Extension Factory Builder
25/07/2012 à 17:20
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Sarah Attar est l'une des deux Saoudiennes participant aux Jeux de Londres. Sarah Attar est l'une des deux Saoudiennes participant aux Jeux de Londres. © AFP

Le voile islamique fera son apparition officielle aux Jeux olympiques de Londres sous l’impulsion de la Fédération internationale de football association (Fifa) et du Comité international olympique (CIO). Une décision qui fait polémique, mais qui ravit déjà les équipementiers dont certains misent sur le foulard "sportswear".

On ne sait pas encore si les Jeux olympiques de Londres feront date dans l’histoire du sport. Mais ils pourraient déjà marquer de leur empreinte le mouvement olympique et, au passage, la communauté musulmane de la planète sportive.

Alors que sa charte interdit toute démonstration religieuse, le CIO a en effet accepté, le 19 juillet, suite à une décision similaire de la Fifa le 5 juillet, d’autoriser des sportives musulmanes à porter le foulard islamique. Motif, le « hijab » serait d’ordre culturel et non religieux. Habile manière de contourner la règle qui avait de toute façon du plomb dans l’aile : en 2008 aux JO de Pékin, quatorze délégations avaient déjà choisi de braver l’interdit.

>> Lire aussi : "Voilées ou non, les femmes du Golfe débarquent à Londres"

"Hood style hijab"

Au-delà de la polémique qu’elle a suscitée, la décision du CIO devrait en réjouir plus d’un. Au premier rang desquels la styliste néerlandaise Cindy Van den Bremen. En 1999, celle-ci a créé le voile islamique « capuche » ( « hood style hijab », en anglais), après avoir été choquée, lors de ses études, par des cas de jeunes filles voilées exclues de cours d’éducation physique aux Pays-Bas.

Une dizaine d’années plus tard, l’entreprise Capsters pour laquelle elle dessine a fait du « hijab sportwear » son fonds de commerce. Son site internet (capsters.com) propose, en vente en ligne pour quinze à vingt euros, des modèles « pour équipes », « athlétisme », « aérobic », ou encore une gamme réservée aux sports aquatiques.

Des modèles de voile pour la course (G) et pour la natation (D).

© clapsters.com

Nouvelle ère ?

L’apparition du voile sur les terrains olympiques pourrait donc être une étape supplémentaire, en particulier pour Capsters, dans la conquête d’un marché du sport féminin « islamo-compatible » qu’il est bien difficile de chiffrer pour l'instant.

Le 16 juillet, l’entreprise publiait sur sa page Facebook un message dans lequel elle se disait « fière de l’athlète Sarah Attar et de la judokate Wodjan Ali Seraj Abdulrahim Shahrkani, qui seront les premières femmes à concourir aux Jeux olympiques pour l’Arabie Saoudite. »

Les deux jeunes femmes, tout comme, entre autres, Fencer Ibtihaj Muhammad, première athlète voilée à représenter les États-Unis, pourraient devenir de véritables ambassadrices du hijab sportif. Des égéries voilées, en quelque sorte, qui en annoncent à coup sûr d’autres. Couvertes d’or, d’argent ou de bronze...
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Football : l'Ivoirien Copa Barry passé du rôle de bouc émissaire à celui de héros de la CAN

Football : l'Ivoirien Copa Barry passé du rôle de bouc émissaire à celui de héros de la CAN

Héros d’une finale qu’il ne devait pas jouer, Boubacar Copa Barry a inscrit le tir au but qui a offert la Coupe d’Afrique des nations 2015 (CAN) à la Côte d’Ivoire face au Ghana en f&eac[...]

Naufrages de migrants en Méditerranée : le silence des dirigeants africains

  Les dirigeants africains se montrent remarquablement silencieux sur les naufrages de migrants en Méditerranée, qui concernent pourtant nombre de leurs citoyens, en particulier dans l'ouest du continent, une[...]

Tomi, IBK, Bongo : des écoutes embarrassantes

Des chefs d’Etat étrangers, qui plus est des amis de la France, écoutés dans le cadre d’investigations judiciaires ? Voilà qui, d’un point de vue diplomatique, et même si[...]

François Durpaire : "La commémoration de la fin de l'esclavage est l'affaire de tous"

François Durpaire est historien, membre du Comité national pour la mémoire et l'histoire de l'esclavage.[...]

Birmanie : les nouveaux boat people

Plus d'un million de Rohingyas, musulmans, sont privés de tout droit et confinés dans des camps de déplacés dans des conditions déplorables. Leur seul espoir ? Fuir par la mer. Au[...]

Niger - Putsch de Seyni Kountché : et si la France n'y était pour rien ?

On croyait tout savoir de la chute du président Diori, en 1974. Mais des archives encore confidentielles suggèrent que le putschiste Seyni Kountché a pris tout le monde de court. Y compris Paris.[...]

Barack Obama à Béji Caïd Essebsi : "Les États-Unis croient en la Tunisie"

À l'ocassion de la réception de Béji Caïd Essebsi à la Maison blanche jeudi, le président amréicain Barack Obama a annoncé son intention d'accorder à la Tunisie le[...]

"Princess of North Sudan" : Disney accusé de glorifier le colonialisme

Le prochain Disney, encore dans les cartons, s'appuie sur l'histoire vraie d'un Américain venu planter l'étendard familial dans le nord du Soudan pour faire de sa fille une "princesse"... Au mépris[...]

Attentat du Bardo en Tunisie : doutes sur l'implication du suspect marocain arrêté en Italie

Un nouveau suspect a été appréhendé mercredi à Gaggiano, en Italie, dans le cadre de l'affaire de l’attentat du Bardo. Mais les premiers éléments laissent à penser[...]

Chine-Taïwan : nuages noirs sur le détroit

À huit mois d'une élection présidentielle à haut risque, la poignée de main très médiatisée entre Xi Jinping et Eric Chu Li-luan ne doit pas faire illusion :[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers