Extension Factory Builder
26/07/2012 à 17:41
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Laurent Fabius se penche sur la crise malienne. Laurent Fabius se penche sur la crise malienne. © AFP

Le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a entamé jeudi 26 juillet une tournée ouest-africaine qui doit le mener en deux jours du Niger au Tchad, en passant par le Burkina faso et le Sénégal. Avec pour but de s'entretenir de la crise malienne avec les leaders de ces pays, qui redoutent une agravation de la situation sécuritaire au Sahel.

Les étapes de la tournée ouest-africaine du ministre français des Affaires étrangères sont désormais connues. Jeudi soir, Laurent Fabius est attendu à Niamey, puis dans les deux jours suivants au Burkina Faso, au Sénégal et au Tchad. Au cœur de ce voyage : la résolution de la crise malienne.

« L'urgence aujourd'hui c'est stabiliser les institutions, stabiliser Bamako » qui est encore « dans un processus très fragile », souligne un diplomate français. « On commence par regarder vers le sud, après on regardera vers le nord », ajoute un autre responsable.

À Niamey, Fabius rencontrera le président Mahamadou Issoufou, le Premier ministre nigérien ainsi que son homologue des Affaires étrangères. Mardi, devant des députés, il avait expliqué souhaiter « une coopération accrue avec (le Niger) qui est à la fois très très pauvre et, en même temps, dont les dirigeants que nous avons reçus à Paris sont apparus vraiment des gens dignes de confiance. (...) Nous ferons tout ce que nous pourrons pour les aider », avait il conclu.

Rapprochement avec le MNLA

La France milite pour que les Touaregs du Mouvement nationale de libération de l'Azawad, un temps alliés des islamistes qui les ont finalement chassés de la plupart des villes du Nord Mali, participent à un dialogue national. « Il faut les attirer dans la négociation », dit-on à Paris. Encore faut-il que le MNLA change définitivement de fusil d'épaule en acceptant de ne plus revendiquer l'indépendance du Nord, une région où les Touaregs ne représentent de toute façon qu'une petite minorité.

Paris est persuadé que les groupes islamistes qui contrôlent le Nord Mali n'ont pas « des effectifs considérables », mais « quelques centaines » d'hommes seulement. Et qu'un retour, prévu vendredi 27 juillet, du président Dioncounda Traoré favorisera un réel retour à l'ordre constitutionnel. « S'il indique qu'il souhaite regagner Bamako, c'est qu'il se sent prêt à le faire », explique une source diplomatique, ajoutant que le président de transition n'a pas demandé à la France d'assurer sa sécurité.

Union nationale à Bamako

Paris comme la Cedeao espèrent enfin l'établissement rapide d'un nouveau gouvernement d'union nationale tel que prévu par les accords du 6 avril avec la junte malienne. Jugé trop influencé par le capitaine putschiste Amadou Haya Sanogo, le Premier ministre actuel, Cheick Modibo Diarra, ne paraît cependant pas favori pour mener le prochain exécutif. Sa démission est demandée par les grands partis politiques qui l'accusent « d'incompétence et d'amateurisme ».

Après Niamey, Ouagadougou accueillera vendredi le ministre français, qui y sera reçu par le chef de l'État Blaise Compaoré avant de poursuivre son chemin vers Dakar. En marge de rencontres officielles, en particulier avec le président sénégalais Macky Sall, Fabius s'y entretiendra aussi avec des acteurs de la société civile, notamment des représentants du collectif « Y'en a marre ».

Samedi soir, le chef de la diplomatie française conclura sa tournée par une brève escale au Tchad pour voir son président Idriss Deby Itno. « Le Tchad a fait part de sa disponibilité pour concourir à une solution de la crise au Mali », a expliqué une source diplomatique, qui explique que ce pays dispose d'une certaine « capacité militaire ».

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

AUTRES

Nigeria : Boko Haram attaque une école à Kano, au moins 13 morts

Nigeria : Boko Haram attaque une école à Kano, au moins 13 morts

L'attaque d'un campus de Kano, dans le nord du Nigeria, mercredi par des éléments présumés de Boko Hram a fait au moins 13 morts et 34 blessés.[...]

Côte d'Ivoire : Bédié annonce son ralliement à Ouattara pour la présidentielle de 2015

Le leader du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) Henri Konan Bédié a annoncé ce mercredi lors d’un meeting tenu dans son fief à Daoukro le ralliement de sa formation &agr[...]

Ebola : la Banque mondiale craint "les conséquences économiques catastrophiques de la peur"

Pour la banque mondiale, plus que le coût direct de l'épidémie (mortalité, morbidité, soins de santé, pertes des jours de travail), le véritable danger réside dans la "r&[...]

RD Congo : y a-t-il un pilote à la Gécamines ?

Scandale de surfacturation, ingérence de l'État, explosion des coûts... Rien ne va plus dans la grande entreprise minière publique du Katanga, qui attend la nomination d'un nouveau dirigeant.[...]

Cameroun : Baileys, l'alcool qui peut vous envoyer en prison

Au Cameroun, mieux vaut faire attention à la boisson que l'on commande. Si une Guiness ne déclenchera que des regards approbateurs, un Baileys pourrait vous valoir une dénonciation pour homosexualité.[...]

Libye : Le Drian sonne le tocsin contre les jihadistes...

Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, tente de convaincre François Hollande et certains des alliés régionaux de la France de la nécessité d'une intervention direct[...]

Algérie : Rachid Nekkaz contre le FLN

L'homme d'affaires algérien Rachid Nekkaz passe pour un original, voire un provocateur. Son dernier "coup" ? Jouer les justiciers en portant plainte contre le patron du FLN.[...]

Maroc : la relève de l'Amazigh Power

Artistes, écrivains ou acteurs associatifs, ils incarnent une nouvelle génération de militants qui se battent pour que la composante berbère de l'identité nationale se traduise dans tous [...]

Maroc : Bouhcine Foulane, 34 ans, la musique amazigh

Ils veulent faire revivre la musique amazigh sous un aspect moderne. Ribab Fusion - le ribab est une sorte de violon à corde unique typiquement amazigh -, ce sont six musiciens âgés de 26 à [...]

Maroc : Brahim El Mazned, 47 ans, les festivals berbères

Derrière le manager culturel, connu sous la casquette de directeur artistique du festival Timitar d'Agadir, il y a l'ethnologue, celui qui a sillonné toute l'Afrique, allant à la rencontre des populati[...]

Maroc : Mounir Kejji, 42 ans, le désenclavement rural

Né à Goulmima, non loin d'Errachidia, il a été tour à tour militant universitaire, associatif et politique. Aujourd'hui, Mounir Kejji veut se consacrer au désenclavement des r&eacu[...]

Maroc : Lahcen Amokrane, 36 ans, l'enseignement

Le secrétaire général de la Fédération nationale des associations d'enseignants du tamazight a du pain sur la planche. Depuis son introduction dans les établissements primaires en [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex