Extension Factory Builder
26/07/2012 à 09:02
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Manuel Valls (d) et le gouverneur de Rabat, Hassan Amrani, le 25 juillet 2012. Manuel Valls (d) et le gouverneur de Rabat, Hassan Amrani, le 25 juillet 2012. © AFP

Le ministre français de l'Intérieur, Manuel Valls, a débuté, mercredi 25 juillet, une visite au Maroc, la première d'un ministre régalien du nouveau pouvoir socialiste en place à Paris. Au menu : coopération sécuritaire et lutte anti-drogue entre les deux pays.

Le ministre français de l'Intérieur, Manuel Valls, est arrivé mercredi soir à Rabat. Accompagné de responsables de la police et de la gendarmerie, il aura jeudi des entretiens avec le chef du gouvernement marocain, Abdelilah Benkirane, ainsi qu'avec le ministre des Affaires étrangères, Saadeddine El Othmani.

Une audience est également prévue avec le roi Mohammed VI. Dans la matinée, le ministre français rencontrera également son homologue Mohand Laenser, avec qui il participera à une rencontre avec les élèves de l'Institut royal de police et de l'Institut royal de l'administration territoriale marocaine.

Immigration

Au cours de cette visite, il sera notamment question de coopération sécuritaire et de lutte anti-drogue, un axe important de la coopération France-Maroc.

L'ancien gouvernement français de droite souhaitait négocier un accord de gestion concerté des flux migratoires avec le Maroc. Le chef de la diplomatie marocaine a pour sa part indiqué mardi que son pays refusait « de jouer le rôle de gendarme de l'Europe ».

En 2010, 463 000 Marocains détenaient un titre de séjour en France. Il s'agit de la deuxième communauté étrangère (hors UE) après les Algériens. Les ressortissants du royaume chérifien arrivaient en troisième position en matière de délivrance de visas après les Russes et les Chinois.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Cameroun : le marocain Cosumar choisi pour développer un nouveau complexe sucrier

Cosumar plantera de la canne à sucre et construira une raffinerie entre Batouri et Bertoua, à l’est du pays. Le leader marocain du sucre bat lors de l'appel d'offres le groupe français Somdiaa qui[...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Maroc : Abdellatif Hammouchi, de l'ombre à la lumière

Il y a un an, le patron du renseignement intérieur marocain était convoqué par une juge française, ce qui provoquait une crise diplomatique entre Paris et Rabat. Aujourd'hui, la France le[...]

Libye : suspension du dialogue pour une sortie de crise

Le Parlement libyen siégeant à Tobrouk (Est), reconnu par la communauté internationale, a décidé lundi de suspendre sa participation au dialogue sur une sortie de crise parrainé par[...]

Mustapha Hadji : "En football, le Maroc a pris du retard... mais nous pouvons revenir au sommet"

Ballon d’Or africain 1998, Mustapha Hadji est un des meilleurs joueurs de l’histoire du football du continent. Aujourd’hui sélectionneur-adjoint du Maroc, l’ancien milieu de terrain de Nancy, du [...]

Maroc : les nouvelles filières de Daesh

Une série de coups de filet opérés récemment par la DGST d'Abdellatif Hammouchi a révélé une évolution préoccupante des cellules jihadistes dans le nord du[...]

Maroc : les régularisations à l'heure du bilan

Un premier bilan de l'opération de régularisation des migrants clandestins au Maroc a été présenté par le CNDH à Rabat, le 7 février.[...]

Maroc, Tunisie : le bras de fer avec la CAF ne fait que commencer

Durement sanctionné après son refus d'organiser la CAN Orange 2015, le Maroc n'a pas l'intention de se laisser faire. Tout comme la Tunisie, elle aussi visée.[...]

Moi, Aïssatou, Guinéenne régularisée au Maroc, mais toujours en sursis

Aïssatou Barry est une migrante guinéenne qui a survécu à l'enfer du tristement célèbre camp de Gourougou, dans le nord du Maroc, qui abrite les migrants clandestins voulant rallier [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120726084037 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120726084037 from 172.16.0.100