Extension Factory Builder
24/07/2012 à 08:49
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Capture d'écran d'une vidéo YouTube montrant un rebelle syrien à Alep, le 23 juillet 2012. Capture d'écran d'une vidéo YouTube montrant un rebelle syrien à Alep, le 23 juillet 2012. © YouTube/AFP

Alors que l'armée de Bachar al-Assad multiplie les exactions à Damas, le gouvernement syrien a reconnu qu'il possédait des armes chimiques. Et affirmé qu'il n'hésiterait pas à s'en servir... seulement contre des troupes étrangères.

Ce sont des signaux légèrement contradictoires qui émanent du camp de Bachar al-Assad. Alors que Damas a une nouvelle fois rejeté une proposition arabe d'un départ négocié des Al-Assad, le président russe Vladimir Poutine, un allié de poids de Damas, a mis en garde contre une guerre civile de longue durée si le président syrien était destitué du pouvoir de manière « inconstitutionnelle ». Une formulation qui pourrait laisser penser que le départ d'Assad est une hypothèse sinon souhaitable du moins très envisageable du point de vue de Moscou. D'autant plus que l'ambassadeur de Russie en France, Alexandre Orlov, avait affirmé sur RFI le 20 juillet que Bachar al-Assad « acceptait de partir » mais « d'une façon civilisée ». Des propos cependant démentis par les autorités syriennes.

Mais la pression toute diplomatique de la Russie sur son allié syrien n'a visiblement pas encore porté ses fruits. Au contraire, Damas semble se radicaliser chaque jour davantage. À preuve, les récentes déclarations du porte-parole des Affaires étrangères syriennes, Jihad Makdessi, premier responsable syrien à reconnaître que son pays posséde un arsenal chimique. Lundi, il a prévenu lors d'une conférence de presse que ces armes non conventionnelles, interdites par les traités internationaux et « stockées et sécurisées sous la supervision des forces armées (...) ne seront utilisées qu'en cas d'agression étrangère » et « jamais, jamais, contre nos citoyens, quelle que soit l'évolution de la crise ».

Condamnations internationales

Des propos qui ont fait bondir les responsables des pays occidentaux. Le président américain Barack Obama a parlé d'« erreur tragique » de la part du pouvoir syrien. De son côté, Berlin a qualifié la menace de « monstrueuse » tandis que Londres la jugeait « inacceptable ». Tel Aviv a simplement prévenu qu'elle ne pouvait pas « accepter » que des armes chimiques tombent aux mains du Hezbollah libanais, allié du régime syrien.

Sur le terrain, la situation n'est toujours pas décisive. Après le lancement des « batailles de libération » de Damas et d'Alep par la rébellion, le Conseil national syrien (CNS, opposition) a estimé que le régime « vacillait » mais « ne se rendra pas facilement ». Lundi, les violences ont encore fait au moins 54 morts à travers le pays.

Après une semaine de violents combats à Damas, des opposants de l'intérieur et les autorités ont affirmé que l'armée avait repris le contrôle de la plus grande partie de la capitale. « Malheureusement, l'armée du régime a repris le contrôle de la quasi-totalité de la capitale », a affirmé l'un des opposants, qui notait que des accrochages se poursuivaient dans le sud de la ville.

La bataille d'Alep fait rage

Les exactions se sont multipliées avec au moins 23 personnes, en majorité âgés de moins de 30 ans, « exécutées sommairement » à Damas par balles dimanche par les forces régulières, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) qui décrit des victimes à la tête écrasée par des véhicules ou les corps parfois transpercés par des baïonnettes.

À Alep, deuxième ville du pays dans le nord, les combats se poursuivaient lundi, avec un « grand mouvement d'exode ». En seize mois de révolte, les combats ont déjà coûté la vie à plus de 19 000 personnes, selon l'OSDH.
(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Moyen-Orient

Jihad : la cyber-guerre est déclarée

Jihad : la cyber-guerre est déclarée

Aqmi, Boko Haram, Shebab somaliens... Les jihadistes africains s'appuient sur la Toile pour diffuser leur propagande et recruter à tour de bras. Pourraient-ils aller jusqu'à déstabiliser des Éta[...]

Mahmoud Abbas attendu à Addis-Abeba pour le sommet de l'UA

Le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, est attendu vendredi à Addis-Abeba pour l’ouverture du sommet des chefs d’État et de gouvernement de l’Union[...]

Gaza : l'ONU suspend son aide à la reconstruction, faute d'argent

L'ONU a annoncé mardi suspendre son aide financière à des dizaines de milliers de Palestiniens de Gaza, laquelle visait à réparer leurs maisons ou payer leurs loyers. Motif : l'organisation est[...]

Arabie saoudite : Salman Ibn Abdelaziz Al Saoud, la continuité sans le changement

Le roi Abdallah est mort, vive son frère ! Le 25e fils du fondateur du royaume d'Arabie saoudite accède au trône, à l'âge de 79 ans. Trop vieux pour incarner le changement dans un pays[...]

Syrie : Daesh revendique l'assassinat d'un otage japonais

Le groupe Etat islamique a revendiqué dimanche l'exécution d'un otage nippon, réclamant que soit relâchée une jihadiste en échange de la libération du deuxième Japonais aux[...]

SOS islam

Pour les intéressés, le sujet est tabou, mais il est grand temps qu'ils l'abordent de front et sans oeillères. Mis à l'index, méconnu, objet de tous les clichés, le monde[...]

Terrorisme : Al-Qaïda, Daesh, même jihad

Ennemies au Moyen-Orient, les deux grandes mouvances de l'islamisme radical ont tendance à s'imbriquer à mesure que l'on s'éloigne du foyer syro-irakien.[...]

La guerre du sacré n'aura pas lieu

Dans les banlieues françaises ou à Casablanca, au Caire, à Islamabad ou à Tataouine, Charlie Hebdo n'a pas bonne presse. À cause, bien sûr, des caricatures du prophète[...]

Arabie Saoudite : 5 choses à savoir sur le roi Salmane Ben Abdel Aziz, successeur d'Abdallah

Qui est Salmane Ben Abdel Aziz, l'ancien numéro 2 du royaume d'Arabie Saoudite, devenu roi vendredi 23 janvier ? Réponse en 5 points.[...]

Arabie saoudite : qui était le roi Abdallah ?

Souffrant d'une pneumonie, le roi Abdallah d'Arabie saoudite est mort dans la nuit de jeudi à vendredi à l'âge de 90 ans. Retour sur la vie de ce monarque et acteur clé de la complexe géopolitique[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120724083355 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120724083355 from 172.16.0.100