Extension Factory Builder
20/07/2012 à 12:55
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
le groupe armé Mujao menaçait de tuer un otage espagnol aujourd'hui libéré. le groupe armé Mujao menaçait de tuer un otage espagnol aujourd'hui libéré. © AFP

Les trois otages européens libérés mercredi  par le Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao) dans le Nord-Mali ont quitté Ouagadougou jeudi pour leurs pays respectifs, en contrepartie de la libération d’au moins un islamiste détenu en Mauritanie.

Mercredi, des émissaires du Burkina avaient été chargés de récupérer les ex-otages près de Gao, ville aujourd’hui sous contrôle des islamistes armés d’Ansar Eddine et fief du Mujao dans le nord du pays. L’opération s’est conclue jeudi, par l’arrivée des otages, deux espagnols, dont l’un blessé délibérément par un moudjahidine, et une italienne, à Ouagadougou à bord d’un avion militaire burkinabè. Ils ont alors pu quitter le pays.

L’ex-otage italienne Rossla Urru a été accueillie à son arrivée à Rome par ses proches et le chef du gouvernement, Mario Monti. Elle déclare vouloir « retourner en Afrique le plus rapidement possible » pour reprendre son travail dans la coopération.

"Libérations contre libérations"

Selon un membre de la médiation burkinabè, la libération des trois otages européens a pu avoir lieux en échange de celle de trois islamistes « Sahraouis », selon un principe de « libérations contre libérations ». Memine Ould Oufkir, Sahraoui détenu en Mauritanie a été ainsi conduit mercredi à Ouagadougou à bord d’un avion espagnol. Un deuxième islamiste a ensuite été libéré, toujours en Mauritanie, et un troisième devrait l’être au Niger, qui dément avoir « des moudjahidine en détention ».

Le Mujao, qui détenait les otages européens depuis leur enlèvement en octobre 2011 près de Tindouf en Algérie, avait, en mai, réclamé une rançon de 30 millions d’euros en échange de la libération des deux otages femmes. Le porte-parole du Mujao, Walid Abu Sahraoui, évoque le versement d’une « rançon considérable » et la libération d’un moudjahidine détenu en Mauritanie. La médiation burkinabè et nigérienne fait quant à elle part d’une version différentes des faits, laissant dans le flou les circonstances exactes de cette libération.

Jeudi, Walid Abu Sarhaoui a « mis en garde » Alger concernant les quatre autres otages algériens, après la libération le 12 juillet par le Mujao de trois des sept otages algériens enlevés au consulat d’Algérie de Gao en avril. Il déclare avoir «  fixé des conditions, l'Algérie le sait ». La libération des  sept Algériens ne pourrait se dérouler qu’en échange de « la libération de (ses) frères prisonniers en Algérie, plus une rançon de 15 millions d'euros ».

(Avec AFP)   
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Tomi, IBK, Bongo : des écoutes embarrassantes

Tomi, IBK, Bongo : des écoutes embarrassantes

Des chefs d’Etat étrangers, qui plus est des amis de la France, écoutés dans le cadre d’investigations judiciaires ? Voilà qui, d’un point de vue diplomatique, et même si [...]

Crise malienne : pourquoi Ménaka cristallise les tensions

Alors que la rébellion du Nord-Mali réclame toujours des amendements à l'accord d'Alger pour le signer, la situation sécuritaire se détériore depuis la reprise de la ville de[...]

Mali : l'armée accusée d'avoir exécuté neuf personnes à Tin Hama

Des combats entre les rebelles de la CMA et l'armée malienne ont eu lieu jeudi matin à Tin Hama, près d'Ansongo, dans le nord-est du Mali. Dans un communiqué, les rebelles accusent les soldats maliens[...]

Les femmes africaines peinent à percer le plafond de verre

Éducation, travail, indépendance... Malgré de timides avancées, le statut des femmes n'a que peu progressé en Afrique, selon les participantes du 5e forum social d’Essaouira, au Maroc, du[...]

Deux importants chefs jihadistes tués dans le nord du Mali par l'armée française

Le ministère français de la Défense a affirmé mercredi dans un communiqué avoir neutralisé deux importantes figures du jihadisme dans le nord du Mali : Abdelkrim al-Targui et Ibrahim Ag[...]

Mali : le chef jihadiste Abdelkrim al-Targui tué par l'armée française

Abdelkrim al-Targui, l'un des principaux chefs d'Aqmi, a été tué dans la nuit de dimanche à lundi par l'armée française dans le nord-est du Mali. Plusieurs autres jihadistes ont[...]

Mali : un blessé dans une attaque contre la Minusma à Bamako

Un gardien d'une résidence de la Minusma à Bamako a été blessé par balle, mercredi, par un homme armé qui a réussi à prendre la fuite, abandonnant sur place deux grenades[...]

Le Mali parviendra-t-il à sceller son accord de paix ?

Officiellement signé le 15 mai à Bamako par le gouvernement, l'accord de paix n'est pas encore définitivement scellé au Mali. Les rebelles de la Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA) souhaitent[...]

Mali : trois militaires maliens tués près de Tombouctou

Trois soldats maliens ont été tués lundi matin près de Tombouctou, lors d'une attaque menée par les rebelles de la Coordination des mouvements de l'Azawad. [...]

L'ONU accuse le Mali de manquer de reconnaissance pour ses "sacrifices"

Le chef des opérations de maintien de la paix de l'ONU, Hervé Ladsous, s'est insurgé samedi à Bamako contre un manque de reconnaissance des autorités maliennes envers la force internationale dans[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers