Extension Factory Builder
29/07/2012 à 13:13
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
La Une du J.A. n° 2690, en kiosques du 29 juillet au 4 août. La Une du J.A. n° 2690, en kiosques du 29 juillet au 4 août. © J.A.

Arrivée au pouvoir des islamistes en Tunisie, au Maroc et en Égypte ; présence djihadiste dans le nord du Mali ; violences de la secte Boko Haram au Nigeria... La loi islamique est devenue un slogan politique pour les uns, une crainte pour les autres. Une enquête de Jeune Afrique dans son n° 2690, en kiosques du 29 juillet au 4 août.

L’arrivée d’islamistes au pouvoir en Tunisie et en Égypte, l’inquiétude sur l’avenir de la Libye, le chaos sécuritaire dans le Nord-Mali, la résurgence du débat identitaire en Europe, notamment en France, l’activisme saoudien et qatari en Syrie et ailleurs, tous ces événements épars, complexes et anxiogènes nourrissent une peur qui, semble-t-il, s’est trouvé un épouvantail : la charia.

Dans l’imaginaire occidental, ce terme est synonyme de mains coupées, de lapidation et des sinistres talibans afghans, geôliers de femmes et profanateurs de bouddhas géants. « L’hiver islamiste » sonnerait donc le glas des espoirs soulevés par le Printemps arabe. Pour ne rien arranger, la charia est un concept aux contours flottants. L’étymologie indique qu'elle est la voie tracée par Dieu. Dans la pratique, elle regroupe des actes obligatoires (wâjib), recommandés (mandûb), permis (mubâh), blâmables (makrûh) et interdits (harâm). Et comme le Coran n’est pas un vade-mecum de la loi islamique, il revient aux jurisconsultes, les fuqahâ’, de l’interpréter.

Réformateurs et rigoristes

Pour les réformateurs, il faut renouer avec l’effort d’interprétation, l’ijtihâd. Pour les rigoristes au contraire, il faut retrouver la pureté des origines, celle de la génération des compagnons du Prophète, et réintroduire par exemple des châtiments extrêmes. Voilà ce qui est en jeu actuellement en Afrique du Nord et au Sahel, sur fond d'avancée de la doctrine islamiste et de débats constitutionnels.

En Tunisie, le parti Ennahdha, au pouvoir, a renoncé à faire de la charia une source du droit, mais il envisage de « criminaliser » les atteintes à la religion. Chez le voisin libyen, le président du Conseil national de transition, Mustapha Abdeljalil, a annoncé, au lendemain de la mort de Kadhafi, la volonté du nouveau pouvoir de faire de la charia la source principale de la législation. En Égypte, le président, Mohamed Morsi, membre de la confrérie des Frères musulmans doit faire face à la surenchère salafiste dans l'élaboration de la prochaine Constitution. 
Au Sahel, tous les regards sont portés sur le Nord-Mali.

À lire aussi dans Jeune Afrique n°2690

- Tunisie : où est passé le magot de Ben Ali ?

Les autorités estiment n’avoir récupéré qu’une infime partie des avoirs illicites du clan de l’ex-raïs. Pourquoi les pays partenaires ne collaborent-ils pas ?

- Cemac :  comment Ntsimi a été débarqué

Le sommet des chefs d'Etat, à Brazzaville, le 25 juillet, a consacré la chute du président de la Commission de la Communauté économique et monétaire d'Afrique centrale. Il sera remplacé par le Congolais Pierre Moussa. Retour sur le huis clos des présidents et les sujets qu'ils ont abordés.

Les images des moines-soldats d’Ansar Eddine troquant leur kalachnikov contre des massues pour détruire les mausolées des saints patrons de Tombouctou ne sont pas sans rappeler les talibans afghans, autres moines-soldats, qui ont dynamité les statues de Bouddha dans la vallée de Bamiyan, en mars 2001. Ce courant de pensée wahhabite est pourtant complètement étranger à l’école malékite qui caractérise l’islam en Afrique subsaharienne.

Primauté du droit divin

Hormis le cas du Soudan où la charia a été introduite en 1983, la revendication de la primauté du droit divin n’est apparue qu’à la fin du siècle dernier, quand quatre États (on en est aujourd’hui à douze) du Nord-Nigeria ont élargi le domaine d’application du droit coranique - jusque-là réduit aux seules affaires civile - aux affaires pénales. Mais la pression s'est progressivement renforcée avec notamment l’avènement de la secte Boko Haram, qui revendique attentats, incendies d'églises et d'écoles, pogroms anti-chrétiens...Et au Mali, les groupes armés annoncent pêle-mêle l’application de la charia, l’instauration d’une République islamique et à terme l’installation d’un califat.

En attendant, Ansar Eddine et le Mujao ont introduit la « charia spectacle » : flagellation d’un jeune couple coupable d’avoir conçu un enfant hors mariage, bastonnades contre les vendeurs et les consommateurs d’alcool, interdiction de fumer ou de jouer au football... Et pour les lapidations et autres amputations ? « Nous n’avons pas encore recours à de telles sentences car la société n’est pas prête », explique Omar Ould Hamaha, un chef militaire à Gao. Quand le sera-t-elle ? « Le jour où nous dominerons le Mali pour en faire un califat », répond le djihadiste.

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Continental

Mariage des enfants : les dirigeants africains doivent agir dès maintenant

Mariage des enfants : les dirigeants africains doivent agir dès maintenant

L'archevêque émérite Desmond Tutu est l'ancien président de The Elders et le co-fondateur de Filles, pas épouses : le partenariat mondial pour la fin du mariage des enfants. Nyaradzayi Gumbonzva[...]

CAN 2015 : chapeau, Malabo !

Organisée dans l'urgence, la compétition a connu quelques ratés au démarrage. Témoignages d'entraîneurs, qui saluent finalement "l'exploit" de la Guinée[...]

Mahmoud Abbas attendu à Addis-Abeba pour le sommet de l'UA

Le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, est attendu vendredi à Addis-Abeba pour l’ouverture du sommet des chefs d’État et de gouvernement de l’Union[...]

La fin de l'épidémie d'Ebola est-elle proche ?

Alors que le nombre de nouveaux cas d'Ebola est retombé en janvier à son plus bas niveau depuis août en Sierra Leone et en Guinée, et depuis juin pour le Liberia, l'OMS et des professionnels du[...]

ONU - Hiroute Guebre Sellassie : "Boko Haram nous concerne tous"

Pour Hiroute Guebre Sellassie, l’envoyée spéciale de Ban Ki-moon au Sahel, Boko Haram n’est pas que le problème du Nigeria et la communauté internationale doit se mobiliser avant[...]

Agroalimentaire : Supreme Group passe à l'attaque en Afrique

 Supreme Group, multinationale du soutient logistique et du transport alimentaire, diversifie ses activités et s'intéresse désormais aux PME africaines, a appris "Jeune Afrique".[...]

Ashish Thakkar, un businessman presque parfait

Partenaire du banquier Bob Diamond en Afrique, cet homme d'affaires anglo-ougandais bâtit sa légende en même temps que sa fortune. Enquête sur un réfugié autodidacte devenu grand[...]

Ebola, Boko Haram, Libye... Les thèmes qui vont dominer le 24e sommet de l'UA

En attendant l’arrivée des chefs d’État et de gouvernement, les 30 et 31 janvier, à Addis-Abeba, les ministres des Affaires étrangères ont commencé, lundi 26 janvier,[...]

Terrorisme : Al-Qaïda, Daesh, même jihad

Ennemies au Moyen-Orient, les deux grandes mouvances de l'islamisme radical ont tendance à s'imbriquer à mesure que l'on s'éloigne du foyer syro-irakien.[...]

Théâtre : la misère affective du déraciné par Elise Chatauret

Dans Nous ne sommes pas seuls au monde, l'auteure et metteuse en scène Élise Chatauret évoque le déracinement affectif d'un exilé africain.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120729124939 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120729124939 from 172.16.0.100