Extension Factory Builder
30/07/2012 à 16:56
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le président ivoirien Alassane Ouattara (g.) et le président de l'Acnoa, Lassana Palenfo. Le président ivoirien Alassane Ouattara (g.) et le président de l'Acnoa, Lassana Palenfo. © Mathieu Olivier pour J.A.

Samedi 28 juillet, l'Afrique a inauguré son premier village olympique pour les JO de Londres en présence notamment de la princesse Lalla Joumala du Maroc, du Premier ministre algérien Ahmed Ouyahia et du président ivoirien Alassane Ouattara. Une réussite malgré quelques couacs…

L’Afrique vient de concrétiser une grande première : organiser, en marge des Jeux olympiques de Londres, un espace de promotion culturelle, touristique et sportif à destination de l’ensemble des pays du continent. Selon le président de l’Acnoa (Association des Comités olympiques nationaux africains), Lassana Palenfo, l’Asie ou l’Europe pourrait même suivre l’exemple, dans quatre ans, à Rio.

>> Suivez avec Jeune Afrique les performances des athlètes africains au JO de Londres 2012

L’affaire n’a pourtant pas été sans embûches. Alors qu’une vingtaine de pays avaient annoncé leur participation – et avaient loué un espace de présentation - certains stands sont restés vides, comme ceux de l’Ouganda ou encore du Congo-Brazzaville. Le Togo, bien présent quant à lui, a pour sa part peiné à remplir l’espace. Désorganisé par le changement de Premier ministre, le ministre des Sports ne pouvant être présent, et l’ambassadrice togolaise à Londres étant alors… à Paris, les Togolais ont limité les dégâts, en espérant que le matériel soit acheminé dans les prochains jours.

Inauguration de l'Africa Village aux JO de Londres 2012.

© Mathieu Olivier pour J.A.

Présidents fantômes

Les organisateurs ont passé une journée tendue. Et pour cause, dès 9h20 du matin, alors que le village ouvre à peine ses portes, un bruit se répand dans les coulisses : le président Ouattara est annoncé pour 9h40 puis 10h. Branle-bas de combat pour une visite matinale qui n’était pas attendue. Le tapis rouge (vert pour l’occasion) est balayé, la sécurité s’affaire et le vice-président de l’Acnoa, l’Algérien Mustapha Berraf, s’active en coulisses.

Au bout d’une demi-heure, celui-ci finit par confier : « Ouattara ne viendra pas ce matin. Mais vous allez avoir le président tunisien ». Moncef Marzouki est en effet en ville depuis vendredi 27 juillet, pour la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques. Après un passage à l’ambassade, il souhaite faire un passage par le village africain. Problème : la course cycliste messieurs perturbe la circulation. Bilan : Marzouki abandonne, au grand dam des participants au stand de la Tunisie.

Une réussite

Alassane Ouattara : la paix, la CAN et les JO

Interrogé sur la possibilité pour l’Afrique et notamment pour la Côte d’Ivoire, d’accueillir à termes les Jeux olympiques, le président ivoirien s’est montré lucide : « Il y a beaucoup de pays qui ont eu la chance d’avoir la paix pendant des années. La Côte d’Ivoire vient quant à elle de sortir d’une crise. Nous allons d’abord travailler pour accueillir la Coupe d’Afrique des Nations. ».

Ouattara reporté, Marzouki annulé, les noms continuent d’aller bon train. Le président gabonais Ali Bongo est annoncé. Le Premier ministre algérien également. Seul ce dernier honorera la cérémonie d’inauguration de sa présence. Accompagné du président ivoirien, finalement présent, et de Lalla Joumala, princesse du Maroc et ambassadrice du Royaume à Londres, le cortège effectue un tour des stands studieux, en fin de journée, malmené par la cohorte de cameramen et de photographes habituelle.

Deux déclarations à la presse plus tard, pour louer le côté admirable des athlètes africains et évoquer l’espoir de Jeux olympiques sur le continent (voir encadré), et la visite officielle est terminée. Celle-ci est loin d’être anecdotique. Elle vient de mettre le village africain sur de bons rails.

___

Mathieu Olivier, envoyé spécial à Londres.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Continental

Francophonie : Kamel Daoud reçoit le Prix des cinq continents

Francophonie : Kamel Daoud reçoit le Prix des cinq continents

C’est son roman "Meursault, contre-enquête", qui a valu à l’écrivain et journaliste algérien Kamel Daoud le prix de l'Organisation internationale de la Francophonie. La récom[...]

L'institut Choiseul classe ses "100 leaders économiques africains de demain"

L'Institut Choiseul vient de publier la "Choiseul 100 Africa", un classement annuel identifiant les "leaders économiques de demain" parmi les jeunes dirigeants africains de 40 ans et moins. Certains[...]

Plus de 3 000 migrants ont péri en Méditerranée depuis début 2014

La traversée de la Méditerranée reste le voyage le plus meurtrier pour les migrants clandestins. Depuis début 2014, plus de 3 000 d'entre eux ont ainsi péri en chemin, selon l'Organisation [...]

Gouvernance en Afrique : votre pays est-il performant, selon l'indice Mo Ibrahim 2014 ?

La fondation Mo Ibrahim a publié, lundi 29 septembre, son indice annuel sur la gouvernance en Afrique. Bilan : l'Afrique progresse globalement, notamment grâce aux questions des droits de l'homme et de la[...]

Satan is back

Même si l'on reproche aux journalistes - souvent à raison - de ne parler de l'Afrique subsaharienne que sous l'angle de ses échecs, lesquels masquent le foisonnement de ses réussites[...]

La Francophonie confrontée au casse-tête de la succession d'Abdou Diouf

Après 12 ans sous la férule de l'ancien président sénégalais Abdou Diouf, l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF) se trouve face au casse-tête de sa succession fin novembre[...]

La fondation pour l'Afrique de Borloo en marche d'ici la fin de l'année

Jean-Louis Borloo, qui s'est retiré de la vie politique en avril dernier, estime que sa fondation sur l'Afrique sera opérationnelle d'ici la fin de l'année, a-t-il indiqué dans un entretien au[...]

Ebola : le FMI accorde une aide supplémentaire aux pays touchés

Le Fonds monétaire international (FMI) a approuvé vendredi une enveloppe supplémentaire de 130 millions de dollars en faveur des trois pays les plus frappés par Ebola (Guinée, Liberia, Sierra[...]

Burkina Faso : 4 octobre 1984, le discours historique de Sankara à l'ONU

Sankara visionnaire ? En se présentant, le 4 octobre 1984, à la tribune des Nations unies, le jeune capitaine burkinabè était loin d'imaginer que, 30 ans plus tard, la plupart des thèmes de son[...]

Afrique de l'Ouest : ce que vos dirigeants ont dit sur Ebola

Les dirigeants africains ont-ils pris suffisamment tôt la mesure du danger que représentait le virus Ebola ? Pour tenter de répondre à cette question, nous avons répertorié les[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers