Extension Factory Builder
20/07/2012 à 17:08
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le ministre angolais des Relations extérieures Georges Chikoti (G) et son homologue portugais. Le ministre angolais des Relations extérieures Georges Chikoti (G) et son homologue portugais. © AFP

Avec près de 240 millions de locuteurs dans le monde, contre 220 millions de francophones, la lusophonie est en plein boom mais reste un nain politique. Réunie en sommet le 20 juillet à Maputo, son organisation de coopération multilatérale, la Communauté des pays de langue portugaise (CPLP), étudie la délicate question de l'élargissement vis à vis d'un pays africain hispanophone, la Guinée Équatoriale. Explications.

La CPLP, c’est la vitrine de la lusophonie. Après seize ans d’existence, elle semble avoir atteint une certaine maturité, même si elle n’est encore qu’un poids plume sur la scène internationale. À cet égard, le sommet de l’organisation qui a lieu ce 20 juillet 2012 à Maputo, verra peut-être l’organisation s’étoffer d’un nouveau membre : l’adhésion de la Guinée Équatoriale de Theodoro Obiang Nguema est en effet au cœur des discussions. Comment un pays hispanophone, qui plus est très critiqué au sujet des droits de l’homme, pourrait-il y adhérer ? La question divise à la fois les États membres et leurs sociétés civiles.

Une expansion pleine de défis

D’une vitalité démographique et institutionnelle indéniable, la lusophonie fait aujourd’hui face aux défis que lui impose son expansion. Avec près de 240 millions de lusophones dans le monde, contre 220 millions de francophones, le portugais est la sixième langue la plus parlée dans le monde. « L’expansion de cette langue est principalement assurée par le Brésil, où se trouvent 80% des lusophones du monde, explique Michel Cahen, historien français spécialiste de l'Afrique lusophone. Mais les autres pays lusophones, majoritairement africains, ne sont pas en reste, selon lui.

À l’instar de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), les pays lusophones ont aussi créé un organe de coopération multilatérale : la Communauté des pays de langue portugaise (CPLP). Créée en 1996, soit vingt six ans après l’OIF, la CPLP compte actuellement huit pays membres : le Portugal, le Brésil, le Timor Oriental et cinq pays africains, l'Angola, le Cap-Vert, la Guinée-Bissau, le Mozambique, Sao Tomé et Principe.

Plus que la simple promotion de la langue portugaise, les domaines de coopération sont nombreux et se sont multipliés au fil des années : organisation de « Jeux sportifs », lutte contre le narcotrafic, technologies, diplomatie… Dernier exemple en date : après le putsch du 12 avril dernier en Guinée-Bissau, les ministres de la CPLP réunis en conseil extraordinaire ont adopté une position commune sur les « sanctions à imposer aux militaires et civils impliqués dans le coup d’État ». L'Angola, qui assurait la présidente tournante de l’organisation, avait ensuite défendu la position de cette dernière au Conseil de sécurité de l’ONU, à New York.

« Certains pays comme Sao Tomé et Principe sont favorables à cette entrée, alors que d’autres, dont le Portugal, montrent plus de réticences », explique Ana Lucia Sa, chercheuse portugaise, spécialiste de la Guinée équatoriale. Plusieurs ONG portugaises, mozambicaines ou angolaises ont lancé le 11 juin dernier le mouvement « Por uma Comunidade de Valores » (Pour une communauté de valeurs) et sont bien décidées à faire entendre leur voix.

Intérêt économique

Avec pas moins de 520 000 barils produits par jour, la Guinée Équatoriale est le troisième producteur de pétrole d’Afrique subsaharienne. « Pour les États membres de la CPLP, l'intérêt est essentiellement économique, décrypte Jean-Marc Lefebvre, président de l'Association France - Guinée Équatoriale. Accueillir dans ses rangs un État pétrolier est une aubaine difficile à refuser...» D’autant plus difficile, que les ressources de la CPLP sont faibles. Malgré l’opacité qui entoure son budget, on sait que ce dernier (constitué des cotisations des États membres) était d’un peu moins de 2 millions d’euros en 2011 pour son secrétariat exécutif. Loin, très loin, donc, des 80 millions d’euros affiché annuellement en moyenne par l’OIF.

L’organisation est t-elle prête à franchir le pas d’une realpolitik assumée ? Les jeux sont ouverts. Du côté équato-guinéen, la confiance règne. Fin juin, Pedro Ela Nguema Buna, ministre délégué des Affaires étrangères et de la Coopération déclarait avec assurance : « Nous avons déjà le dossier complet que nous présenterons au sommet de Maputo où nous serons membres à part entière ».

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

AUTRES

RDC - Burundi : quand les États-Unis jouent au shérif constitutionnel

RDC - Burundi : quand les États-Unis jouent au shérif constitutionnel

En RDC ou au Burundi, voire au Congo-Brazza ou au Burkina Faso, Washington s'oppose à toute modification de la Constitution destinée à permettre à un chef d'État de se maintenir au[...]

Tchad : Hissène Habré et le fantôme de Hassan Djamous

Dans la nuit du 1er au 2 avril 1989, le commandant en chef des Forces armées nationales, Hassan Djamous, soupçonné par le président Hissène Habré de fomenter un complot pour l[...]

Quand les Algériens noirs frappent à la porte

Peu présents dans les instances du pouvoir algérien, les habitants du Grand Sud se distinguent dans le sport, la musique... et les études.[...]

Burkina Faso : le paludisme a encore tué plus de 7600 personnes en 2013

Le paludisme a moins tué au Burkina l'an dernier que l'année précédente mais y a encore fait quelque 7 600 morts sur près de sept millions de cas enregistrés, a indiqué jeudi le Pro[...]

RDC : bilan toujours incertain dans l'accident de train au Katanga

Selon le bilan définitif officiel publié jeudi soir par le gouvernement congolais, 48 personnes ont été tuées et 160 autres blessées dans l'accident de train qui s'est produit en dé[...]

Les 10 Africains les plus influents du monde selon le magazine "Time"

Comme chaque année, l'hebdomadaire américain "Time" a publié mercredi le classement des 100 personnalités les plus influentes de la planète. Parmi elles, dix Africains dont la ministr[...]

Soudan du Sud : le Conseil de sécurité brandit la menace de sanctions

Le Conseil de sécurité de l'ONU a menacé jeudi d'émettre des sanctions ciblées contre les responsables d'exactions au Soudan du Sud.[...]

Mehdi Jomâa : "Redresser l'État tunisien est une obligation"

Alors qu'il achève une tournée diplomatique visant à mobiliser les partenaires de la Tunisie pour la sortir du marasme, le Premier ministre Mehdi Jomâa s'est livré à Jeune Afrique. Il revie[...]

France - RDC : Raphaël Mobutu reste introuvable, une semaine après sa chute dans la Garonne

Plus d'une semaine après avoir sauté dans la Garonne, la nuit du 15 au 16 avril, Raphaël Mobutu, un des enfants de l'ancien président de la RDC (ex-Zaïre) est toujours introuvable. À en croire[...]

Brésil : Rousseff dans le piège Petrobras

À six mois de la présidentielle, la sortante est engluée dans une sombre histoire de rachat d'une raffinerie au Texas en 2006. Elle est en baisse dans les sondages mais devrait quand même ê[...]

Armée égyptienne : kaki business...

L'annonce par l'armée égyptienne d'un don de plusieurs terrains pour la construction de 1 million de logements sociaux relance les spéculations sur son poids économique et financier.[...]

Maroc : délinquance à Casablanca, peur sur la ville ?

La multiplication des actes de délinquance dans la capitale économique marocaine nourrit un fort sentiment d'insécurité au sein de la population. Qui ne cache plus son ras-le-bol.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces