Extension Factory Builder
26/07/2012 à 11:15
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Alassane Ouattara est reçu par François Hollande, jeudi 26 juillet. Alassane Ouattara est reçu par François Hollande, jeudi 26 juillet. © AFP

En visite officielle à Paris, le président ivoirien Alassane Ouattara est reçu, jeudi 26 juillet dans la matinée, à l'Élysée. Ce premier entretien avec François Hollande sera centré sur la relance des relations franco-ivoiriennes et la crise malienne.

Après Moncef Marzouki la semaine dernière, c'est au tour d'un autre dirigeant africain d'être reçu à l'Élysée. Le président ivoirien Alassane Ouattara est accueilli officiellement pour la première fois, jeudi 26 juillet, par le nouveau chef de l'État français, François Hollande. Les deux hommes doivent s'entretenir de l'avenir des relations étroites et tumultueuses entre leurs deux pays et de la crise au Mali.

Pour la présidence française, il s'agit de donner un "nouvel élan" aux relations entre l'ex-puissance coloniale et la Côte d'Ivoire, après les convulsions d'une décennie ivoirienne tourmentée. L'intervention de la force française Licorne (450 militaires aujourd'hui à Abidjan) avait été décisive pour mettre un terme à la crise postélectorale (décembre 2010-avril 2011) qui avait fait environ 3 000 morts. Elle avait notamment permis l'installation d'Alassane Ouattara au pouvoir. L'actuel chef de l'État ivoirien avait été élu face à Laurent Gbagbo, l'ex-président aux rapports longtemps exécrables avec Paris (mais pas avec les multinationales françaises).

L'un des fondements des relations franco-ivoiriennes est désormais un "contrat de désendettement-développement" (C2D). Il avait été préparé sous la présidence de Nicolas Sarkozy et rendu possible par l'annulation de la dette ivoirienne envers Paris, signée mardi soir en présence d'Alassane Ouattara. Sur 20 ans, 2,85 milliards d'euros doivent ête affectés à des projets de développement.

Outre ces projets de coopération, les deux présidents doivent avoir aussi "un échange approfondi" sur le Mali, selon l'Elysée. Alassane Ouattara dirige actuellement la Communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest (Cedeao), qui a donné jusqu'au 31 juillet à Bamako pour former un gouvernement d'"union nationale".

La France prête à soutenir les Africains au Mali

L'enjeu est de consolider les institutions de transition - mises en place après le putsch du 22 mars - pour affronter la crise dans le nord du pays, aujourd'hui contrôlé par des mouvements islamistes alliés à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). La Cedeao envisage d'envoyer une force régionale pour aider l'armée malienne à reconquérir le Nord, mais attend un mandat de l'ONU et une aide extérieure, notamment logistique.

La France est "prête à apporter un soutien à une éventuelle intervention africaine", "dans le cadre des Nations unies", a redit François Hollande mardi lors d'un entretien téléphonique avec le président malien par intérim, Dioncounda Traoré.

Alassane Ouattara, tout comme son hôte, insiste sur le danger que représente l'enracinement de "terroristes" en plein Sahel. Depuis son élection en mai, le président français a d'ailleurs déjà reçu plusieurs chefs d'État africains pour aborder la crise malienne.

Si des deux côtés on invoque de simples contraintes de calendrier, l'apparente lenteur de François Hollande à recevoir le président ivoirien a alimenté les spéculations à Abidjan sur un présumé refroidissement des relations.

"Partenariat inchangé", réplique l'entourage de Ouattara. Lui-même a très tôt assuré que le nouveau président français ne "changerait rien" à des "relations très fortes et historiques". A quelques exceptions près, les socialistes français, longtemps conduits par M. Hollande, ont rompu avant même la crise de 2010-2011 avec leur ancien "camarade" Laurent Gbagbo.

Réconciliation nationale en panne

La relation entre les présidents Ouattara et Sarkozy était d'avantage marquée par une amitié de longue date. Le numéro un ivoirien lui avait rendu visite à l'Elysée au lendemain de sa défaite et M. Sarkozy lui avait fait l'honneur de le recevoir en visite d'Etat en janvier.

La volonté de "normalisation" de François Hollande va "peut-être se traduire par un discours un peu plus critique" sur le pouvoir ivoirien que durant l'ère Sarkozy, en déduit Gilles Yabi, du centre de réflexion International Crisis Group (ICG).

Plus d'un an après la fin de la crise, la réconciliation en Côte d'Ivoire est en panne et, malgré certains progrès, l'insécurité reste préoccupante. De nouvelles violences dans l'ouest du pays, notamment une attaque contre un camp de déplacés, le 20 juillet près de Duékoué, ont fait au moins 12 morts selon l'ONU.

Reporters sans frontières (RSF) a appelé François Hollande à "ne pas éluder la question de la liberté de l'information" avec Alassane Ouattara, souhaitant la fin des "détentions de professionnels de l'information".

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Côte d'Ivoire

Côte d'Ivoire : un VRP nommé Ouattara

Côte d'Ivoire : un VRP nommé Ouattara

Pour le président ivoirien Alassane Ouattara, qui savourait fin août ses derniers jours de vacances à Mougins, dans le sud de la France, la rentrée s'annonce chargée avec un voyage en Co[...]

Ebola : inquiète des conséquences économiques, la BAD va mobiliser 150 millions de dollars

Après avoir octroyé 60 millions de dollars à l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), pour lutter contre l’épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest, la Banque africaine de[...]

Côte d'Ivoire : la commune du Plateau se fait noter

La commune du Plateau est devenue la deuxième collectivité locale d’Afrique occidentale francophone, après la ville de Dakar, à se faire noter par Bloomfield Investments.[...]

Côte d'Ivoire : Guillaume Koffi et Issa Diabaté, l'architecture et l'art de la passivité

Les architectes ivoiriens Guillaume Koffi et Issa Diabaté s'inspirent de l'architecture traditionnelle africaine pour concevoir des bâtiments de plus en plus passifs. Mais résolument modernes.[...]

CAN 2015 : Ouattara ne veut pas de match Côte d'Ivoire-Sierra Leone à Abidjan

Le président ivoirien Alassane Ouattara a exprimé à un ministre son refus de voir le match Côte d'Ivoire-Sierra Leone se tenir à Abidjan, le 6 septembre. Mais pour l'instant, aucune solution de[...]

Présidentielle ivoirienne 2015 : les lièvres et la tortue

Alors que l'élection présidentielle ivoirienne aura lieu en octobre 2015, seul Alassane Ouattara a pour l'instant déclaré sa candidature. Les autres leaders politiques continuent de chercher celui qui[...]

Stanislas Zézé : "La notation de la Côte d'Ivoire a rassuré les entreprises locales"

Stanislas Zézé, PDG de Bloomfield Investment, et Jean-Paul Tonga, directeur des opérations de l'agence de notation basée à Abidjan, reviennent pour "Jeune Afrique" sur l'impact du[...]

Côte d'Ivoire : "Stop Ebola", un clip pour lutter contre le virus

Spots publicitaires, communiqués, messages radiophoniques, les campagnes de sensibilisation contre le virus Ebola battent leur plein sur le continent. En Côte d'Ivoire, un blogueur a décidé de[...]

Bientôt, les palmiers ivoiriens produiront de l'électricité

 À Aboisso, en Côte d'Ivoire, une minirévolution qui s'annonce : la construction d'une centrale d'énergie alimentée par de la biomasse, la première en Afrique à être[...]

Côte d'Ivoire : le FPI en a-t-il vraiment fini avec sa crise interne ?

La crise qui secoue le Front populaire ivoirien (FPI) a officiellement pris fin mardi. Mais les divergences de fond sur la ligne adoptée par la formation de l'ancien président ivoirien, Laurent Gbagbo, n'ont pas[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex