Extension Factory Builder
28/07/2012 à 17:03
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
La crise a fait plus de 200 000 déplacés au Mali, 250 000 dans les pays voisins. La crise a fait plus de 200 000 déplacés au Mali, 250 000 dans les pays voisins. © AFP

La situation humanitaire au Mali s'aggrave de jour en jour selon John Ging, directeur des opérations humanitaires des Nations Unies, au Mali depuis le 22 juillet. Alors que l'accès aux populations déplacées demeure difficile, il plaide pour une plus grande solidarité internationale avec les Maliens. Interview.

Jeune Afrique : Vous revenez d'une visite à Mopti. Quelle est la situation humanitaire au Nord-Mali  ?

John Ging : Elle est très critique. La crise alimentaire touche 3,5 millions de personnes, 175 000 enfants souffrent de malnutrition aiguë sévère, il y a environ 200 000 déplacés à l’intérieur du pays et 250 000 réfugiés dans les pays voisins.

La situation est-elle en train de se détériorer ?

Il est clair que la situation humanitaire se détériore de plus en plus, mais j’ai été frappé par la dignité et l’espoir de la population malienne. Pour l’instant les conditions humanitaires sont graves et il faut plus de solidarité internationale. Un appel d’aide humanitaire à hauteur de 214 millions de dollars a été lancé, mais à ce jour, seulement 42% de cette somme a été débloquée.

Un appel d’aide humanitaire à hauteur de 214 millions de dollars a été lancé, mais seulement 42% de la somme a été débloquée.

De quoi les populations ont-elles le plus besoin ?

Les besoins urgents sont d’abord d’ordre nutritionnel, en premier lieu pour les enfants, mais aussi d'ordre sanitaire pour éviter la recrudescence du paludisme et du choléra. Il faut aussi des traitements thérapeutiques spécifiques pour les enfants, et un soutien psychosocial. Enfin, une logistique est nécessaire pour l’éducation des enfants de déplacés afin de préparer leur avenir.

Que pouvez-vous faire contre le choléra ?

C’est qui est important aujourd’hui, c’est la prévention pour limiter les dégâts. Il faut traiter l’eau et assainir les aliments que mangent les populations déplacées.

Comment collaborez-vous avec les groupes islamistes sur le terrain ?

Nous nous focalisons d’abord sur la population qui a besoin d’aide, nous identifions le lieu où elle se trouve et les groupes armés qui contrôlent la zone. Puis nous négocions avec ces derniers pour avoir accès aux populations.

Il est vrai que cet accès est limité, mais il y a des ONG nationales et internationales qui interviennent. Ce qu’il faut maintenant c’est débloquer les fonds pour répondre aux besoins de la population.

_______

Propos recueillis par Baba Ahmed, à Bamako
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Ebola : trois choses à savoir sur la tournée de Ban Ki-moon en Afrique de l'Ouest

Ebola : trois choses à savoir sur la tournée de Ban Ki-moon en Afrique de l'Ouest

Ban Ki-moon a annoncé mercredi à New York qu'il se rendra à partir du 18 décembre en Afrique de l'Ouest. Une tournée dans les pays qui ont été touchés par le virus Ebola. Pou[...]

Mali : IBK assume la libération de quatre jihadistes

Très critiqué dans son pays pour avoir ordonné la libération de quatre jihadistes afin d’obtenir celle de l’otage français Serge Lazarevic le 9 décembre, Ibrahim Boubacar[...]

Mali - France : Lazarevic et Sofara

Un Français vaut-il plus qu'un Malien ? Certains jugeront la question déplacée. Elle mérite pourtant qu'on s'y arrête au vu des circonstances qui ont mené à la[...]

Jean-Yves Le Drian : "Au Mali comme en Centrafrique, l'heure de vérité approche"

Un an après le déclenchement de l'opération Sangaris, et deux ans après celui de l'opération Barkhane, le ministre français de la Défense affiche ses objectifs : des[...]

Paris veut un accord de paix au Mali en janvier

Paris souhaite que les négociations de paix maliennes entre Bamako et les groupes armés du Nord, sous médiation algérienne, aboutissent en janvier, a déclaré le ministre français de[...]

Sahel : Lazarevic pense avoir été capturé pour une rançon et nie être un mercenaire

L'ex-otage français Serge Lazarevic, libéré mardi après plus de trois ans de captivité au Sahel, a estimé dimanche, dans le journal de 20 heures de France 2, que ses ravisseurs l'avaient[...]

Mali : le Tunisien Mongi Hamdi nommé à la tête de la Minusma

Le ministre tunisien des Affaires étrangères, Mongi Hamdi, remplace le Néerlandais Bert Koenders à la tête de la Minusma, a annoncé vendredi un communiqué des Nations unies.  [...]

Le Mali confirme que des jihadistes ont été libérés en échange de l'ex-otage français Lazarevic

Plusieurs prisonniers détenus à Bamako ont bien été libérés en échange de l'ex-otage français Serge Lazarevic, a confirmé vendredi le ministre malien de la Justice,[...]

Mali : vers un accord de paix définitif ?

Le Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA) paraît peu enclin à signer le projet d'accord de paix proposé par la médiation algérienne. Bamako compte sur Rabat pour convaincre le[...]

Mali : la mort d'Ahmed el-Tilemsi, un coup dur pour le Mujao et Belmokhtar

Ahmed el-Tilemsi, l'un des principaux chefs jihadistes de la bande sahélo-saharienne, a été tué dans un raid mené par les militaires français dans le nord du Mali. Pour Paris, il s'agit[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers