce aux médias en ligne

RFI, Jeune Afrique, Le Point Afrique, (ex-) Slate Afrique, Le Monde Afrique, Afrik.com, etc. En Afrique francophone, les médias panafricains les plus sérieux et les plus influents sont… basés en France.[...]

Mondial 2022 au Qatar : trois hauts dirigeants du football africain nommément accusés de corruption

Au mois de juin 2014, le "Sunday Times" publiait une enquête dénonçant l'existence d'un système de pots-de-vin ayant conduit à l’attribution de la Coupe du monde de football au[...]

Corsafrique : à Tasso, dans la vallée des croupiers

C'est à Tasso, en Corse-du-Sud, que Michel Tomi recrutait les employés de ses casinos. En sens inverse, il a aussi importé un peu d'Afrique sur l'île, au grand dam des nationalistes.[...]

Derrière la rhétorique des guerres climatiques

Philippe Roudier est chercheur, spécialiste des impacts du changement climatique en Afrique.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers