Extension Factory Builder
23/07/2012 à 10:33
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le sculpteur sénégalais Ousmane Sow entre à l'Académie des beaux-arts. Le sculpteur sénégalais Ousmane Sow entre à l'Académie des beaux-arts. © Vincent Fournier/J.A

Le sculpteur sénégalais Ousmane Sow a été élu à l'Académie des beaux-arts, à Paris, dans la section des membres associés étrangers.

En 1983, le poète-président Léopold Sédar Senghor était élu à l'Académie française. Un peu moins de trente ans plus tard, c'est au tour d'un autre Sénégalais d'envergure d'honorer de sa personne les institutions françaises. Le sculpteur Ousmane Sow vient d'être élu à l'Académie des Beaux-arts, dans la section des membres associés étrangers, au fauteuil précédemment occupé par le peintre américain Andrew Wyeth.

Cette consécration officielle n'est pas pour surprendre : l'histoire d'amour unissant Ousmane Sow et la France dure depuis longtemps. Si à son arrivée à Paris, après la mort de son père, le sculpteur dut vivre de petits boulots et renoncer à suivre l'enseignement des Beaux-arts, un diplôme de kinésithérapeute lui permit néanmoins de manger et, parallèlement, de développer sa pratique. Né en 1935, Ousmane Sow se dévoile en 1987 au Centre culturel français de Dakar avec sa série Les Noubas que lui a inspiré, trois ans plus tôt, la découverte des photos de Leni Riefenstahl, réalisatrice attitrée du régime nazi.

La France  en série

Exposé à la Dokumenta de Kassel en 1995, au Palazzo Grassi en 1995 pour le centenaire de la biennale de Venise, l'artiste séduit la France en 1999 quand ses oeuvres sont exposées au coeur de Paris, au-dessus de la Seine, sur le Pont des arts. Quelque trois millions de visiteurs viendront déambuler, de jour comme de nuit, entre ses statues toutes de force contenue, modelées dans une glaise de sa fabrication – comme s'il s'agissait, à chaque fois, de faire naître de terre le premier homme ou la première femme de la création. Les Noubas, les Masaïs, les Peuls, la Bataille de Little Big Horn : Ousmane Sow sculpte sans modèle et travaille toujours par séries.

Dernièrement, il s'est attelé à celle des « grands hommes » qui ont marqué sa vie : son père, bien sûr, mais aussi Nelson Mandela, Gandhi, Mohamed Ali, Martin Luther King, le général de Gaulle, Victor Hugo. Reconnaissante, la ville de Besançon a acquis en 2003 la statue de l'écrivain, installée le 17 octobre 2003 sur la Place des droits de l'homme. Et dans quelques mois, la même ville inaugurera une autre oeuvre de Sow, L'Homme et l'enfant, destinée à compléter le monument aux morts en mettant en lumière « l'action de ceux qui, au péril de leur vie, ont protégé ou sauvé des personnes ». Autres villes à avoir adoubé l'artiste : Genève, qui expose en son centre L'Immigré, et Washington, où le Museum of African Art a acquis, pour près de 200 000 euros, Toussaint Louverture et la vieille esclave.

Petite histoire moins connue : en 2009, le sculpteur était déjà, d'une certaine manière, entré à l'Académie française. Le romancier (et ex-ambassadeur de France au Sénégal) Jean-Christophe Rufin lui avait en effet commandé son épée d'académicien, imaginée à partir de Colombe, le personnage du roman Rouge Brésil.
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Sénégal

Architecture : pourquoi s'approprier l'héritage colonial est une bonne chose

Architecture : pourquoi s'approprier l'héritage colonial est une bonne chose

L'héritage achitectural colonial a souvent été délaissé en Afrique. Mais la tendance commence à s'inverser.[...]

CPI : Botswana, Sénégal et Sierra Leone se disputent la présidence de l'Assemblée

L'Assemblée des États parties au statut de Rome doit être présidée par un État africain en 2015. Mais aucun des trois candidats en lice ne se désiste pour un autre.[...]

Tragédie de Thiaroye : réponse à Julien Fargettas

Armelle Mabon est maître de conférences en histoire contemporaine à l'Université de Bretagne-Sud. Elle apporte ici ses commentaires à la lettre ouverte de Julien Fargettas au président de [...]

Sénégal : poussée de fièvre politico-militaro-judiciaire

Affaires Karim Wade, Abdoulaye Baldé ou Aissata Tall Sall : le thermomètre politico-judiciaire sénégalais indique une température singulièrement élevée. Et voilà que[...]

Sénégal : sept morts et trois blessés dans l'explosion d'une mine en Casamance

Sept personnes ont été tuées et trois grièvement blessées dans l'explosion d'une mine en Casamance, région du sud du Sénégal en proie à une rébellion[...]

IIe guerre mondiale : les tirailleurs africains, ces héros de l'ombre

De Provence jusqu'en Alsace, des milliers de soldats venus des colonies sont morts pour libérer la France. Soixante-dix ans plus tard, Paris leur rend hommage. Une douzaine de chefs d'État africains devraient[...]

Tragédie de Thiaroye : lettre ouverte à François Hollande

Julien Fargettas est historien. Il a publié en 2012 l'imposant "Les Tirailleurs sénégalais", aux éditions Tallandier. Il a fait parvenir ce texte à François Hollande au mois de[...]

Procès Wade : vers l'évacuation sanitaire de "Bibo Bourgi" ?

Le principal complice présumé de Karim Wade, Bibo Bourgi, ne serait pas en état de comparaître devant la CREI, selon des expertises médicales. Un nouveau rebondissement qui pourrait[...]

Tirailleurs : le chagrin des indigènes

Tierno Monénembo est un écrivain guinéen, Prix Ahmadou-Kourouma 2012 pour Le Terroriste noir, sur Addi Bâ, héros méconnu de la Résistance..[...]

DP World en pleine tourmente sur le continent

Alors qu'il aligne les bonnes performances à travers le monde, en Afrique, le troisième opérateur portuaire mondial collectionne les ennuis et les scandales. Le dernier en date, à Djibouti,[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers