Extension Factory Builder
30/07/2012 à 13:30
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Les Lionceaux de l'Atlas doivent s'imposer contre l'Espagne pour se qualifier en quarts de finale. Les Lionceaux de l'Atlas doivent s'imposer contre l'Espagne pour se qualifier en quarts de finale. © DR

Les Lionceaux de l’Atlas jouent leur qualification pour les quarts de finale du tournoi olympique, mercredi 1er août, face à la Rojita, d'ores et déjà éliminée. Un match à la saveur particulière, tant les différends entre le royaume chérifien et son voisin espagnol sont nombreux.

Troisième et avant dernier du groupe D après leur défaite (0-1) contre le Japon, les Lioncaux de l'Atlas n'ont pas le choix. Seule une victoire face à l’Espagne, d’ores et déjà éliminée, leur ouvrirait les portes des quarts de finale.

À Rabat et Madrid, mercredi 1 er août, le match sera suivi avec attention. Loin des stades olympiques, les accrochages entre le Maroc et l’Espagne sont fréquents sur le terrain diplomatique. Les deux voisins, séparés d’à peine quinze kilomètres par le détroit de Gibraltar, s’opposent régulièrement, parfois vivement, sur des litiges territoriaux hérités d’un lointain passé commun.

Il faut dire que les dossiers sensibles entre les deux pays ne manquent pas. Le premier, qui fait régulièrement la Une des journaux des deux côté de la Méditerranée, est la question des enclaves espagnoles sur le littoral nord du Maroc. Depuis son indépendance, en 1956, le royaume chérifien revendique haut et fort les villes de Ceuta (en arabe, Sebta), Melilla (Mlilya), ainsi que plusieurs petites îles situées le long de sa côte méditerranéenne, comme l’îlot Persil (Layla).

Rabat considère ces possessions espagnoles comme des vestiges de l’ancien protectorat hispanique, établi de 1912 à 1956 sur le nord du pays. De son côté, Madrid refuse de céder un pouce de terrain. Aux Marocains qui les accusent de colonisation tardive, les Espagnols rétorquent que leur présence dans la région remonte au XVIe siècle.

De l'îlot Persil aux îles Zaffarines

Les joutes diplomatiques peuvent parfois prendre des tournures dramatiques. En juillet 2002, une douzaine de soldats marocains débarquent sur l’îlot Persil pour y installer un campement militaire. Officiellement, ils sont là pour lutter contre le trafic de drogue et l’immigration clandestine. En Espagne, on crie à l’invasion territoriale. Une semaine plus tard, les intrus sont délogés, sans violence, par des unités des commandos espagnols. Malgré les crispations, cette grave crise sera finalement résolue grâce à la médiation de Washington.

Plus récemment, les îles Zaffarines, petits rochers plantés au large de Ras El Ma, ont été la cause de nouvelles tensions entre les deux voisins. Lors d’un déplacement à Mellila, le 9 juillet, le ministre de l’Intérieur espagnol, Jorge Fernandez Diaz, a annoncé le déploiement d’un contingent de la Garde civile sur les îles Zaffarines. Deux jours plus tard, le 11 juillet, Rabat convoquait l’ambassadeur d’Espagne pour lui faire officiellement part de son mécontentement face à cette décision « unilatérale ». Ironie de l’histoire, les policiers espagnols débarqueront sur les îles Zaffarines le 1er août, quelques heures avant le coup d’envoi du match Maroc - Espagne...

Le Sahara, autre question brûlante

À des milliers de kilomètres plus au sud, un autre territoire, largement plus vaste que Ceuta et Melilla, empoisonne les relations hispano-marocaines. Il s’agit du Sahara occidental, ou « Provinces du sud » pour le Maroc. En 1975, cette ancienne colonie espagnole a été annexée par les Marocains, à l’occasion de la fameuse « Marche verte » lancée par Hassan II. Depuis, Marocains et indépendantistes sahraouis du Polisario se disputent le morceau, toujours considéré comme un territoire non-autonome par l’Onu.

Sur le plan diplomatique, Rabat accuse Madrid de comploter en faveur des « séparatistes » du Polisario. Le statut définitif du Sahara, immense région désertique de 270 000 km2, est donc une question brûlante entre les deux pays. Les accrochages sur ce dossier explosif ne sont pas rares, comme en novembre 2010, lors du démantèlement d'un campement de contestataires sahraouis à Layyoune. Le gouvernement espagnol avait alors ouvertement critiqué la politique marocaine. Une position qui, une fois de plus, était très mal passée de l’autre côté du détroit.
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Maroc

Maroc : trois Français condamnés pour terrorisme et expulsés du territoire

Maroc : trois Français condamnés pour terrorisme et expulsés du territoire

Le tribunal de Salé, près de Rabat, a condamné jeudi trois ressortissants français à quatre mois de prison ferme pour des affaires de terrorisme. Leurs peines ayant été purgé[...]

BMCE Bank annonce des résultats records et change de nom

Grâce à la bonne tenue de ces activités au Maroc et à l'explosion des bénéfices de son bras armé africain BOA, le groupe marocain affiche des résultats inédits en 2014.[...]

Maroc : misogyne, Benkirane ?

Animé par une vision extrêmement conservatrice de la place des femmes, le chef du gouvernement multiplie les saillies douteuses contre ses opposantes. Qui le lui rendent bien.[...]

France : 800 cheminots marocains accusent la SNCF de "discrimination"

En France, 832 cheminots marocains réclament des dommages et intérêts à la SNCF devant le conseil de prud'hommes de Paris. Ils accusent l’entreprise ferroviaire de ne pas leur avoir octroyé[...]

Maroc : démantèlement d'une cellule terroriste liée à l'État islamique

Les autorités marocaines ont annoncé dimanche avoir démantelé une cellule terroriste qui planifiait des attaques contre des personnalités politiques, civiles et militaires.[...]

Le Maroc sur le qui-vive suite à l'attentat du Bardo à Tunis

Dans la foulée des évènements du 18 mars à Tunis, le Maroc, déjà menacé à plusieurs reprises par l’Etat Islamique (EI), a pris la décision de renforcer sa[...]

Ahmed Aboutaleb, un Marocain en plat pays

En 1976, il ne parlait pas un mot de néerlandais. Quarante ans plus tard, il est maire de Rotterdam et si populaire qu'on lui prédit un avenir de Premier ministre. Pas mal comme intégration, non ?[...]

Comment distinguer un Marocain d'un Allemand ?

Voici une histoire à la fois cocasse et instructive. Il s'agit de la question du regroupement familial, qui est une des sources de l'immigration en Europe. Pour les partis politiques qui veulent limiter [...]

Maroc : Bassima Hakkaoui, l'antiféministe devenue ministre

Seule femme du gouvernement, elle se bat bec et ongles contre les tenants d'une émancipation totale.[...]

Maroc : Mustapha El Khalfi, au nom du père

Ministre de la Communication depuis 2012, Mustapha El Khalfi, cet islamiste "moderne" au tropisme anglo-saxon, doit presque tout à son mentor Abdelilah Benkirane. Et le lui rend bien[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120726102825 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120726102825 from 172.16.0.100