Extension Factory Builder
23/07/2012 à 17:12
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des personnes déplacées du camp de Niambly, près de Duékoué, le 22 juillet 2012. Des personnes déplacées du camp de Niambly, près de Duékoué, le 22 juillet 2012. © AFP

Les victimes en majorité guérés d'une attaque commise vendredi 20 juillet dans le camp de réfugiés de Duékoué, accusent les Dioulas, originaires du nord de la Côte d'Ivoire, d'être à l'origine du drame.

Pour les déplacés de l’ethnie guéré, pas de doutes sur l’identité des « tueurs » qui ont attaqué, vendredi 20 juillet, leur camp de Duékoué, dans l’ouest de la Côte d’Ivoire. D’après eux, ce sont les « Dioulas », nom générique donné aux ethnies originaires du nord du pays.

Cendres encore fumantes, tentes déchiquetées, bâches déchirées : le camp de Nahibly, qui accueillait quelque 5 000 personnes à l'entrée de Duékoué, est en ruines. Vendredi, une foule venue de la ville a attaqué et incendié ce site gardé par des Casques bleus de l’Onuci, en représailles à la mort de quatre personnes dans un quartier dioula de Duékoué. Au moins neuf personnes ont été tuées lors du raid.

Devant la mairie, une centaine de personnes, surtout des femmes et des enfants, se sont réfugiées après la flambée de violence. « Les Dioula sont rentrés, ils sont venus contre nous », raconte Dérothée Téhé, en tenant sa fillette dans les bras. « À Duékoué, ils ne veulent plus voir les Guérés », assure-t-elle.

Comme cette mère, la majorité des pensionnaires du camp étaient des autochtones guérés, qui entretiennent depuis longtemps des relations explosives avec les « Dioulas ». Ce contentieux historique, alimenté par des problèmes fonciers, a été aggravé par la crise postélectorale de 2010-2011 : les « Dioulas » sont considérés comme des partisans du président Alassane Ouattara, tandis que les Guérés sont vus comme favorables à l'ex-chef de l'État, Laurent Gbagbo.

Machettes, couteaux, haches... et FRCI

Les militaires ivoiriens des Forces républicaines (FRCI) sont aussi mis en cause. « Les FRCI ont tiré, ont tué des gens », tonne un déplacé, plein d'une colère froide. « Dites au président de la République que la population de Duékoué lui dit de changer l'armée de Côte d'Ivoire », lance de son côté Sebon Dakin, un lycéen de 21 ans. Pour lui, l'armée actuelle est surtout composée « de jeunes Dioulas ».

Les FRCI comptent beaucoup d'ex-rebelles pro-Ouattara venus du Nord. Ils avaient été déjà mis en cause lors des tueries de Duékoué en mars 2011, qui avaient fait des centaines de morts. Le lycéen n'épargne pas non plus les soldats de la paix marocains : « devant l'Onuci, on nous tue, on brûle des gens ». « Les Marocains ont fui pour nous laisser », dénonce aussi Dérothée. « Machettes, couteaux, haches, c'était la mort », se souvient cette mère, encore choquée.

De son côté, Ndolamb Ngokwey, coordonnateur humanitaire des Nations unies en Côte d'Ivoire, défend l'Onuci : la dizaine de Casques bleus présents au camp ont été « débordés » par « plus d'un millier de personnes ». Il s'en remet aux résultats de l'enquête à venir.

Quant à l’armée ivoirienne, elle a expliqué n'avoir pu contenir une « population en furie », malgré le déploiement en urgence de ses hommes. Son chef, le général Soumaïla Bakayoko, était sur les lieux dimanche. « Nous ne pouvons pas autoriser que des gens se fassent justice », jure-t-il, promettant de renforcer la présence des forces régulières et de limiter l'emprise des « dozos », chasseurs traditionnels redoutés devenus des forces supplétives des FRCI.

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Côte d'Ivoire

CAN 2015 : Côte d'Ivoire - Algérie, une finale avant la lettre

CAN 2015 : Côte d'Ivoire - Algérie, une finale avant la lettre

Deux grands favoris de la CAN-2015, la Côte d'Ivoire et l'Algérie, s'affrontent dimanche dans un quart de finale en forme de revanche après celui de 2010. Dans un autre match, le Ghana a quant à lui nete[...]

Côte d'Ivoire : la police appelle à "ne pas lyncher" les suspects d'enlèvements d'enfants

La police ivoirienne a appelé vendredi à "ne pas lyncher" les suspects d'enlèvements d'enfants, comme cela est déjà arrivé en Côte d'Ivoire où une vague[...]

L'audiovisuel ivoirien attend beaucoup de la chaîne A+

La nouvelle chaîne satellitaire de Canal+ mise sur les séries africaines. Une bonne nouvelle pour les producteurs d'Abidjan, qui manquent de financements comme de canaux de diffusion.[...]

CAN 2015 : la Côte d'Ivoire qualifiée, tirage au sort entre la Guinée et le Mali !

La Côte d'Ivoire s'est qualifiée pour les quarts de finale en battant le Cameroun mercredi (1-0), mais dans l'autre match du groupe D la Guinée et le Mali ont encore fait un nul (1-1) et seront[...]

Côte d'Ivoire : important dispositif sécuritaire pour lutter contre les enlèvements d'enfants

Le gouvernement  ivoirien n'a pas attendu longtemps pour tirer la sonnette d'alarme sur le phénomène récurent d'enlèvements d'enfants dans le pays depuis quelques mois.[...]

Cameroun-Côte d'Ivoire : Hervé Renard et Volker Finker, deux entraîneurs sous pression

Avant le choc décisif pour la qualification en quarts de finale entre le Cameroun et la Côte d'Ivoire à 19 heures ce mercredi, Hervé Renard et Volker Finke sont dos au mur. Zoom sur leur[...]

Côte d'Ivoire : le "miracle" économique à l'épreuve

Croissance impressionnante, construction à tout va, climat des affaires assaini... La Côte d'Ivoire fait des progrès considérables depuis la crise de 2010. Mais tout le monde n'en profite pas.[...]

CAN 2015 : Et si la qualification se jouait sur tirage au sort ?

En cas d'égalité parfaite à l'issue de la phase de poule entre deux équipes, la qualification pour les quarts de finale se jouera au tirage au sort. Une situation très improbable, mais qui[...]

La malédiction de la CAN 2015 frappe le Mali

La Côte d'Ivoire a égalisé en toute fin de match face au Mali (1-1) après avoir pris tous les risques. Les deux équipes sont au coude à coude dans un groupe qui n'a accouché que de[...]

Côte d'Ivoire : souvenirs du dernier maire d'Abidjan

À 81 ans, Ernest N'Koumo Mobio est toujours épris de sa ville, dont un tableau orne le hall de sa résidence des Deux-Plateaux, à Cocody. Il confie à Jeune Afrique quelques souvenirs de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120723163540 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120723163540 from 172.16.0.100