Extension Factory Builder
26/07/2012 à 17:41
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Laurent Fabius se penche sur la crise malienne. Laurent Fabius se penche sur la crise malienne. © AFP

Le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a entamé jeudi 26 juillet une tournée ouest-africaine qui doit le mener en deux jours du Niger au Tchad, en passant par le Burkina faso et le Sénégal. Avec pour but de s'entretenir de la crise malienne avec les leaders de ces pays, qui redoutent une agravation de la situation sécuritaire au Sahel.

Les étapes de la tournée ouest-africaine du ministre français des Affaires étrangères sont désormais connues. Jeudi soir, Laurent Fabius est attendu à Niamey, puis dans les deux jours suivants au Burkina Faso, au Sénégal et au Tchad. Au cœur de ce voyage : la résolution de la crise malienne.

« L'urgence aujourd'hui c'est stabiliser les institutions, stabiliser Bamako » qui est encore « dans un processus très fragile », souligne un diplomate français. « On commence par regarder vers le sud, après on regardera vers le nord », ajoute un autre responsable.

À Niamey, Fabius rencontrera le président Mahamadou Issoufou, le Premier ministre nigérien ainsi que son homologue des Affaires étrangères. Mardi, devant des députés, il avait expliqué souhaiter « une coopération accrue avec (le Niger) qui est à la fois très très pauvre et, en même temps, dont les dirigeants que nous avons reçus à Paris sont apparus vraiment des gens dignes de confiance. (...) Nous ferons tout ce que nous pourrons pour les aider », avait il conclu.

Rapprochement avec le MNLA

La France milite pour que les Touaregs du Mouvement nationale de libération de l'Azawad, un temps alliés des islamistes qui les ont finalement chassés de la plupart des villes du Nord Mali, participent à un dialogue national. « Il faut les attirer dans la négociation », dit-on à Paris. Encore faut-il que le MNLA change définitivement de fusil d'épaule en acceptant de ne plus revendiquer l'indépendance du Nord, une région où les Touaregs ne représentent de toute façon qu'une petite minorité.

Paris est persuadé que les groupes islamistes qui contrôlent le Nord Mali n'ont pas « des effectifs considérables », mais « quelques centaines » d'hommes seulement. Et qu'un retour, prévu vendredi 27 juillet, du président Dioncounda Traoré favorisera un réel retour à l'ordre constitutionnel. « S'il indique qu'il souhaite regagner Bamako, c'est qu'il se sent prêt à le faire », explique une source diplomatique, ajoutant que le président de transition n'a pas demandé à la France d'assurer sa sécurité.

Union nationale à Bamako

Paris comme la Cedeao espèrent enfin l'établissement rapide d'un nouveau gouvernement d'union nationale tel que prévu par les accords du 6 avril avec la junte malienne. Jugé trop influencé par le capitaine putschiste Amadou Haya Sanogo, le Premier ministre actuel, Cheick Modibo Diarra, ne paraît cependant pas favori pour mener le prochain exécutif. Sa démission est demandée par les grands partis politiques qui l'accusent « d'incompétence et d'amateurisme ».

Après Niamey, Ouagadougou accueillera vendredi le ministre français, qui y sera reçu par le chef de l'État Blaise Compaoré avant de poursuivre son chemin vers Dakar. En marge de rencontres officielles, en particulier avec le président sénégalais Macky Sall, Fabius s'y entretiendra aussi avec des acteurs de la société civile, notamment des représentants du collectif « Y'en a marre ».

Samedi soir, le chef de la diplomatie française conclura sa tournée par une brève escale au Tchad pour voir son président Idriss Deby Itno. « Le Tchad a fait part de sa disponibilité pour concourir à une solution de la crise au Mali », a expliqué une source diplomatique, qui explique que ce pays dispose d'une certaine « capacité militaire ».

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

AUTRES

Football : et si Velud revenait à la tête des Éperviers du Togo ?

Football : et si Velud revenait à la tête des Éperviers du Togo ?

Hubert Velud, actuellement entraîneur de l’USM Alger, est aujourd’hui une des priorités du Togo, à la recherche d’un sélectionneur national. Le Français a déjà[...]

Palestine : le Hamas et l'OLP scellent leur réconciliation

Peu après l'annonce mercredi de la formation d'un gouvernement d'union entre le Hamas et l'Organisation de libération de la Palestine (OLP), l'aviation israélienne a effectué une frappe sur le nord de[...]

RDC : le déraillement d'un train fait au moins 37 morts au Katanga

Un train a déraillé mardi au Katanga, dans le sud-est de la République démocratique du Congo (RDC). Le bilan provisoire fait état d'au moins 37 morts.[...]

Photographie : Samuel Fosso, un dandy à Cotonou

La Fondation Zinsou présente, jusqu'à fin juillet, des autoportraits du photographe Samuel Fosso. À découvrir également, les clichés en noir et blanc - moins connus - de ses d&eacu[...]

Patrick Seale, une passion arabe

Orientaliste dans l'âme, grand spécialiste de la Syrie et éditorialiste engagé, notre collaborateur s'est éteint le 11 avril à Londres, à l'âge de 83 ans.[...]

Mali : Moussa Mara, jeune premier...

Nommé le 5 avril, le nouveau chef du gouvernement n'a que 39 ans.[...]

Racisme : les Libyens et immigrés noirs, boucs émissaires des milices

Bien que représentés dans les plus hautes sphères, les Noirs sont trop souvent assimilés aux mercenaires de Kaddafi, et, à ce titre, persécutés.[...]

Côte d'Ivoire : l'ex-comzone "Wattao" dans le viseur de l'ONU

Les experts des Nations unies sur la Côte d’Ivoire ont publié le 17 avril un nouveau rapport. Ils affirment que "les mesures et les restrictions imposées par le Conseil de sécurité de[...]

Le Marrakech Air Show 2014 ouvre ses portes

La quatrième édition de Marrakech Air Show, le salon marocain de l’aéronautique, ouvre ses portes ce mercredi 23 avril 2014. Les constructeurs aériens présents espèrent séduir[...]

Mali : Gilbert Rodrigues Leal, questions sur une mort présumée

Entre la communication tardive des jihadistes et ce que savaient les autorités françaises depuis décembre 2013, plusieurs points d'interrogations entourent l'annonce de la mort de l'otage français Gilb[...]

Une histoire du génocide rwandais (#4) : les écoutes bidons et le mythe de la guerre éclair du FPR

Dans ce quatrième billet consacré au déclenchement du génocide des Tutsis de 1994, Laurent Touchard* poursuit l'analyse des éléments brandis par les ex-partisans des Forces armées r[...]

Pas de meeting pour le retour d'Abdoulaye Wade au Sénégal

Le meeting programmé mercredi par le Parti démocratique sénégalais (PDS) pour le retour à Dakar d'Abdoulaye Wade n'aura pas lieu. Les autorités sénégalaises ont jugé[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces