Extension Factory Builder
20/07/2012 à 19:10
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Un convoi de FRCI en avril. Un convoi de FRCI en avril. © AFP

Dans la nuit du jeudi 19 au vendredi 20 juillet, quatre personnes ont été tuées à Duékoué. En représailles, des habitants de cette ville de l'ouest de la Côte d'Ivoire s'en sont pris à un camp de déplacés.

C'est un braquage meurtrier, dans la nuit de jeudi à vendredi, qui serait à l'origine des violences qui ont eu lieu dans la ville de Duékoué, dans l'Ouest de la Côte d'Ivoire. Si aucun bilan n'est disponible dans l'immédiat, une source médicale sur place fait état de plusieurs dizaines de blessés.

L'attaque, qui a eu lieu dans le quartier Kôkôma de Duékoué, majoritairement malinké (ethnie du nord du pays), aurait coûté la vie à quatre personnes, selon plusieurs sources, locales et internationales. Pour se venger, des jeunes de Kôkôma, accompagnés de militaires des Forces républicaines (FRCI) et de dozos (chasseurs traditionnels) se sont rendus à l'entrée de la ville et ont pris d'assaut un camp de déplacés de Niambly, gardé par l'Opération des Nations unies en Côte d'Ivoire (Onuci), où sont hébergés des autochtones guérés, réfugiés à la suite de la crise postélectorale de 2010-2011.

Selon plusieurs sources sécuritaires, les assaillants ont incendié le camp, après en avoir détruit l'entrée. Les violences qui ont suivi auraient fait plusieurs dizaines de blessés à l'arme blanche, a indiqué un membre du personnel de l'hôpital de Duékoué. L'attaque du camp a donné lieu à des scènes de panique, contraignant les gens à fuir. De nombreuses personnes se seraient réfugiées à l'hôpital, tandis que d'autres, selon des sources locales, cherchaient refuge à la mission catholique de Duékoué ou ailleurs dans la ville.

Un employé du Haut commissariat de l'ONU aux réfugiés (HCR) a affirmé entendre des coups de feu dans la matinée de vendredi. Du côté des FRCI, c'est la chasse aux responsable des quatre morts. « Nous n'avons pas encore mis la main sur eux », a affirmé un militaire.

Région instable

Un an après la crise postélectorale ivoirienne - qui de décembre 2010-avril 2011, a fait quelque 3 000 morts - l'incident rappelle que dans cette région la paix reste fragile. Les tensions ethniques entre Malinkés (considérés comme pro-Ouattara) et Guérés (considérés comme pro-Gbagbo) sur fond de conflit foncier en font la région la plus instable du pays.

Près de la frontière avec le Liberia, plusieurs attaques contre des villages ont fait début juin plus d'une vingtaine de morts, dont sept Casques bleus nigériens. S'en est suivi le déplacement de quelque 13 000 personnes. Alassane Ouattara avait alors accusé ouvertement les forces pro-Gbagbo basées au Liberia.

Ces tensions préoccupent l'ONU. Dans son dernier rapport du Conseil de sécurité, présenté cette semaine, l'Organisation a dit observer avec inquiétude la situation sécuritaire qui ne cesse de se dégrader dans l'Ouest.

(Avec AFP)
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Côte d'Ivoire

Côte d'Ivoire : présidentielle 2015, les lièvres et la tortue

Côte d'Ivoire : présidentielle 2015, les lièvres et la tortue

Alors que la présidentielle de 2015 se dessine, les grands leaders politiques s'apprêtent à se lancer dans la course. Alassane Ouattara, déjà candidat, préfère, lui, rester e[...]

Côte d'Ivoire : le FPI se déchire au sujet de la commission électorale

Le parti de l'ex-président ivoirien Laurent Gbagbo se déchire sur sa participation à la nouvelle commission électorale, chargée d'organiser la cruciale présidentielle de 2015. Pour les[...]

Côte d'Ivoire : un VRP nommé Ouattara

Pour le président ivoirien Alassane Ouattara, qui savourait fin août ses derniers jours de vacances à Mougins, dans le sud de la France, la rentrée s'annonce chargée avec un voyage en[...]

Ebola : inquiète des conséquences économiques, la BAD va mobiliser 150 millions de dollars

Après avoir octroyé 60 millions de dollars à l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), pour lutter contre l’épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest, la Banque africaine de[...]

Côte d'Ivoire : la commune du Plateau se fait noter

La commune du Plateau est devenue la deuxième collectivité locale d’Afrique occidentale francophone, après la ville de Dakar, à se faire noter par Bloomfield Investments.[...]

Côte d'Ivoire : Guillaume Koffi et Issa Diabaté, l'architecture et l'art de la passivité

Les architectes ivoiriens Guillaume Koffi et Issa Diabaté s'inspirent de l'architecture traditionnelle africaine pour concevoir des bâtiments de plus en plus passifs. Mais résolument modernes.[...]

CAN 2015 : Ouattara ne veut pas de match Côte d'Ivoire-Sierra Leone à Abidjan

Le président ivoirien Alassane Ouattara a exprimé à un ministre son refus de voir le match Côte d'Ivoire-Sierra Leone se tenir à Abidjan, le 6 septembre. Mais pour l'instant, aucune solution de[...]

Présidentielle ivoirienne 2015 : les lièvres et la tortue

Alors que l'élection présidentielle ivoirienne aura lieu en octobre 2015, seul Alassane Ouattara a pour l'instant déclaré sa candidature. Les autres leaders politiques continuent de chercher celui qui[...]

Stanislas Zézé : "La notation de la Côte d'Ivoire a rassuré les entreprises locales"

Stanislas Zézé, PDG de Bloomfield Investment, et Jean-Paul Tonga, directeur des opérations de l'agence de notation basée à Abidjan, reviennent pour "Jeune Afrique" sur l'impact du[...]

Côte d'Ivoire : "Stop Ebola", un clip pour lutter contre le virus

Spots publicitaires, communiqués, messages radiophoniques, les campagnes de sensibilisation contre le virus Ebola battent leur plein sur le continent. En Côte d'Ivoire, un blogueur a décidé de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex