Extension Factory Builder
23/07/2012 à 16:44
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Gaston Kelman est écrivain et président de l’association Simbaa, pour la dignité de l’Afrique.

« Bien mal acquis, trésors accumulés par les dictateurs africains au détriment de leurs peuples ». C’est par cet exorde comminatoire que le journaliste de TF1 a entamé dans le Journal télévisé de 20 heures du 17 juillet 2012, le sujet sur… Le prix Unesco-Guinée Equatoriale pour la recherche en sciences de la vie, financé à hauteur de 3 millions de dollars par la république de Guinée équatoriale. Cette palabre rejoint toutes celles initiées chaque fois qu’une nation africaine contemporaine a voulu s’insérer dans l’histoire de l’humanité par une œuvre universelle.

Il en a été de même pour la Basilique de Yamoussoukro et le monument de la renaissance africaine à Dakar. Le pays serait trop pauvre pour se permettre des œuvres gigantesques alors que le seuil de pauvreté, la santé, l’éducation… L’on pourrait se demander dans quelles conditions sanitaires et sociales des populations, les édifices aujourd’hui patrimoines de l’humanité – pyramides d’Égypte, Taj-Mahal, château de Versailles, tombeau des Askia, l’Acropole – ont été édifiés.

L’affaire est encore plus passionnante pour les biens mal acquis. Pierre Péan, fin connaisseur de l’Afrique dont la liberté de ton et la pertinence des analyses sont indéniables, s’offusque de voir que l’évolution de l’Afrique ne semble pouvoir être analysée par les observateurs extérieurs que sous la lorgnette de la corruption. Plus grave encore, les nouveaux missionnaires si préoccupés du salut de l’Afrique, dénient aux populations toute capacité à s’occuper d’eux-mêmes, à gérer leurs intérêts. Et s’ils trouvent sur place des thuriféraires prêts à faire « la voix de son maître », ils ignorent avec suffisance la lame de fond qui déborde de la jeunesse outrée par l’interventionnisme et les ingérences tous azimuts de la société française à tous les niveaux.

Le grand soutien persistant à Laurent Gbagbo en est l’une des manifestations les plus puissantes. Toute la jeunesse africaine – le Cameroun en tête - a condamné ce qu’elle a jugé être une incursion dans les affaires ivoiriennes, au mépris des Ivoiriens. C’est encore du Cameroun que part l’association des Juristes africains pour la bonne gouvernance. Qui prend fait et cause contre le procès dit des biens mal acquis et pour sa première victime, Teodoro Obiang Nguema. Ils dénoncent le mandat d’arrêt international lancé contre lui. Les arguments juridiques semblent solides. Je ne m’engage pas dans leur interprétation, tout en partageant pleinement leur lutte contre les ingérences. Ils exigent une bonne gouvernance de l’Afrique, mais condamnent l’ingérence dans les affaires africaines. Leur credo, que martèle son jeune président, Simon Serges Kack Kack : « contribuer au rétablissement de la dignité de notre continent ». En clair, laissez-nous nous occuper de nos problèmes

L’Afrique de papa, faite de l’arrogance et du paternalisme français – gestion de la crise ivoirienne, ingérence missionnaire et salvatrice des ONG, Arche de Zoé - vit ses derniers instants.

Jean-Michel Severino a écrit Le temps de l’Afrique. Pour Hervé Bourges, L’Afrique n’attend pas ceux qui ne comprennent pas que les choses changent et que la jeunesse exige que les nations du Golfe de Guinée soient traitées comme celles du Golfe persique. Et l’on repense à Stephen Smith qui nous expliquait Comment la France a perdu l’Afrique, la crise ivoirienne étant « à la présence française en Afrique, ce que la prise de la Bastille fut à l’ancien régime : la fin ».

Le citoyen français originaire de l’Afrique que je suis, ne saurait se résoudre à accepter cette fin. L’Afrique de papa, faite de l’arrogance et du paternalisme français – gestion de la crise ivoirienne, ingérence missionnaire et salvatrice des ONG, Arche de Zoé - vit ses derniers instants. Et nous nous en félicitons. Un autre type de relation est possible, basé sur un héritage commun, faite de respect mutuel. La francophonie créée par Senghor, en est le socle.

Mais un grand préalable est indispensable pour museler ceux qui pensent que leur ingérence est légitimée par la sempiternelle main tendue de l’Afrique pour le moindre puits sahélien, le plus petit dispensaire rural ou la minuscule électrification photovoltaïque villageoise. Afrique, ta dignité passe par la fin de cette dépendance de type postcolonial.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Continental

Francophonie : Kamel Daoud reçoit le Prix des cinq continents

Francophonie : Kamel Daoud reçoit le Prix des cinq continents

C’est son roman "Meursault, contre-enquête", qui a valu à l’écrivain et journaliste algérien Kamel Daoud le prix de l'Organisation internationale de la Francophonie. La récom[...]

L'institut Choiseul classe ses "100 leaders économiques africains de demain"

L'Institut Choiseul vient de publier la "Choiseul 100 Africa", un classement annuel identifiant les "leaders économiques de demain" parmi les jeunes dirigeants africains de 40 ans et moins. Certains[...]

Plus de 3 000 migrants ont péri en Méditerranée depuis début 2014

La traversée de la Méditerranée reste le voyage le plus meurtrier pour les migrants clandestins. Depuis début 2014, plus de 3 000 d'entre eux ont ainsi péri en chemin, selon l'Organisation [...]

Gouvernance en Afrique : votre pays est-il performant, selon l'indice Mo Ibrahim 2014 ?

La fondation Mo Ibrahim a publié, lundi 29 septembre, son indice annuel sur la gouvernance en Afrique. Bilan : l'Afrique progresse globalement, notamment grâce aux questions des droits de l'homme et de la[...]

Satan is back

Même si l'on reproche aux journalistes - souvent à raison - de ne parler de l'Afrique subsaharienne que sous l'angle de ses échecs, lesquels masquent le foisonnement de ses réussites[...]

La Francophonie confrontée au casse-tête de la succession d'Abdou Diouf

Après 12 ans sous la férule de l'ancien président sénégalais Abdou Diouf, l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF) se trouve face au casse-tête de sa succession fin novembre[...]

La fondation pour l'Afrique de Borloo en marche d'ici la fin de l'année

Jean-Louis Borloo, qui s'est retiré de la vie politique en avril dernier, estime que sa fondation sur l'Afrique sera opérationnelle d'ici la fin de l'année, a-t-il indiqué dans un entretien au[...]

Ebola : le FMI accorde une aide supplémentaire aux pays touchés

Le Fonds monétaire international (FMI) a approuvé vendredi une enveloppe supplémentaire de 130 millions de dollars en faveur des trois pays les plus frappés par Ebola (Guinée, Liberia, Sierra[...]

Burkina Faso : 4 octobre 1984, le discours historique de Sankara à l'ONU

Sankara visionnaire ? En se présentant, le 4 octobre 1984, à la tribune des Nations unies, le jeune capitaine burkinabè était loin d'imaginer que, 30 ans plus tard, la plupart des thèmes de son[...]

Afrique de l'Ouest : ce que vos dirigeants ont dit sur Ebola

Les dirigeants africains ont-ils pris suffisamment tôt la mesure du danger que représentait le virus Ebola ? Pour tenter de répondre à cette question, nous avons répertorié les[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers