Extension Factory Builder
26/07/2012 à 17:41
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Laurent Fabius se penche sur la crise malienne. Laurent Fabius se penche sur la crise malienne. © AFP

Le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a entamé jeudi 26 juillet une tournée ouest-africaine qui doit le mener en deux jours du Niger au Tchad, en passant par le Burkina faso et le Sénégal. Avec pour but de s'entretenir de la crise malienne avec les leaders de ces pays, qui redoutent une agravation de la situation sécuritaire au Sahel.

Les étapes de la tournée ouest-africaine du ministre français des Affaires étrangères sont désormais connues. Jeudi soir, Laurent Fabius est attendu à Niamey, puis dans les deux jours suivants au Burkina Faso, au Sénégal et au Tchad. Au cœur de ce voyage : la résolution de la crise malienne.

« L'urgence aujourd'hui c'est stabiliser les institutions, stabiliser Bamako » qui est encore « dans un processus très fragile », souligne un diplomate français. « On commence par regarder vers le sud, après on regardera vers le nord », ajoute un autre responsable.

À Niamey, Fabius rencontrera le président Mahamadou Issoufou, le Premier ministre nigérien ainsi que son homologue des Affaires étrangères. Mardi, devant des députés, il avait expliqué souhaiter « une coopération accrue avec (le Niger) qui est à la fois très très pauvre et, en même temps, dont les dirigeants que nous avons reçus à Paris sont apparus vraiment des gens dignes de confiance. (...) Nous ferons tout ce que nous pourrons pour les aider », avait il conclu.

Rapprochement avec le MNLA

La France milite pour que les Touaregs du Mouvement nationale de libération de l'Azawad, un temps alliés des islamistes qui les ont finalement chassés de la plupart des villes du Nord Mali, participent à un dialogue national. « Il faut les attirer dans la négociation », dit-on à Paris. Encore faut-il que le MNLA change définitivement de fusil d'épaule en acceptant de ne plus revendiquer l'indépendance du Nord, une région où les Touaregs ne représentent de toute façon qu'une petite minorité.

Paris est persuadé que les groupes islamistes qui contrôlent le Nord Mali n'ont pas « des effectifs considérables », mais « quelques centaines » d'hommes seulement. Et qu'un retour, prévu vendredi 27 juillet, du président Dioncounda Traoré favorisera un réel retour à l'ordre constitutionnel. « S'il indique qu'il souhaite regagner Bamako, c'est qu'il se sent prêt à le faire », explique une source diplomatique, ajoutant que le président de transition n'a pas demandé à la France d'assurer sa sécurité.

Union nationale à Bamako

Paris comme la Cedeao espèrent enfin l'établissement rapide d'un nouveau gouvernement d'union nationale tel que prévu par les accords du 6 avril avec la junte malienne. Jugé trop influencé par le capitaine putschiste Amadou Haya Sanogo, le Premier ministre actuel, Cheick Modibo Diarra, ne paraît cependant pas favori pour mener le prochain exécutif. Sa démission est demandée par les grands partis politiques qui l'accusent « d'incompétence et d'amateurisme ».

Après Niamey, Ouagadougou accueillera vendredi le ministre français, qui y sera reçu par le chef de l'État Blaise Compaoré avant de poursuivre son chemin vers Dakar. En marge de rencontres officielles, en particulier avec le président sénégalais Macky Sall, Fabius s'y entretiendra aussi avec des acteurs de la société civile, notamment des représentants du collectif « Y'en a marre ».

Samedi soir, le chef de la diplomatie française conclura sa tournée par une brève escale au Tchad pour voir son président Idriss Deby Itno. « Le Tchad a fait part de sa disponibilité pour concourir à une solution de la crise au Mali », a expliqué une source diplomatique, qui explique que ce pays dispose d'une certaine « capacité militaire ».

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

AUTRES

Centrafrique : l'attaque d'un groupe armé dans le Centre fait au moins 30 morts

Centrafrique : l'attaque d'un groupe armé dans le Centre fait au moins 30 morts

Des éléments armés assimilés aux Peuls et aux ex-Séléka ont attaqué un village de la région Balaka, centre de la Centrafrique, rapporte jeudi la Minusca, la mission de l'ONU[...]

Tunisie : un policier tué lors d'affrontements entre la police et un groupe terroriste près de Tunis

Oued Ellil, une localité à 70 km de Tunis, est le théâtre d'échanges de tirs entre les forces de l'ordre et des éléments terroristes. Un policier a été tué.[...]

Algérie : nouveau blocage dans l'enquête sur la mort des moines de Tibhirine ?

Les magistrats français qui se sont rendus en Algérie la semaine dernière n'ont pas pu emporter les prélèvements effectués sur les restes des crânes des sept moines assassiné[...]

Migration : quand les Africains ne défendent pas les Africains

En pleine polémique européenne sur l’immigration, Daxe Dabré n’a pas honte de publier le livre "Je suis noir : j'ai honte...". Aiguillon salutaire dans le débat ou ramassis de c[...]

Burkina Faso : le référendum, la seconde option de Blaise Compaoré

Se dirige-t-on vers un référendum au Burkina Faso, comme l’annoncent les partisans de Blaise Compaoré depuis le 21 octobre et, à leur suite, les médias ? Il semble que non. Du moins pas s[...]

Algérie : l'autoroute sans fin

Censée relier le pays à ses voisins - le Maroc à l'ouest et la Tunisie à l'est -, elle devait être livrée intégralement à la fin de 2009. Mais un scandale de[...]

Ebola business, commerce macabre autour d'une épidémie

Des boucles d'oreille aux peluches en forme de virus, les produits dérivés à l'effigie d'Ebola se multiplient sur la Toile. Alors que l'épidémie fait rage, avec un bilan de 10 000 cas en Afrique [...]

Canada : un militaire et un assaillant tués après une fusillade au Parlement d'Ottawa

Un tireur, décrit comme un "terroriste" par le Premier ministre canadien, a tué mercredi un soldat à Ottawa et semé la panique au Parlement avant d'être abattu par la police.[...]

Une histoire du jihad, de Mahomet à l'État islamique (#1)

Retour sur l'histoire de la pensée du jihad, un concept loin d'être monolithique, de Mahomet à l'État islamique.[...]

Marc Rennard, Orange : "Une nouvelle révolution est en marche en Afrique"

Conforté par un chiffre d'affaires en hausse sur le continent, l'opérateur français prévoit une croissance durable du marché des télécoms. Face à une concurrence accr[...]

Nigeria : une explosion dans une gare routière fait au moins 5 morts

Une forte explosion mercredi dans une gare routière d'un État du nord du Nigeria précédemment ciblé par Boko Haram a fait au moins cinq morts.[...]

CGI se retire de la Bourse de Casablanca

 Après avoir été suspendu pendant une semaine, les titres du promoteur immobilier marocain CGI vont être radiés de la cote à la Bourse de Casablanca. C'est la décision prise par[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers