Extension Factory Builder
26/07/2012 à 18:48
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Sara El Bekri participe aux épreuves de natation du 28 juillet au 3 août. Sara El Bekri participe aux épreuves de natation du 28 juillet au 3 août. © AFP

À 24 ans, Sara El Bekri espère bien décrocher la première médaille olympique de la natation marocaine. Dans cette perspective, elle s'est entraînée avec l'ancien coach de Laure Manaudou, Philippe Lucas.

Pour sa deuxième participation aux Jeux Olympiques – elle a été la première Marocaine à empocher son billet pour Londres -, la spécialiste de la brasse se présente en nageuse avertie. Entraînée à la dure à Paris par le très médiatique Philippe Lucas, l’ex-coach de la championne française Laure Manaudou, elle a rejoint depuis deux ans le très select club Lagardère Paris Racing.

Son élimination en 2008 à Pékin, dès le premier tour, est désormais loin derrière elle. Il faut dire que le palmarès qu’elle affiche depuis a de quoi la remettre en confiance : deux médailles d’or au Championnat d’Afrique 2010 ; dix médailles (cinq en or, cinq en argent) aux Jeux panarabes de 2011 ; deux médailles d’or au Championnat de France Elite 2012 ; une médaille de bronze à l’Open EDF de Paris 2012.

Rivalités personnelles

Inscrite à la natation par ses parents dès l’âge de 5 ans, Sara El Bekri fait ses premières brasses à la piscine du Complexe Mohammed V de Casablanca, où elle est née. Formée par Mohamed Rachidi au club du Wydad Athletic Club de Casablanca (WAC), elle se distingue déjà à la brasse et en 4 nages. Mais, dès 12 ans, elle fait les frais du conflit opposant le directeur technique national et son entraîneur, lorsque ce dernier la soutient dans sa décision de rejoindre le club concurrent du Raja.

Impliquée dans un conflit opposant le directeur technique national et son entraîneur, elle est exclue durant six années des compétitions.

Elle en paie alors le prix fort : six années d’exclusion des compétitions et du même coup, du seul bassin d’entraînement dont dispose Casablanca. Sauf que Sara El Bekri n’est pas de celles qui se démontent vite. Son baccalauréat scientifique en poche, elle fait ses valises pour Lyon (sud-est de la France) pour y suivre des études d’ingénieur. Inscrite en sport-études à Institut national des sciences appliquées (INSA), elle continue en parallèle son entraînement.

Pas de ramadan

Le défi était risqué, mais Sara El Bekri peut se targuer de l’avoir relevé haut la main. Diplômée en génie industriel, elle décroche un emploi dans un cabinet parisien de conseil en système d’informations. Grâce à un emploi du temps aménagé, celle que l’on dit rigoureuse et ultra-déterminée s’impose dans le même temps parmi les meilleures nageuses de brasse, dans les compétitions françaises et internationales. Encore marginalisée au Maroc, régulièrement mise en difficulté (sa bourse pour les JO 2012 a été gelée), le lien avec son pays ne s’est pour autant jamais brisé. Elle n’a jamais souhaité prendre la nationalité française, ni intégrer l’équipe de France. Elle envisage même un éventuel retour au Maroc.

En attendant, Sara El Bekri concourra à Londres le 400m 4 nages (28 juillet), le 400m nage libre (29 juillet), le 100m brasse (29 et 30 juillet), le 200m 4 nages (30 et 31 juillet), le 200m brasse (1er et 2 août) et le 800m nage libre (2 et 3 août). Fermement décidée à mettre toutes les chances de son côté, elle a annoncé qu’elle ne ferait pas partie des jeûneurs du ramadan. « Incontestablement, nos capacités physiques sont diminuées. On est partagé par la volonté de respecter l’un des cinq piliers de notre religion et celle d’arriver en meilleur état de forme possible aux JO, a-t-elle expliqué. Il se trouve que les sportifs disposent d’une dérogation qui les autorise à manger pendant la compétition et de rattraper les jours non jeûnés dans l’année. » Face aux redoutables Sud-Africaines, nul doute qu’elle sera une dangereuse adversaire.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

OIF - Succession de Diouf : l'Afrique parlera-t-elle d'une seule voix ?

OIF - Succession de Diouf : l'Afrique parlera-t-elle d'une seule voix ?

Une réunion de la dernière chance pourrait avoir lieu avant le huis-clos des chefs d'État, dimanche. Objectif : arriver à dégager un consensus sur une candidature africaine à la succession[...]

DVD 

Documentaire : "I Am Ali", l'album de famille

Quarante ans après le combat opposant le boxeur à Foreman, à Kinshasa, un documentaire intimiste brosse un portrait sensible de l'homme qu'il fut, vu par les siens.[...]

Sénégal : sommet de l'OIF à Dakar, tout se passe à Diamniadio

Diamniadio, un pôle urbain ultramoderne et écologique, accueille le sommet de la Francophonie les 29 et 30 novembre. Une bouffée d'air frais, en périphérie d'une capitale [...]

Hollande aux Guinéens : "Nous avons le devoir de vous soutenir" dans la lutte contre Ebola

À son arrivée à Conakry, François Hollande a affirmé, vendredi, la solidarité de la France avec la Guinée dans la lutte contre l'épidémie d'Ebola. Le[...]

Les sons de la semaine #22 : Petite Noir, Swamp Dogg, Mad Lenoir...

Bienvenue dans notre tour d'horizon musicale hebdomadaire ![...]

France : le message de François Hollande aux dirigeants africains tentés de s'accrocher au pouvoir

Lors d'un entretien télévisé diffusé jeudi, le président français, François Hollande, a adressé un message de bonne gouvernance aux dirigeants africains.[...]

Danse : Hamid Ben Mahi, de la "hogra" à la révolution

Le chorégraphe français d'origine algérienne Hamid Ben Mahi évoque dans son nouveau spectacle, "La Hogra", les vexations qui ont servi de carburant aux révolutions arabes.[...]

La Francophonie, un idéal voué à l'échec

Magaye Gaye est directeur général du cabinet de recherche de financement GMCCONSEILS (Dakar, Sénégal). Au moment où le Sénégal  s’apprête à accueillir le[...]

Francophonie : candidats au poste de secrétaire général, leurs atouts et leurs faiblesses

Dimanche à Dakar, les chefs d'États membres de la Francophonie éliront le nouveau secrétaire général de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF). Présentation[...]

Pour les 70 ans du massacre de Thiaroye, le Cran intente deux actions contre l'État français

Une association française, le Conseil représentatif des associations noires (Cran), a annoncé jeudi avoir intenté deux actions en justice contre l'État français. Elle souhaite notamment[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces