Extension Factory Builder
30/07/2012 à 09:13
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Dioncounda Traoré accueilli par Cheick Modibo Diarra à l'aéroport de Bamako, le 27 juillet. Dioncounda Traoré accueilli par Cheick Modibo Diarra à l'aéroport de Bamako, le 27 juillet. © AFP

Lors de son premier discours à la nation après son retour d'exil en France, Dioncounda Traoré a annoncé la création d'un Haut conseil d'État chargé de "compléter l'architecure institutionnelle du Mali" - une sorte de gouvernement bis chargé de la crise au Nord et des rapports avec la classe politique malienne. Le président de transition a également déclaré qu'il mènerait lui-même les consultations en vue de la formation d'un gouvernement d'union nationale, ainsi que les négociations avec les groupes islamistes armés qui occupent le Nord.

Le premier discours à la nation de Dioncounda Traoré depuis qu'il est revenu au Mali, vendredi dernier, était très attendu. Le président de transition n'a pas déçu, annonçant dimanche sur la télévision publique malienne plusieurs réformes d'envergure pour faire face à la crise malienne. Première annonce : la création d'un Haut conseil d'État (HCE) dirigé par le président et destiné à « compléter l'architecture institutionnelle du pays » et à « l'adapter aux réalités socio-politiques ».

>> Lire ici l'intégralité du discours du président Dioncounda Traoré

À la tête du HCE, Dioncounda Traoré sera asisté de deux vice-présidents, dont l'un sera chargé des questions de défense et de sécurité et de la gestion de la crise dans le Nord tandis que le second représentera les composantes des forces vives du Mali, a précisé le président Traoré.

Enfin, celui-ci a également annoncé la formation d'un gouvernement d'union nationale avec des consultations qu'il va lui-même mener et la création d'une « commission aux négociations » avec les islamistes qui contrôlent depuis quatre mois le nord du pays.

Modibo Diarra mis à l'écart

La création de ces nouveaux organes ne signifie qu'une chose : la reprise en main de la transition par le président, et la mise à l'écart du Premier ministre Cheick Modibo Diarra – notamment pour la formation du prochain gouvernement et pour les négociations avec les islamistes. Ce dernier est jugé par ses détracteurs comme une erreur de casting, notamment en raison du peu d'autonomi dont il a su faire preuve vis à cis des ilitaires putschistes du 22 mars. Confronté à de nombreuses critiques nationales et internationales, Modibo Diarra a cependant déclaré le 28 juillet qu'il ne démissionnerait pas.

(Avec AFP)
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

AUTRES

Armée tunisienne : la grande désillusion

Armée tunisienne : la grande désillusion

Incapable de venir à bout des maquis jihadistes, minée par des querelles au sommet, gangrenée par la politique, la grande muette a beaucoup perdu de sa superbe. Enquête exclusive sur une[...]

Au Liberia, le déclin d'Ebola pourrait n'être que provisoire

Si l'épidémie d'Ebola a considérablement reculé au Liberia, la vigileance reste de mise, après la mort d'une malade samedi.[...]

Terrorisme : le sommet contre Boko Haram se tiendra à Malabo le 8 avril

Près d’un mois et demi après avoir été évoqué une première fois, le sommet extraordinaire sur la stratégie de lutte contre Boko Haram réunissant les chefs d&r[...]

Littérature : "Un racisme en Noir(e) et Blanc(he)"

Beaucoup d'ouvrages évoquant la question du racisme entre le Noir et le Blanc butent souvent sur le principal écueil lié à cette question : une perception manichéenne qui "noircit&[...]

"The Daily Show" : l'humoriste sud-africain Trevor Noah succèdera à Jon Stewart

La chaîne câblée américaine Comedy Central a dévoilé le nom de celui qui succédera à Jon Stewart à la tête du "Daily Show" : il s'agit de l'humoriste sud[...]

Le Brésil, une démocratie malade

Ce sont les évêques brésiliens qui ont le mieux pris la mesure du péril qui menace leur pays. Dans un communiqué du 10 mars, cinq jours avant les manifestations géantes contre [...]

Oncle Jacques (Foccart) et Tonton Lee (Kuan Yew)

Beaucoup d'encre, de temps de parole, de grésillements d'antenne et un colloque de deux jours pour assez peu de chose finalement que cette très médiatique publication de l'inventaire du fonds Foccart p[...]

États-Unis : un étudiant inculpé pour avoir attaché une corde au cou de la statue d'un Noir

Un étudiant de l'université du Mississippi a été inculpé, vendredi, pour avoir  passé une corde au cou d’une statue érigée sur le campus de l’universit&eac[...]

Tunisie : que sait-on de Lokmane Abou Sakhr, le cerveau de l'attentat du Bardo ?

Accusé d’avoir dirigé les attentats du Bardo à Tunis, le jihadiste algérien Lokmane Abou Sakhr, a été abattu samedi 29 mars par l’armée tunisienne. Le terroriste é[...]

Nigeria : vote jugé "démocratique" par l'UA, mais le dépouillement reste sujet à caution

Les premières tendances de l'élection présidentielle au Nigeria sont attendues dans la journée. Un scrutin d'ores et déjà jugé démocratique par l'Union africaine et plusieu[...]

États-Unis : Barack Obama se rendra au Kenya en juillet

Le président américain, Barack Obama, effectuera en juillet sa première visite officielle au Kenya à l'occasion de la 6e édition du sommet global de l'entrepreneuriat organisé à Nai[...]

Karim Bitar : "Au Yémen, un nouvel épisode de la confrontation irano-saoudienne"

Spécialiste du Moyen-Orient à l’Institut des relations internationales et stratégiques (Iris), Karim Bitar analyse le conflit au Yémen et l'intervention directe de l'armée saoudienne contre[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120730090029 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120730090029 from 172.16.0.100