Extension Factory Builder
23/07/2012 à 17:12
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des personnes déplacées du camp de Niambly, près de Duékoué, le 22 juillet 2012. Des personnes déplacées du camp de Niambly, près de Duékoué, le 22 juillet 2012. © AFP

Les victimes en majorité guérés d'une attaque commise vendredi 20 juillet dans le camp de réfugiés de Duékoué, accusent les Dioulas, originaires du nord de la Côte d'Ivoire, d'être à l'origine du drame.

Pour les déplacés de l’ethnie guéré, pas de doutes sur l’identité des « tueurs » qui ont attaqué, vendredi 20 juillet, leur camp de Duékoué, dans l’ouest de la Côte d’Ivoire. D’après eux, ce sont les « Dioulas », nom générique donné aux ethnies originaires du nord du pays.

Cendres encore fumantes, tentes déchiquetées, bâches déchirées : le camp de Nahibly, qui accueillait quelque 5 000 personnes à l'entrée de Duékoué, est en ruines. Vendredi, une foule venue de la ville a attaqué et incendié ce site gardé par des Casques bleus de l’Onuci, en représailles à la mort de quatre personnes dans un quartier dioula de Duékoué. Au moins neuf personnes ont été tuées lors du raid.

Devant la mairie, une centaine de personnes, surtout des femmes et des enfants, se sont réfugiées après la flambée de violence. « Les Dioula sont rentrés, ils sont venus contre nous », raconte Dérothée Téhé, en tenant sa fillette dans les bras. « À Duékoué, ils ne veulent plus voir les Guérés », assure-t-elle.

Comme cette mère, la majorité des pensionnaires du camp étaient des autochtones guérés, qui entretiennent depuis longtemps des relations explosives avec les « Dioulas ». Ce contentieux historique, alimenté par des problèmes fonciers, a été aggravé par la crise postélectorale de 2010-2011 : les « Dioulas » sont considérés comme des partisans du président Alassane Ouattara, tandis que les Guérés sont vus comme favorables à l'ex-chef de l'État, Laurent Gbagbo.

Machettes, couteaux, haches... et FRCI

Les militaires ivoiriens des Forces républicaines (FRCI) sont aussi mis en cause. « Les FRCI ont tiré, ont tué des gens », tonne un déplacé, plein d'une colère froide. « Dites au président de la République que la population de Duékoué lui dit de changer l'armée de Côte d'Ivoire », lance de son côté Sebon Dakin, un lycéen de 21 ans. Pour lui, l'armée actuelle est surtout composée « de jeunes Dioulas ».

Les FRCI comptent beaucoup d'ex-rebelles pro-Ouattara venus du Nord. Ils avaient été déjà mis en cause lors des tueries de Duékoué en mars 2011, qui avaient fait des centaines de morts. Le lycéen n'épargne pas non plus les soldats de la paix marocains : « devant l'Onuci, on nous tue, on brûle des gens ». « Les Marocains ont fui pour nous laisser », dénonce aussi Dérothée. « Machettes, couteaux, haches, c'était la mort », se souvient cette mère, encore choquée.

De son côté, Ndolamb Ngokwey, coordonnateur humanitaire des Nations unies en Côte d'Ivoire, défend l'Onuci : la dizaine de Casques bleus présents au camp ont été « débordés » par « plus d'un millier de personnes ». Il s'en remet aux résultats de l'enquête à venir.

Quant à l’armée ivoirienne, elle a expliqué n'avoir pu contenir une « population en furie », malgré le déploiement en urgence de ses hommes. Son chef, le général Soumaïla Bakayoko, était sur les lieux dimanche. « Nous ne pouvons pas autoriser que des gens se fassent justice », jure-t-il, promettant de renforcer la présence des forces régulières et de limiter l'emprise des « dozos », chasseurs traditionnels redoutés devenus des forces supplétives des FRCI.

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Côte d'Ivoire

Drissa Traoré : 'Les crimes de sang reprochés à Simone Gbagbo seront jugés, à la CPI ou ailleurs'

Drissa Traoré : "Les crimes de sang reprochés à Simone Gbagbo seront jugés, à la CPI ou ailleurs"

"Justice des vainqueurs", "procès politique"... Que ce soit au sujet du prochain procès de Simone Gbagbo ou de ceux de son mari, Laurent, et de Charles Blé Goudé, les critiques son[...]

Côte d'Ivoire : le procès de Simone Gbagbo reporté sine die

Le gouvernement ivoirien a annoncé mercredi le report sine die du procès de Simone Gbagbo. Il était censé s'ouvrir ce mercredi 22 octobre.[...]

La course pour la direction du bureau Afrique de l'OMS est lancée...

Qui, début novembre, succédera à l'Angolais Luís Gomes Sambo à la tête du bureau Afrique de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ?[...]

Côte d'Ivoire : incertitudes sur le début du procès de Simone Gbagbo

La date du procès de 83 personnalités pro-Gbagbo, dont l'ancienne première dame Simone Gbagbo, censé s'ouvrir mercredi, reste hypothétique. L'un des avocats de la défense a[...]

Sondage : faut-il reporter la CAN 2015, la déplacer ou l'annuler à cause d'Ebola ?

Se jouera-t-elle ou pas ? À quelle date ? Où ? Les rumeurs vont bon train au sujet de la Coupe d'Afrique des nations, prévue en janvier 2015 au Maroc mais menacée par l'épidémie d'Ebola.[...]

En Guinée, le doute plane à nouveau sur le mont Simandou

Quatre mois après la signature d'un accord entre la compagnie Rio Tinto et l'État pour relancer le développement du mégagisement, la chute des cours du fer vient compromettre leurs plans.[...]

Bling-bling : mariage fastueux, mariage malheureux...

Alors que les cérémonies nuptiales africaines sont des démonstrations de force financière, une récente étude américaine indique qu’une bague de fiançailles trop[...]

Côte d'Ivoire : Didier Drogba de retour en sélection ?

Deux conseillers du président Alassane Ouattara travaillent actuellement au retour de Didier Drogba en sélection nationale. Pas sûr que l'attaquant star de Chelsea accepte de rempiler avec les[...]

Orrick s'installe officiellement à Abidjan

Exclusif - Dans une interview accordée à Jeune Afrique, le président et le patron Afrique d'Orrick expliquent pourquoi ce géant mondial du droit avec 1100 avocats dans 25 pays a choisi la capitale[...]

Le Marocain Karim Tazi veut installer deux usines à Abidjan

 Le groupe Tazi va construire deux usines à Abdijan dans le secteur de la literie et du plastique. Le tout pour un investissement de 15 millions d'euros et un démarrage effectif de la production prévu[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers