Extension Factory Builder
27/07/2012 à 14:52
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des Tunisiens achètent du pain pour la rupture du jeûne, à Tunis en 2011. Des Tunisiens achètent du pain pour la rupture du jeûne, à Tunis en 2011. © Fethi Belaid/AFP

Le docteur Bouchra Benlarbi Amar est une endocrinologue marocaine spécialisée dans les maladies métaboliques et la nutrition. En cette période de ramadan, nous avons sollicité ses conseils pour dresser une liste des principaux pièges à éviter lors la pratique du jeûne. Interview.

Jeune Afrique : Cette année encore, le mois de ramadan a lieu en plein été. Les journées de jeûne sont plus longues, 17 heures en moyenne, et plus chaudes que pendant le reste de l'année. Quelles en sont les conséquences sur l'organisme ?

Bouchra Benlarbi Amar (en photo ci-dessous) : Les conséquences du jeûne en été sont multiples. La première et la plus fréquente est la déshydratation. Ensuite la mauvaise digestion, qui entraine des ballonnements, constipation et mauvaise haleine, dus à l’ingestion massive d’aliments dans un temps court à l’heure de la rupture du jeûne. Enfin, la durée de sommeil est raccourcie, ce qui entraîne mauvaise humeur, baisse de vigilance, baisse des performances physiques et intellectuelles des jeûneurs.

Les Jeux olympiques ont lieu durant le ramadan. Certains athlètes musulmans assurent que le jeûne favorise leur performance. Qu'en pensez-vous ?

Je ne pense pas que le jeûne soit compatible avec la pratique d'un sport de haut niveau.

Je ne pense pas que le jeûne soit compatible avec la pratique d'un sport de haut niveau car sans eau ni nourriture, le corps est mis dans un état de détresse assez rapidement avec pour conséquence : vertiges, hypoglycémie, voire perte de connaissance. Pour les sportifs marocains, ils peuvent reporter le jeûne à l'après compétition puisqu’une fatwa les y autorisant a été émise par le Conseil supérieur des oulémas.

Faut-il une préparation spécifique pour pouvoir concourir en haute compétition tout en jeûnant ?

Se préparer pour le ramadan est valable pour tous musulmans pratiquants. Mais quelle que soit la qualité de cette préparation, elle ne permettra pas aux athlètes de concourir comme leur collègues non jeûneurs. Ils seront dans tous les cas pénalisés.

Cinq écueils à éviter pendant le ramadan, selon le Dr Bouchra Benlarbi Amar :

- Ne pas prendre un seul repas copieux. Il faut préférer une répartition alimentaire en 2 ou 3 prises.

- Éviter les repas trop riches en gras et en sucres (fritures, et gâteaux au miel par exemple).

- Ne pas remplacer l'eau, fondamentale pour l'hydratation, par des jus ou des sodas.

- Éviter de commencer une activité physique inhabituelle.

- Ne pas raccourcir son temps de sommeil : il faut garder son rythme habituel.

Vous êtes diabétologue, endocrinologue et nutritionniste. Conseillez-vous souvent à vos patients de ne pas jeûner pour des raisons de santé ? Sont-ils réticents à renoncer au jeûne ?

Les consensus sur le diabète et le ramadan évoluent avec les nouvelles molécules thérapeutiques et les nouvelles technologies mises en œuvre. Mais les mêmes critères restent valables pour permettre à un patient diabétique de jeûner : ne peut jeûner que le diabétique bien équilibré, n'ayant aucune maladie intercurrente, aucune complication, sous réserve d'une surveillance clinique et biologique durant le mois de ramadan.

Les patients sont de moins en moins réticents à renoncer au jeûne pour des raisons de santé. Ils sont beaucoup plus éclairés et éveillés qu'avant, et donc plus attentifs aux conseils de leur médecin. Il y a souvent un amalgame entre religion et tradition quant au jeûne.

Arrivez-vous à adapter vos programmes alimentaires personnalisés aux patients qui refusent de renoncer au jeûne, en prenant en compte le rythme de vie lié au ramadan ?

Le médecin peut adapter le traitement et le programme alimentaire aux patients qui refusent de renoncer au jeûne, à condition bien sûr qu'il n'y ait pas de contre-indication absolue et uniquement dans ce cas.

Quelles sont les conditions d'un jeûne sain pour la santé ?

Un jeûne sain passe tout d’abord par une bonne aptitude physique et psychique. L’absence de toute maladie patente et le respect d'un régime alimentaire équilibré avec une bonne hydratation sont nécessaire. Enfin il faut maintenir une activité physique modérée (pas de sport intense), et surtout préserver un sommeil réparateur.

_______

Propos recueillis par Katia Guibert

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Continental

Le propos raciste qui fait du bien

Le propos raciste qui fait du bien

Peut-on utiliser les clichés pour mieux les dynamiter ? Des étudiants français répètent les saillies caractéristiques du racisme ordinaire pour en souligner l’absurdité[...]

Vidéos - Football : les stades les plus chauds du continent

De Casablanca à Johannesburg en passant par Kumasi (Ghana), "Jeune Afrique" vous présente quelque-uns des stades de football les plus chauds du continent. Frissons garantis.[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leur territoire. Grâce à une carte[...]

France : quand François Hollande oublie les "tirailleurs"

À la Grande Mosquée de Paris, sur la plaque gravée en hommage aux soldats musulmans mort pour la France, l'Élysée va devoir réparer son omission.[...]

La diversité religieuse ? Une richesse inéquitablement répartie

Chrétiens, juifs, musulmans, animistes, athées... Sur Terre, ce n'est pas la diversité qui manque. Une enquête recense les pays où elle est le plus forte. Première en Afrique, la[...]

Japon - Yoshifumi Okamura : en Afrique, "c'est maintenant qu'il faut y aller !"

De passage à Paris, l'ancien ambassadeur du Japon en Côte d'Ivoire - et désormais représentant personnel du Premier ministre pour l'Afrique-, Yoshifumi Okamura, évoque l'avancée des[...]

Risque-pays : les bons et les mauvais élèves africains

Aon Risk Solutions vient de publier la 16e édition de la carte de risque pays. Si l'Afrique australe reste (à l'exception du Zimbabwe) la zone la moins risquée du continent, le Maroc, le Ghana et l'Ouganda[...]

Terrorisme - Iyad Ag Ghaly : arrête-moi si tu l'oses !

Recherché pour terrorisme par le monde entier, le chef touareg Iyad Ag Ghaly semble pourtant poursuivi avec bien peu d'ardeur. Et pour cause : il reste un acteur essentiel dans la région.[...]

Veni vidi... Vinci ?

Après des années de suprématie chinoise, les français Bouygues, Eiffage et Vinci repartent à l'assaut du continent. Leurs atouts ? Qualité, respect des délais et recours[...]

Olivier Stintzy : "Investir dans les hôpitaux, les écoles, le logement"

Pour ce gestionnaire de fonds, les partenariats public-privé permettent de prolonger la durée de vie des équipements à vocation sociale tout en garantissant leur rentabilité.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces