Extension Factory Builder
24/07/2012 à 08:49
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Capture d'écran d'une vidéo YouTube montrant un rebelle syrien à Alep, le 23 juillet 2012. Capture d'écran d'une vidéo YouTube montrant un rebelle syrien à Alep, le 23 juillet 2012. © YouTube/AFP

Alors que l'armée de Bachar al-Assad multiplie les exactions à Damas, le gouvernement syrien a reconnu qu'il possédait des armes chimiques. Et affirmé qu'il n'hésiterait pas à s'en servir... seulement contre des troupes étrangères.

Ce sont des signaux légèrement contradictoires qui émanent du camp de Bachar al-Assad. Alors que Damas a une nouvelle fois rejeté une proposition arabe d'un départ négocié des Al-Assad, le président russe Vladimir Poutine, un allié de poids de Damas, a mis en garde contre une guerre civile de longue durée si le président syrien était destitué du pouvoir de manière « inconstitutionnelle ». Une formulation qui pourrait laisser penser que le départ d'Assad est une hypothèse sinon souhaitable du moins très envisageable du point de vue de Moscou. D'autant plus que l'ambassadeur de Russie en France, Alexandre Orlov, avait affirmé sur RFI le 20 juillet que Bachar al-Assad « acceptait de partir » mais « d'une façon civilisée ». Des propos cependant démentis par les autorités syriennes.

Mais la pression toute diplomatique de la Russie sur son allié syrien n'a visiblement pas encore porté ses fruits. Au contraire, Damas semble se radicaliser chaque jour davantage. À preuve, les récentes déclarations du porte-parole des Affaires étrangères syriennes, Jihad Makdessi, premier responsable syrien à reconnaître que son pays posséde un arsenal chimique. Lundi, il a prévenu lors d'une conférence de presse que ces armes non conventionnelles, interdites par les traités internationaux et « stockées et sécurisées sous la supervision des forces armées (...) ne seront utilisées qu'en cas d'agression étrangère » et « jamais, jamais, contre nos citoyens, quelle que soit l'évolution de la crise ».

Condamnations internationales

Des propos qui ont fait bondir les responsables des pays occidentaux. Le président américain Barack Obama a parlé d'« erreur tragique » de la part du pouvoir syrien. De son côté, Berlin a qualifié la menace de « monstrueuse » tandis que Londres la jugeait « inacceptable ». Tel Aviv a simplement prévenu qu'elle ne pouvait pas « accepter » que des armes chimiques tombent aux mains du Hezbollah libanais, allié du régime syrien.

Sur le terrain, la situation n'est toujours pas décisive. Après le lancement des « batailles de libération » de Damas et d'Alep par la rébellion, le Conseil national syrien (CNS, opposition) a estimé que le régime « vacillait » mais « ne se rendra pas facilement ». Lundi, les violences ont encore fait au moins 54 morts à travers le pays.

Après une semaine de violents combats à Damas, des opposants de l'intérieur et les autorités ont affirmé que l'armée avait repris le contrôle de la plus grande partie de la capitale. « Malheureusement, l'armée du régime a repris le contrôle de la quasi-totalité de la capitale », a affirmé l'un des opposants, qui notait que des accrochages se poursuivaient dans le sud de la ville.

La bataille d'Alep fait rage

Les exactions se sont multipliées avec au moins 23 personnes, en majorité âgés de moins de 30 ans, « exécutées sommairement » à Damas par balles dimanche par les forces régulières, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) qui décrit des victimes à la tête écrasée par des véhicules ou les corps parfois transpercés par des baïonnettes.

À Alep, deuxième ville du pays dans le nord, les combats se poursuivaient lundi, avec un « grand mouvement d'exode ». En seize mois de révolte, les combats ont déjà coûté la vie à plus de 19 000 personnes, selon l'OSDH.
(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Moyen-Orient

Israël : les fous du Temple

Israël : les fous du Temple

À l'origine des tensions actuelles à Jérusalem, le courant messianique juif ne cesse de gagner du terrain. Et menace d'enterrer toute perspective de paix avec le monde arabe.[...]

Le groupe EI affirme avoir décapité un Américain et 18 soldats syriens

Le groupe ultra-radical Etat islamique (EI) a revendiqué l'exécution par décapitation de l'otage américain Peter Kassig, enlevé en Syrie, et d'au moins 18 soldats syriens, dans une vidéo[...]

Soufisme : islam du coeur, coeur de l'islam

Voie de réalisation spirituelle, le courant mystique de la religion musulmane exprime la quintessence de la Révélation. Aux antipodes du littéralisme rigoriste des salafistes.[...]

La prière des mortes

- Au Nigeria, les quelques lycéennes rescapées des geôles de Boko Haram - parmi les 276 jeunes filles enlevées le 14 avril à Chibok, dans l'est du pays - racontent leur[...]

Palestine : 13 novembre 1974, discours historique de Yasser Arafat à l'ONU

Alors que le monde entier célébrait le 11 novembre les dix ans de la mort de Yasser Arafat, le 13 novembre est une autre date importante de son destin politique. Il y a quarante ans, le leader palestinien[...]

Dix ans après sa mort, les rameaux de Yasser Arafat sont fanés

En acceptant de renoncer à la violence et de reconnaître l'État hébreu, Abou Ammar avait fait naître des espoirs de paix. Dix ans après sa mort, ils se sont presque évanouis.[...]

Israël - Palestine : tensions sur l'esplanade des Mosquées

Troisième lieu saint de l'islam et site le plus sacré du judaïsme, l'esplanade des Mosquées, à Jérusalem, est au centre de toutes les tensions.[...]

Allemagne : Raed Saleh, tombeur de murs

Le maire de Berlin, Klaus Wowereit, quittera ses fonctions le 11 décembre. Candidat à sa succession, Raed Saleh, un Palestinien de 37 ans.[...]

La candidature du Libanais Michel Sleiman à l'OIF n'était qu'une rumeur

L'élection du successeur d'Abdou Diouf approche et les rumeurs continuent d'aller bon train. Celle qui avançait une candidature de Michel Sleiman s'est éteinte.[...]

Photographie : rap et résistance en Palestine

Le photographe Pierre Mérimée et le journaliste Jacques Denis sont partis à la rencontre des artistes hip-hop palestiniens. Plus qu'un moyen d'expression, leur musique est un cri de révolte.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers