Extension Factory Builder
23/07/2012 à 12:54
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le prototype du SKA, près de Carnarvon. Le prototype du SKA, près de Carnarvon. © AFP

C’est en Afrique du Sud que sera installé le futur Square Kilometre Array (SKA), ou radiotélescope d’un kilomètre carré de superficie. Cet instrument technologique le plus puissant au monde dans sa catégorie, devrait permettre de comprendre la formation de l’univers depuis le Big Bang. Et donner une impulsion à la recherche scientifique sur le continent.

Un prototype du SKA avait déjà été implanté à 80 km de Carnarvon, ville du nord de la province du Cap, permettant l’observation des galaxies les plus éloignées du cosmos. La plupart des quelque 3 000 antennes paraboliques qui forment le SKA (et qui couvriraient un km² si elles étaient mises côte à côte, d’où son nom) seront dispersées sur le continent d’ici à 2024, chez les huit partenaires de l’Afrique du Sud : Namibie, Botswana, Ghana, Kenya, Madagascar, Maurice, Mozambique, Zambie.

Le cœur du radiotélescope se trouvera ainsi en Afrique, même si l’Afrique du Sud a dû laisser à l’Australie, son rival dans ce projet d’un montant de 2 milliards d’euros, la partie basse fréquence du SKA. L’ambition du projet est telle qu’un chercheur sud-africain a pu déclarer que celui-ci était « un instrument de pointe qui fera la lumière sur beaucoup de théories sur le cosmos. Il nous permettra de voir le fonctionnement de galaxies que nous n'avons jamais pu voir. Nous ne savons pas ce que nous allons trouver, mais nous sommes sûrs de trouver quelque chose. »

Inversion de la fuite des cerveaux ?

Si elle était atteinte, une avancée scientifique majeure obtenue en Afrique pourrait inverser la tendance à la fuite des cerveaux, qui serait même déjà « finie », à en croire Rupert Spann, l’un des superviseurs du télescope. « Les scientifiques du plus haut niveau dans le monde veulent venir en Afrique du Sud pour travailler sur le projet », se réjouit-il. Sahba Yahya, un doctorant soudanais, ajoute que, s’il est vrai qu’actuellement, on quitte « l’Afrique pour étudier en Europe, dans dix ans les gens viendront en Afrique pour étudier l’astronomie. »

Une nouvelle impulsion dans le domaine scientifique sur le continent : c’est ce que tout le monde attend du SKA. Car si l’Afrique accueille avec bonheur les nouvelles technologies sur son sol, ses populations les moins aisées se débattent encore avec les mathématiques. En Afrique du Sud, et ce en dépit de sa puissance économique, plus de la moitié des lycéens inscrits en mathématiques au baccalauréat ont échoué en 2011, et seul un tiers de ceux inscrits en sciences ont obtenu une note supérieure à 4/10. Le défi futur est donc de réussir à former la jeunesse africaine pour lui faire intégrer l’élite mondiale.

Boursiers

Le SKA doit recruter des ingénieurs, des scientifiques et compte déjà 400 boursiers. Daphne Lekwathi, chargée du développement local au SKA explique que le travail d’éducation des jeunes est déjà en marche : « On essaye de les intéresser, de leur montrer que les maths, la science, c'est facile pour qu'ils puissent un jour décrocher une bourse chez nous et devenir ingénieur ou astronome. (…)

« Ça prendra du temps pour toucher tout le monde mais quand on y sera, on aura plein de jeunes experts », reprend Nadeem Oozer, chercheur mauricien se rendant régulièrement dans les écoles de Carnarvon. L’Afrique compte d’ores et déjà de nombreux scientifiques tels l’astrophysicien malien Cheick Modibo Diarra, devenu Premier ministre du Mali, ou encore la Kenyane Wangari Maathai (1940-2011), prix Nobel de la paix. De quoi remettre en cause l’affirmation fameuse - et controversée - de Léopold Sédar Senghor, selon laquelle « l’émotion est nègre comme la raison hellène »...

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Afrique du sud

Lesotho : un accord trouvé par les négociateurs sud-africains

Lesotho : un accord trouvé par les négociateurs sud-africains

Fin août, un coup d’État contre le Premier ministre Tom Thabane avait échoué. Hier, les négociateurs sud-africains ont annoncé être parvenus à mettre d’accord les[...]

Afrique du Sud : Oscar Pistorius condamné à cinq ans de prison ferme

La justice sud-africaine a condamné le champion d'athlétisme de 27 ans, Oscar Pistorius, à cinq ans de prison ferme pour le meurtre de sa petite amie en 2013. Il a également écopé de trois[...]

Afrique du Sud : Oscar Pistorius va être fixé sur son sort

Reconnu coupable d'homicide involontaire "par négligence", Oscar Pistorius va être fixé sur sa sentence mardi. Le procureur a requis dix ans de prison ferme contre le champion sud-africain[...]

[Diaporama] : Dix chefs ou rois traditionnels puissants du Sud du Sahara

Sur le continent, il ne reste qu'une seule monarchie absolue contrôlant un État internationalement reconnu. Mais les chefferies et les royautés traditionnelles n'ont pas disparu pour autant, surtout en Afrique[...]

Afrique du Sud : la juge annoncera la peine de Pistorius le 21 octobre

La juge en charge du procès d'Oscar Pistorius a annoncé vendredi qu'elle rendrait sa sentence le mardi 21 octobre. Le parquet a demandé une peine de 10 ans de prison minimum à l'encontre de[...]

Afrique du Sud : l'avocat d'Oscar Pistorius demande "une peine utile à la société"

L'avocat d'Oscar Pistorius a demandé vendredi des travaux d'intérêt général comme peine pour le champion, estimant que la prison ne serait pas une punition appropriée pour l'homicide[...]

Procès Pistorius : le procureur réclame une lourde peine

Le procureur a clairement dévoilé mercredi son intention de réclamer une lourde peine pour Oscar Pistorius, en démontant méticuleusement tous les arguments de la défense de[...]

Procès Pistorius : l'accusation veut une peine de prison

Le "mini-procès" qui doit aboutir à la prononciation de la peine qui sera infligée à Oscar Pistorius pour la mort de Reeva Steenkamp continue en Afrique du Sud. Mardi, le parquet s'est[...]

Cartier women's initiative awards 2014 : quatre Africaines parmi les finalistes

 Elles se nomment Winnifred Selby, Amy de Castro, Achenyo Idachaba et Mariam Hazem. Originaires du Ghana, de l'Afrique du Sud, du Nigéria et de l'Égypte, se sont les finalistes africaines du prix Cartier Women's[...]

Procès Pistorius : parole à la défense

Trois témoins appelés par la défense d'Oscar Pistorius ont comparu lundi au premier jour de la reprise des audiences du procès du sportif sud-africain.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers