Extension Factory Builder
25/07/2012 à 08:55
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le président ghanéen John Atta-Mills, le 7 avril 2009, à Yamoussoukro, en Côte d'Ivoire. Le président ghanéen John Atta-Mills, le 7 avril 2009, à Yamoussoukro, en Côte d'Ivoire. © Issouf Sanogo/AFP/Archives

Le président ghanéen John Atta-Mills est mort subitement, mardi 24 juillet, à l'âge de 68 ans. Les raisons officielles de son décès ne sont pas encore connues. Mais la procédure de succession s'est mise en place sans difficultés, dans un pays devenu un exemple de démocratie et de réussite économique sur le continent.

Élu de justesse à la fin de 2008 (avec 1% de voix d'avance) après deux tentatives manquées face à John Kufuor, John Atta-Mills dirigeait le Ghana depuis 2009. Il est mort brutalement mardi 24 juillet dans un hôpital d'Accra, à l'âge de 68 ans, vraisemblablement de maladie. Il s'était rendu aux États-Unis au mois de juin dernier pour y subir des examens médicaux, dits de routine, mais les rumeurs sur sa santé – qui ont été nombreuses durant sa carrière politique - le disaient atteint d'un cancer de la gorge. La présidence n'a en tout cas pas encore donné de précisions sur les raisons de son décès.

Au Ghana, pays de 25 millions d'habitants où la démocratie n'est pas un vain mot, la procédure de transition constitutionnelle a été suivie à la lettre. Le vice-président, John Dramani Mahama (en photo ci-dessous, © Issouf Sanogo/AFP), a prêté serment devant une session extraordinaire du Parlement, quelques heures après la mort du chef de l'État. « Je veux assurer les Ghanéens que tout est en ordre. Nous allons maintenir la paix, l'unité et la stabilité qui font la réputation du Ghana », a-t-il dit aussitôt après son investiture. Il doit assurer l'intérim jusqu'à la présidentielle prévue en décembre.

Hommage appuyé de Barack Obama

Parmi les hommages internationaux rendus à la mémoire de John Atta-Mills, un homme d'État à la réputation d'intégrité sans faille, on retiendra surtout celui de Barack Obama, qui avait choisi le Ghana en 2009 pour y effectuer sa première visite de président des États-Unis en Afrique subsaharienne.

>> Lire des extraits du discours de Barack Obama : "L'avenir de l'Afrique appartient aux Africains"

Atta-Mills « a travaillé inlassablement pour améliorer la vie des Ghanéens. Il a aidé à promouvoir la croissance économique au Ghana (...) et en a renforcé la solide tradition démocratique », a dit Obama.

>> Lire le portrait : "John Atta Mills, un président panafricaniste et pragmatique"

Atta-Mills ne pourra donc pas poursuivre son oeuvre et solliciter un deuxième mandat de quatre ans lors de la présidentielle de décembre 2012. Lors de primaires organisées en juillet 2011 par son parti, le Congrès national démocratique (NDC), il avait écrasé avec près de 97% des voix des délégués son unique rivale, Nana Konadu Agyemang Rawlings, l'épouse de l'ex-président Jerry Rawlings, qui fut lui-même son mentor et l'homme fort du Ghana à la faveur de deux coups d'État successifs en 1979 et en 1981 avant d'être président élu de 1993 à 2001.

Homme de droit

Juriste de formation ayant étudié en Grande-Bretagne, Atta Mills avait enseigné le droit à l'université du Ghana pendant 25 ans. Il avait acquis une dimension nationale en 1997 avec sa nomination par Rawlings à la vice-présidence. Puis il avait abandonné ses fonctions à l'élection du président Kufuor en 2000.

C'est durant les mandats de ce dernier que le Ghana est devenu un important producteur pétrolier grâce au gisement Jubilee, une des découvertes les plus importantes des dernières années dans le golfe de Guinée. Son exploitant, Tullow, estime que le potentiel en or noir peut y atteindre le milliard de barils. Le couple Rawlings avait, avant les primaires, accusé l'administration Atta-Mills de ne pas avoir poursuivi des responsables de la précédente administration soupçonnés de corruption.

>> Lire ici : "La revanche tranquille du Ghana, une insolente réussite politique et économique"

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Ghana

Ebola : trois choses à savoir sur la tournée de Ban Ki-moon en Afrique de l'Ouest

Ebola : trois choses à savoir sur la tournée de Ban Ki-moon en Afrique de l'Ouest

Ban Ki-moon a annoncé mercredi à New York qu'il se rendra à partir du 18 décembre en Afrique de l'Ouest. Une tournée dans les pays qui ont été touchés par le virus Ebola. Pou[...]

Olam acquiert l'activité cacao d'ADM pour 1,3 milliard de dollars

Après avoir cédé plusieurs de ses activités en Afrique, Olam poursuit sa stratégie de recentrage en faisant l'acquisition de l'activité cacao d'ADM. L'opération permet au[...]

CAN 2015 : calendrier des matchs, groupes et résultats

La Coupe d'Afrique des nations (CAN) 2015 débute le 17 janvier. Consultez le calendrier complet et les résultats des matchs de la compétition qui s'achèvera le 8 février en Guinée[...]

Made in Africa : Turtle, la voiture 100 % récup'

 Fabriquée par des artisans près de Kumasi, au Ghana, la Turtle est la première automobile conçue entièrement à partir de pièces de récupération.[...]

Ces futurs ports qui vont changer la donne en Afrique

Entre sites traditionnels et plateformes de transbordement, un nouveau réseau d'interfaces émerge. Leur but : connecter l'intérieur des terres à la mer.[...]

Le Ghana va accueillir le plus grand "mall" d'Afrique de l'Ouest

Le Ghana, nouvel eldorado pour les marques internationales ? Ce pays, où le pouvoir d'achat des ménages ne cesse de croître, s'apprête à accueillir le plus grand mall d'Afrique de l'Ouest.[...]

Hydrocarbures : Ouest-Africains, ne comptez pas sur le pipeline !

Censé alimenter le Bénin, le Togo et le Ghana, le gazoduc d'Afrique de l'Ouest ne tient pas ses promesses. Des dysfonctionnements qui commencent à avoir un réel impact sur les économies[...]

Quand les marchés des capitales africaines partent en fumée

Le marché du Mont-Bouët, à Libreville, a été détruit par les flammes dans la nuit de lundi à mardi. Ces dernières années, des incendies spectaculaires ont ravagé[...]

Standard & Poor's dégrade la note du Ghana

 L'agence Standard & Poor's vient de dégrader la note du Ghana, la passant de "B" à "B-", avec des perspectives stables. En cause : la détérioration de l'état des[...]

Le groupe Mabrouk s'installe au Ghana

 Le groupe Mabrouk et ses associés ont lancé une plateforme commune afin d'ouvrir plus d'une dizaine de supermarchés au Ghana.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers