Extension Factory Builder
30/07/2012 à 09:13
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Dioncounda Traoré accueilli par Cheick Modibo Diarra à l'aéroport de Bamako, le 27 juillet. Dioncounda Traoré accueilli par Cheick Modibo Diarra à l'aéroport de Bamako, le 27 juillet. © AFP

Lors de son premier discours à la nation après son retour d'exil en France, Dioncounda Traoré a annoncé la création d'un Haut conseil d'État chargé de "compléter l'architecure institutionnelle du Mali" - une sorte de gouvernement bis chargé de la crise au Nord et des rapports avec la classe politique malienne. Le président de transition a également déclaré qu'il mènerait lui-même les consultations en vue de la formation d'un gouvernement d'union nationale, ainsi que les négociations avec les groupes islamistes armés qui occupent le Nord.

Le premier discours à la nation de Dioncounda Traoré depuis qu'il est revenu au Mali, vendredi dernier, était très attendu. Le président de transition n'a pas déçu, annonçant dimanche sur la télévision publique malienne plusieurs réformes d'envergure pour faire face à la crise malienne. Première annonce : la création d'un Haut conseil d'État (HCE) dirigé par le président et destiné à « compléter l'architecture institutionnelle du pays » et à « l'adapter aux réalités socio-politiques ».

>> Lire ici l'intégralité du discours du président Dioncounda Traoré

À la tête du HCE, Dioncounda Traoré sera asisté de deux vice-présidents, dont l'un sera chargé des questions de défense et de sécurité et de la gestion de la crise dans le Nord tandis que le second représentera les composantes des forces vives du Mali, a précisé le président Traoré.

Enfin, celui-ci a également annoncé la formation d'un gouvernement d'union nationale avec des consultations qu'il va lui-même mener et la création d'une « commission aux négociations » avec les islamistes qui contrôlent depuis quatre mois le nord du pays.

Modibo Diarra mis à l'écart

La création de ces nouveaux organes ne signifie qu'une chose : la reprise en main de la transition par le président, et la mise à l'écart du Premier ministre Cheick Modibo Diarra – notamment pour la formation du prochain gouvernement et pour les négociations avec les islamistes. Ce dernier est jugé par ses détracteurs comme une erreur de casting, notamment en raison du peu d'autonomi dont il a su faire preuve vis à cis des ilitaires putschistes du 22 mars. Confronté à de nombreuses critiques nationales et internationales, Modibo Diarra a cependant déclaré le 28 juillet qu'il ne démissionnerait pas.

(Avec AFP)
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

AUTRES

Syrie : à Kobané, l'armée américaine largue des armes aux Kurdes

Syrie : à Kobané, l'armée américaine largue des armes aux Kurdes

L'armée américaine a annoncé dimanche soir avoir largué pour la première fois des armes aux combattants kurdes qui défendent la ville syrienne de Kobané, assiégée[...]

Libye : 75 morts en moins d'une semaine dans les combats de Benghazi

Neuf personnes ont été tuées dimanche dans de nouvelles violences à Benghazi, portant à 75 le bilan des morts depuis le début d'une offensive contre les groupes islamistes qui contr&ocir[...]

Sénégal - Macky Sall : "Mes principaux adversaires ne sont pas Wade et consorts, ce sont les inégalités sociales"

Réformes, Wade père et fils, procès Habré, Ebola, diplomatie... Macky Sall, le chef de l'État sénégalais répond à toutes nos questions, et défend son bi[...]

Mali : réouverture des négociations de paix à Alger

La reprise des pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés, samedi, à Alger s'inscrit dans un contexte sécuritaire particulièrement tendu dans le nord du pays.[...]

RDC : après les massacres à Béni, la ville n'a plus confiance dans l'armée

Les rebelles ougandais de l'ADF-Nalu (Forces démocratiques alliées – Armée de libération de l’Ouganda) sèment la terreur à Beni, dans l'est de la RDC.[...]

Orrick s'installe officiellement à Abidjan

Exclusif - Dans une interview accordée à Jeune Afrique, le président et le patron Afrique d'Orrick expliquent pourquoi ce géant mondial du droit avec 1100 avocats dans 25 pays a choisi la capitale [...]

Le FMI met en garde l'Algérie au sujet de ses dépenses publiques

Après la visite en Algérie (17 septembre-1er octobre) d'une délégation du Fonds monétaire international, une sévère mise en garde a été adress&eacu[...]

"Sale Marocain !"

Il existe aux Pays-Bas une institution nommée "Kinderombudsman", qui est chargée de veiller sur la bonne santé des enfants du pays, ou plutôt sur leur "bien-être". Par e[...]

Ebola : l'épidémie en RDC est dûe à une nouvelle souche

Le virus Ebola qui sévit actuellement en RDC est issu d'une nouvelle souche. C'est la conclusion d'une étude publiée dans la revue américaine The New England Journal of Medicine.[...]

Algérie-Maroc : Rabat accuse l'armée algérienne d'avoir ouvert le feu sur des civils marocains

Le Maroc a dénoncé un "acte irresponsable" et sommé l'Algérie de s'expliquer après des coups de feu tirés, samedi, à la frontière entre les deux pays.[...]

Égypte : sept soldats tués par une bombe dans le Sinaï

Sept soldats égyptiens ont été tués et quatre blessés dimanche par l'explosion d'une bombe au passage de leur véhicule dans la péninsule du Sinaï, ont indiqué des resp[...]

Nigeria : débarrassé d'Ebola, le pays est "mieux préparé" en cas de nouvelle épidémie

Trois mois après l'arrivée au Nigeria du premier malade d'Ebola, l'épidémie, enrayée, a fait un nombre limité de victimes dans le pays le plus peuplé d'Afrique grâce à[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers