Extension Factory Builder
27/07/2012 à 08:51
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Manifestation devant le local d'Ennahdha, à Sidi Bouzid, le 26 juillet 2012. Manifestation devant le local d'Ennahdha, à Sidi Bouzid, le 26 juillet 2012. © Mokhtar/AFP

Les manifestations pacifiques d'ouvriers réclamant leur paie se sont transformées, jeudi 26 juillet, en véritables émeutes à Sidi-Bouzid. Aucun blessé n'est cependant à déplorer dans cette ville du centre-ouest de la Tunisie où est née la révolution.

La situation sociale est toujours aussi préoccupante en Tunisie, où le gouvernement mené par Hamadi Jebali (Ennahdha, islamiste), confronté à un large mouvement de contestation, n'a pas encore réussi à tenir ses promesses de redressement de l'économie. Signe d'une attente populaire frustrée, plusieurs dizaines de manifestants s'en sont pris, jeudi 26 juillet, au siège du gouvernorat (préfecture) de Sidi Bouzid (Centre-Ouest).

La ville, d'où était partie la révolution tunisienne en décembre 2010, a été le théâtre de violents affrontements, la police procédant à des tirs de sommation et de gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants. Un pneu a été enflammé avant d'être jeté à l'intérieur du gouvernorat.

"La police de Ben Ali"

« Voici de nouveau la police de Ben Ali », ont crié les assaillants en lançant des pierres en direction des forces de l'ordre appuyés par des éléments de l'armée. Ils ont aussi tenté d'incendier le local d'Ennahda, défonçant la porte d'entrée et saccagean les bureaux situés dans un immeuble du centre-ville.

Les émeutes sont parties d'un mouvement à la base pacifique, des ouvriers privés de salaire depuis plusieurs semaines réclamant leur dû avant d'être ralliés, jeudi, par leurs proches et des habitants de la ville. Le ministère de l'Intérieur a cependant démenti que la police ait procédé à des tirs de sommation. Aucun blessé n'a été signalé.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie : 26 candidats en lice face à Marzouki pour la présidentielle du 23 novembre

Tunisie : 26 candidats en lice face à Marzouki pour la présidentielle du 23 novembre

L'Instance supérieure indépendante pour les élections (Isie) a dévoilé mardi les noms de 27 candidats retenus pour la présidentielle du 23 novembre en Tunisie.[...]

Tunisie - Troussier : "Il fallait que je quitte Sfax"

À peine trois mois après son arrivée à Sfax, Philippe Troussier (59 ans), quitte la Tunisie, après l’élimination samedi soir en demi-finale de la Ligue des champions face aux[...]

Tunisie : le procès en appel de deux policiers tunisiens reconnus coupables de viol reporté au 6 novembre

Le procès en appel de deux policiers tunisiens reconnus coupables d'avoir violé une jeune femme a été reporté au 6 novembre à la demande des avocats de la jeune femme.[...]

Démographie : si la Tunisie m'était comptée

Exode rural massif, baisse de la natalité, réduction de la taille des familles, boom de l'immobilier... Le recensement va-t-il orienter l'action du prochain gouvernement tunisien ?[...]

Maghreb : une lueur au bout du couloir de la mort

Au Maghreb, des centaines de détenus croupissent dans les prisons, attendant une hypothétique exécution. À moins que le parti des abolitionnistes ne l'emporte. Rendez-vous à Tunis les 25[...]

Amina Sboui : son "agression" par des salafistes à Paris était bien "un mensonge"

L’ancienne Femen, Amina Sboui a inventé son agression de juillet dernier par des salafistes à Paris. Un mensonge qui était avant tout un "appel au secours", avoue-t-elle au quotidien[...]

Immigration : mort à crédit en Méditerranée

Ils paient des passeurs sans scrupule à prix d'or pour traverser la Méditerranée. Cette année, trois mille migrants ont perdu la vie dans ce voyage. Un commerce lucratif et un drame humain face[...]

Élections tunisiennes : guerre d'influence dans les médias

Profitant d'un flou juridique, plusieurs hommes d'affaires tunisiens ont investi dans les médias pour servir leur camp politique. Voire défendre leur propre candidature aux prochaines élections.[...]

Tunisie : à Gabès, le gouvernement bloque un projet de 25 millions d'euros et 300 emplois

Avec une relance en panne, la Tunisie multiplie les appels aux investisseurs étrangers. Mais le gouvernement ne donne pas toujours une suite positive aux projets, sans pour autant motiver son refus de manière[...]

Divergences jihadistes en Tunisie

Les dirigeants du mouvement jihadiste tunisien Ansar al-Charia se divisent sur l'opportunité d'une lutte armée en période pré-électorale. La base, elle, rêverait d'en découdre.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers