Extension Factory Builder
30/07/2012 à 18:15
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Azza Besbes participe au concours du sabre aux JO 2012. Azza Besbes participe au concours du sabre aux JO 2012. © DR

À Londres, une famille pas comme les autres vivra pleinement une passion partagée. Porte-étendard de l’escrime féminine tunisienne, les Besbes comptent bien s’imposer aux JO 2012.

Deux dynasties sont représentées aux JO 2012 : celle des Windsor dans les tribunes officielles... et celle des Besbes sur les pistes d'escrime. Originaire de Sfax, la famille Besbes a donné à cette discipline ses lettres de noblesses en Tunisie. Quand Hayet Ben Ghazi rencontre Ali Besbes, dans les années 80, elle est championne de Tunisie de fleuret, mais aucun d’entre eux ne se doute encore que ce sport deviendra l’emblème de leur famille.

Ali, ancien basketteur et professeur d’éducation physique, se met à l’escrime en entraînant sa championne d’épouse mais choisit de construire sa carrière à Abou Dhabi où il  fait reconnaître ses qualités d’encadreur sportif. Cinq enfants plus tard, tous nés aux émirats, Hayet ne lâche pas la lame et fait prendre les armes à ses filles Azza, Sarra, Héla et Rym, ainsi qu’au petit dernier, Ahmed Aziz.

Découvrir notre page spéciale "L'Afrique aux JO 2012".

L’escrime est à la fois le ciment et le terreau des Besbes. Touches et esquives deviennent une affaire de famille et le goût des passes mouchetées donne une nouvelle génération de sportifs de haut niveau. Déterminés et entreprenants, tous les enfants Besbes font partie de l'équipe de Tunisie d'escrime ; Rym et Ahmed Aziz, ainsi que Azza, Héla et Sarra qui évoluent depuis quelques années dans des clubs français, à l’US Métro et au VGA Saint-Maur

À Londres, les regards d’Ali et d’Hayet, mais aussi de la Tunisie, seront tournés vers les performances de Azza et Sarra, surnommées Zazza et Sarroura. Cette dernière, spécialiste de l’épée et du fleuret, a une revanche à prendre depuis le triste épilogue de sa participation aux championnats du monde de Catane en octobre 2011. Contrainte par la Fédération tunisienne d’escrime (FTE) de refuser le combat contre l’Israélienne Noam Mills, en raison de la campagne « Boycott, désinvestissement et sanctions » à l’encontre d’Israël, elle a subi, à 23 ans, une humiliation sportive mémorable. Regard et épée pointés vers le sol, cette championne d'Afrique a reçu, en silence, les cinq touches réglementaires qui donnaient la victoire à son adversaire.

Les JO, sabre au clair

Aux JO 2012, Zazza, très critique à l’encontre des instances qui encadrent l’escrime en Tunisie, a aussi un défi à relever. Championne d’Afrique 2012, la plus titrée des escrimeuses arabes et africaines doit faire mieux qu’à Pékin, où, à 17 ans, cette spécialiste du sabre avait atteint  les quarts de finale d'un tournoi individuel olympique.

Dans tous les cas, Hayet, aujourd’hui présidente de l’Association sportive féminine de Tunis et arbitre international, ainsi qu'Ali, membre de la FTE, sont convaincus que bon sang ne saurait mentir et que Sarra et Azza ne botteront pas en touche.






 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie : pourquoi l’armée n’y arrive pas

Tunisie : pourquoi l’armée n’y arrive pas

Dans une enquête exclusive à paraître dans son numéro 2798, Jeune Afrique explique pourquoi l'armée tunisienne n'arrive pas à reprendre le contrôle du Mont Chaâmbi, foyer de l'[...]

Tunisie : 74 migrants venus de Libye recueillis par des pêcheurs

Des pêcheurs tunisiens ont recueilli jeudi soixante-quatorze migrants qui tentaient de gagner l'Italie depuis la Libye. Ils avaient erré cinq jours en mer.[...]

Diaporama : "Djerbahood", le street art s'invite en Tunisie

Cet été, des graffeurs du monde entier ont investi les ruelles d'Erriadh, une petite bourgade de l'île de Djerba, pour réaliser une expérience inédite de street art en Tunisie. Armés[...]

Tunisie : frictions entre la Défense et la présidence pour la succession du général Hamdi

La question de la succession du chef d'état-major de l'armée de terre, le général Mohamed Salah Hamdi, remplacé le 12 août par Ismaïl Fathalli, a opposé le président[...]

Douze chefs d'État africains avec Hollande aux cérémonies du débarquement en Provence

François Hollande accueille ce vendredi 13 chefs d'État, dont douze africains, à bord du Charles-de-Gaulle pour les commémorations du 70e anniversaire du Débarquement de Provence avec en point[...]

IIe guerre mondiale : les victoires oubliées des "indigènes"

Avant le grand débarquement, la reconquête des Alliés est amorcée par la Corse et l'Italie. Des batailles aussi épiques que méconnues menées par les[...]

Salma Hamza, architecte tunisienne : "La modernité peut très bien respecter le traditionnel"

L'architecte tunisienne Salma Hamza milite pour la réhabilitation des matériaux traditionnels. Et la restauration du patrimoine de son pays. Interview.[...]

Tunisie : des balles et des morsures

Depuis la révolution (des épines) du jasmin, les Tunisiens comptent plus de journées de deuil que de fêtes nationales (mises sous éteignoir), créant un climat[...]

Tunisie : Mondher Zenaidi va-t-il revenir sur la scène politique ?

Exilé volontaire à Paris depuis trois ans, l'ex-ministre du Commerce de Ben Ali reste populaire dans son fief de Kasserine comme dans les milieux destouriens. Cédera-t-il à la tentation de[...]

Tirailleurs : le chagrin des indigènes

Tierno Monénembo est un écrivain guinéen, Prix Ahmadou-Kourouma 2012 pour Le Terroriste noir, sur Addi Bâ, héros méconnu de la Résistance..[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex