Extension Factory Builder
25/07/2012 à 19:57
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Alassane Ouattara sur le plateau de TV 5 Monde, le 25 juillet 2012. Alassane Ouattara sur le plateau de TV 5 Monde, le 25 juillet 2012. © J.A./TV 5 Monde

Alors qu'il est en visite en France, où il doit rencontrer ce jeudi son homologue François Hollande, le président ivoirien Alassane Ouattara est revenu sur les violences du 20 juillet à Duékoué (Ouest). Assurant qu'une commission d'enquête était sur pied pour que toute la lumière soit faite sur les événements, et que les coupables seraient punis.

Alors qu’aucun de ses partisans n’est encore poursuivi pour crime de sang pendant la crise postélectorale de 2010-2011, le président ivoirien n’a pas hésité à le réaffirmer haut et fort, mercredi 25 juillet sur TV5 Monde : personne ne sera épargné par la justice ivoirienne, notamment pour les récentes exactions commises près de Duékoué.

Selon l’ONU, au moins sept personnes – une dizaine selon des ONG - ont été tuées et quarante blessées le 20 juillet quand, en représailles au meurtre de cinq habitants d’un quartier peuplé surtout de Malinkés, une foule comprenant vraisemblablement des soldats ivoiriens des FRCI et des supplétifs dozos (chasseurs traditionnels), a attaqué un camp de déplacés abritant surtout des Guérés, considérés comme pro-Gbagbo.

« Ce qui s'est passé à Duékoué est parti d'un acte criminel, que je condamne. Ensuite, un groupe de population a voulu se venger. Ceci est inadmissible. On ne peut pas faire justice soi-même », a affirmé le président ivoirien. « Je condamne la violence. J'ai mis en place une commission d'enquête, nous aurons ses conclusions et nul ne sera épargné », a-t-il ajouté, à la veille d’une rencontre, jeudi, avec son homologue français François Hollande.

Impunité prégnante

L’attaque a suscité une levée de boucliers de la part des organisations des droits de l’homme qui estiment que l’impunité règne toujours en Côte d’Ivoire, plus d’un an après la chute de Laurent Gbagbo. Le Front populaire ivoirien (FPI), parti de Laurent Gbagbo, a de son côté accusé mercredi l'armée d'avoir pris part à l'attaque meurtrière du 20 juillet, devant des Casques bleus restés impassibles, et a dénoncé un massacre.

« Les autorités ivoiriennes et l'Onuci (la mission onusienne dans le pays) sont responsables de ce drame par leur légèreté, pour ne pas dire leur connivence dans la gestion de ces événements », a affirmé le FPI dans une déclaration, à Abidjan.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Chine : le jeu des 200 familles

Article pr�c�dent :
Syrie : "game over" pour Bachar al-Assad ?

Réagir à cet article

Côte d'Ivoire

Côte d'Ivoire : le 'miracle' économique à l'épreuve

Côte d'Ivoire : le "miracle" économique à l'épreuve

Croissance impressionnante, construction à tout va, climat des affaires assaini... La Côte d'Ivoire fait des progrès considérables depuis la crise de 2010. Mais tout le monde n'en profite pas.[...]

CAN 2015 : Et si la qualification se jouait sur tirage au sort ?

En cas d'égalité parfaite à l'issue de la phase de poule entre deux équipes, la qualification pour les quarts de finale se jouera au tirage au sort. Une situation très improbable, mais qui[...]

La malédiction de la CAN 2015 frappe le Mali

La Côte d'Ivoire a égalisé en toute fin de match face au Mali (1-1) après avoir pris tous les risques. Les deux équipes sont au coude à coude dans un groupe qui n'a accouché que de[...]

Côte d'Ivoire : souvenirs du dernier maire d'Abidjan

À 81 ans, Ernest N'Koumo Mobio est toujours épris de sa ville, dont un tableau orne le hall de sa résidence des Deux-Plateaux, à Cocody. Il confie à Jeune Afrique quelques souvenirs de[...]

Côte d'Ivoire : voisins, voisines abidjanais

Ils gagnent leur vie, mais simplement. Ils se croisent chaque jour dans les quartiers modestes ou huppés de Cocody. Rencontre avec Mariette, Éric, Isaac et Franck. Leur quotidien, leurs rêves, leurs[...]

Exclusif : Pourquoi le tribunal d'Abidjan a lourdement condamné Ecobank

Jeune Afrique révèle le contenu de la décision du Tribunal de commerce d'Abidjan ayant mené à la condamnation du groupe Ecobank, du sud-africain PIC et de Daniel Matjila à payer 7,5[...]

Mathias Aka N'Gouan, maire de Cocody : "Notre modèle, c'est Beverly Hills..."

Mathias Aka N'Gouan, membre du PDCI, a été élu à la tête de la municipalité de Cocody, à Abidjan, lors des élections locales d'avril 2013. Interview.[...]

CAN 2015 : la Côte d'Ivoire manque ses débuts face à la Guinée

Lors de son entrée dans la CAN 2015, la Côte d'Ivoire d'Hervé Renard n'a pas brillé et a été tenue en échec par la Guinée (1-1), mardi à Malabo. Les Élephants[...]

Côte d'Ivoire : à Treichville, "on nous a transféré les problèmes, pas les solutions"

Située près du centre d'affaires mais enclavée entre la lagune Ébrié et Marcory, Treichville souffre d'un manque de place et de revenus pour construire de nouveaux logements.[...]

SOMMAIRE Abidjan, le retour

  RETROUVER TOUS LES ARTICLES DE NOTRE DOSSIER Abidjan et les autres Sous pression Robert Beugré Mambé "Tout le monde revient pour faire des affaires" Des jeux et des travaux [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120725194240 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120725194240 from 172.16.0.100