Extension Factory Builder
25/07/2012 à 08:55
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le président ghanéen John Atta-Mills, le 7 avril 2009, à Yamoussoukro, en Côte d'Ivoire. Le président ghanéen John Atta-Mills, le 7 avril 2009, à Yamoussoukro, en Côte d'Ivoire. © Issouf Sanogo/AFP/Archives

Le président ghanéen John Atta-Mills est mort subitement, mardi 24 juillet, à l'âge de 68 ans. Les raisons officielles de son décès ne sont pas encore connues. Mais la procédure de succession s'est mise en place sans difficultés, dans un pays devenu un exemple de démocratie et de réussite économique sur le continent.

Élu de justesse à la fin de 2008 (avec 1% de voix d'avance) après deux tentatives manquées face à John Kufuor, John Atta-Mills dirigeait le Ghana depuis 2009. Il est mort brutalement mardi 24 juillet dans un hôpital d'Accra, à l'âge de 68 ans, vraisemblablement de maladie. Il s'était rendu aux États-Unis au mois de juin dernier pour y subir des examens médicaux, dits de routine, mais les rumeurs sur sa santé – qui ont été nombreuses durant sa carrière politique - le disaient atteint d'un cancer de la gorge. La présidence n'a en tout cas pas encore donné de précisions sur les raisons de son décès.

Au Ghana, pays de 25 millions d'habitants où la démocratie n'est pas un vain mot, la procédure de transition constitutionnelle a été suivie à la lettre. Le vice-président, John Dramani Mahama (en photo ci-dessous, © Issouf Sanogo/AFP), a prêté serment devant une session extraordinaire du Parlement, quelques heures après la mort du chef de l'État. « Je veux assurer les Ghanéens que tout est en ordre. Nous allons maintenir la paix, l'unité et la stabilité qui font la réputation du Ghana », a-t-il dit aussitôt après son investiture. Il doit assurer l'intérim jusqu'à la présidentielle prévue en décembre.

Hommage appuyé de Barack Obama

Parmi les hommages internationaux rendus à la mémoire de John Atta-Mills, un homme d'État à la réputation d'intégrité sans faille, on retiendra surtout celui de Barack Obama, qui avait choisi le Ghana en 2009 pour y effectuer sa première visite de président des États-Unis en Afrique subsaharienne.

>> Lire des extraits du discours de Barack Obama : "L'avenir de l'Afrique appartient aux Africains"

Atta-Mills « a travaillé inlassablement pour améliorer la vie des Ghanéens. Il a aidé à promouvoir la croissance économique au Ghana (...) et en a renforcé la solide tradition démocratique », a dit Obama.

>> Lire le portrait : "John Atta Mills, un président panafricaniste et pragmatique"

Atta-Mills ne pourra donc pas poursuivre son oeuvre et solliciter un deuxième mandat de quatre ans lors de la présidentielle de décembre 2012. Lors de primaires organisées en juillet 2011 par son parti, le Congrès national démocratique (NDC), il avait écrasé avec près de 97% des voix des délégués son unique rivale, Nana Konadu Agyemang Rawlings, l'épouse de l'ex-président Jerry Rawlings, qui fut lui-même son mentor et l'homme fort du Ghana à la faveur de deux coups d'État successifs en 1979 et en 1981 avant d'être président élu de 1993 à 2001.

Homme de droit

Juriste de formation ayant étudié en Grande-Bretagne, Atta Mills avait enseigné le droit à l'université du Ghana pendant 25 ans. Il avait acquis une dimension nationale en 1997 avec sa nomination par Rawlings à la vice-présidence. Puis il avait abandonné ses fonctions à l'élection du président Kufuor en 2000.

C'est durant les mandats de ce dernier que le Ghana est devenu un important producteur pétrolier grâce au gisement Jubilee, une des découvertes les plus importantes des dernières années dans le golfe de Guinée. Son exploitant, Tullow, estime que le potentiel en or noir peut y atteindre le milliard de barils. Le couple Rawlings avait, avant les primaires, accusé l'administration Atta-Mills de ne pas avoir poursuivi des responsables de la précédente administration soupçonnés de corruption.

>> Lire ici : "La revanche tranquille du Ghana, une insolente réussite politique et économique"

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Ghana

CAN 2015 : Le Ghana met fin au miracle guinéen

CAN 2015 : Le Ghana met fin au miracle guinéen

Plus forts et plus expérimentés, les Black Stars ont largement dominé la Guinée (3-0) dimanche à Malabo en quarts de finale de la CAN 2015. Le Ghana affrontera la Guinée équatoriale[...]

CAN 2015 : L'Algérie et le Ghana arrachent leur ticket pour les quarts

L'Algérie, très vite devant au score face au Sénégal, n'a jamais tremblé et assume son statut de favori grâce à son succès (2-0). Les Sénégalais d'Alain Giresse,[...]

CAN 2015 : le Ghana renverse l'Algérie au bout du temps additionnel !

Dans un match fermé, les Black Stars ont surpris l'Algérie à la dernière seconde grâce à leur attaquant vedette Asamoah Gyan. Grâce à ce succès, le Ghana passe devant[...]

Foot : avant son exploit avec le Congo, les sept CAN de Claude Le Roy

Avec le Congo, Claude Le Roy dispute en Guinée équatoriale (17 janvier-8 février) sa huitième phase finale, un record. Le technicien français, champion d’Afrique en 1988 avec le Cameroun,[...]

CAN 2015 : Le Sénégal est renversant !

Les Lions de la Teranga ont battu le Ghana dans le premier choc du groupe C grâce à un but de Moussa Sow à la dernière seconde de jeu (2-1). Un succès mérité pour des[...]

CAN 2015 : Algérie, Cameroun, Ghana, Sénégal... 4 favoris vus par 4 spécialistes

Alors que la CAN a débuté samedi 17 janvier, "Jeune Afrique" a demandé à quatre spécialistes du football africain de livrer le nom de leur favori pour la compétition. En[...]

Football : y a-t-il un favori pour la CAN 2015 ?

La CAN 2015 est sûrement l'une des éditions les plus ouvertes de ces dernières années. Le tenant du titre, le Nigeria, n'est même pas qualifié, et depuis la domination égyptienne[...]

Architecture : David Adjaye, des murs qui rassemblent

Ce Britannique d'origine ghanéenne compte parmi les créateurs les plus influents de sa génération. Il est notamment le concepteur du futur Musée de l'histoire et de la culture[...]

Cyrille Nkontchou : "Le bilan boursier pour 2014 est plutôt positif"

 Selon les statistiques fournies à "Jeune Afrique" par Enko Capital, 2014 aura connu vingt introductions en Bourse d'entreprises africaines. Un bon chiffre, mais beaucoup de choses restent à faire,[...]

Comment Unilever veut reconquérir l'Afrique de l'Ouest

Secoué sur les marchés très concurrentiels du continent, le géant anglo-néerlandais souhaite renforcer ses positions. Sa stratégie pour rester sur le devant de la scène ?[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers