Extension Factory Builder
26/07/2012 à 18:48
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Sara El Bekri participe aux épreuves de natation du 28 juillet au 3 août. Sara El Bekri participe aux épreuves de natation du 28 juillet au 3 août. © AFP

À 24 ans, Sara El Bekri espère bien décrocher la première médaille olympique de la natation marocaine. Dans cette perspective, elle s'est entraînée avec l'ancien coach de Laure Manaudou, Philippe Lucas.

Pour sa deuxième participation aux Jeux Olympiques – elle a été la première Marocaine à empocher son billet pour Londres -, la spécialiste de la brasse se présente en nageuse avertie. Entraînée à la dure à Paris par le très médiatique Philippe Lucas, l’ex-coach de la championne française Laure Manaudou, elle a rejoint depuis deux ans le très select club Lagardère Paris Racing.

Son élimination en 2008 à Pékin, dès le premier tour, est désormais loin derrière elle. Il faut dire que le palmarès qu’elle affiche depuis a de quoi la remettre en confiance : deux médailles d’or au Championnat d’Afrique 2010 ; dix médailles (cinq en or, cinq en argent) aux Jeux panarabes de 2011 ; deux médailles d’or au Championnat de France Elite 2012 ; une médaille de bronze à l’Open EDF de Paris 2012.

Rivalités personnelles

Inscrite à la natation par ses parents dès l’âge de 5 ans, Sara El Bekri fait ses premières brasses à la piscine du Complexe Mohammed V de Casablanca, où elle est née. Formée par Mohamed Rachidi au club du Wydad Athletic Club de Casablanca (WAC), elle se distingue déjà à la brasse et en 4 nages. Mais, dès 12 ans, elle fait les frais du conflit opposant le directeur technique national et son entraîneur, lorsque ce dernier la soutient dans sa décision de rejoindre le club concurrent du Raja.

Impliquée dans un conflit opposant le directeur technique national et son entraîneur, elle est exclue durant six années des compétitions.

Elle en paie alors le prix fort : six années d’exclusion des compétitions et du même coup, du seul bassin d’entraînement dont dispose Casablanca. Sauf que Sara El Bekri n’est pas de celles qui se démontent vite. Son baccalauréat scientifique en poche, elle fait ses valises pour Lyon (sud-est de la France) pour y suivre des études d’ingénieur. Inscrite en sport-études à Institut national des sciences appliquées (INSA), elle continue en parallèle son entraînement.

Pas de ramadan

Le défi était risqué, mais Sara El Bekri peut se targuer de l’avoir relevé haut la main. Diplômée en génie industriel, elle décroche un emploi dans un cabinet parisien de conseil en système d’informations. Grâce à un emploi du temps aménagé, celle que l’on dit rigoureuse et ultra-déterminée s’impose dans le même temps parmi les meilleures nageuses de brasse, dans les compétitions françaises et internationales. Encore marginalisée au Maroc, régulièrement mise en difficulté (sa bourse pour les JO 2012 a été gelée), le lien avec son pays ne s’est pour autant jamais brisé. Elle n’a jamais souhaité prendre la nationalité française, ni intégrer l’équipe de France. Elle envisage même un éventuel retour au Maroc.

En attendant, Sara El Bekri concourra à Londres le 400m 4 nages (28 juillet), le 400m nage libre (29 juillet), le 100m brasse (29 et 30 juillet), le 200m 4 nages (30 et 31 juillet), le 200m brasse (1er et 2 août) et le 800m nage libre (2 et 3 août). Fermement décidée à mettre toutes les chances de son côté, elle a annoncé qu’elle ne ferait pas partie des jeûneurs du ramadan. « Incontestablement, nos capacités physiques sont diminuées. On est partagé par la volonté de respecter l’un des cinq piliers de notre religion et celle d’arriver en meilleur état de forme possible aux JO, a-t-elle expliqué. Il se trouve que les sportifs disposent d’une dérogation qui les autorise à manger pendant la compétition et de rattraper les jours non jeûnés dans l’année. » Face aux redoutables Sud-Africaines, nul doute qu’elle sera une dangereuse adversaire.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Immigration clandestine : Obama et Renzi insistent sur une solution en Libye

Immigration clandestine : Obama et Renzi insistent sur une solution en Libye

La crise tragique de l'immigration clandestine en Méditerranée ne pourra être résolue sans stabilisation de la situation en Libye, ont martelé jeudi Matteo Renzi et Barack Obama, soulignant que[...]

Énergie : à Paris, des maires africains se mobilisent pour l'électrifrication du continent

Une vingtaine de maires francophones de grandes villes africaines se sont réunis vendredi à Paris, à l'initiative de Jean-Louis Borloo et de Anne Hidalgo, maire de la capitale française, pour mettre en[...]

Fifa : Figo, Hayatou et les lusophones

L'Afrique unie derrière Issa Hayatou, l'inamovible patron de la CAF, pour voter comme un seul homme pour Sepp Blatter, l'inamovible patron de la Fifa ? Voire...[...]

Baisers amers d'Istanbul

Istanbul. Printemps 2015. J'ai vu la ville aux mille mosquées penchée sur le Bosphore au milieu de ses splendeurs ottomanes.[...]

Cambodge : 17 avril 1975, le cauchemar commence

Il y a tout juste quarante ans, Phnom Penh tombait entre les mains des soldats de Pol Pot et était aussitôt évacué par la force. Jusqu'en 1979, le régime khmer rouge allait faire[...]

Peinture : l'Ivoirien Ouattara Watts, au-delà de Basquiat

L'artiste ivoirien Ouattara Watts expose jusqu'au 5 mai à Paris. L'occasion de revenir sur l'œuvre de celui qui fréquenta le génie de l'art contemporain Basquiat à la fin de sa vie.[...]

Méditerranée : des migrants musulmans accusés d'avoir jeté douze chrétiens à la mer

Un drame mêlant religion et immigration s’est produit mercredi en Méditerranée. Douze Chrétiens auraient été jetés par-dessus bord après une altercation avec des[...]

Les sons de la semaine #35 : "Shake The Dust", Art Melody, Lino, Neg Marrons

Bienvenue dans notre d'horizon musical hebdomadaire ![...]

Moi, Batista, immigré angolais, la France m'a jeté en prison après des tests osseux

Batista, immigré angolais, dit être né en 1996. Arrivé en France en 2012, il a bénéficié, en tant que mineur et durant deux ans, de l'aide sociale à l'enfance. Avant que[...]

Tunisie : tapis rouge pour la démocratie

La visite de Béji Caïd Essebsi à Paris a été marquée par des honneurs exceptionnels. Les deux pays peuvent maintenant envisager une nouvelle amitié. En attendant que les[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120726190642 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120726190642 from 172.16.0.100