Extension Factory Builder
20/07/2012 à 09:22
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Charles Taylors, le 30 mai 2012 à la Haye. Charles Taylors, le 30 mai 2012 à la Haye. © AFP

Condamné en mai à 50 ans de prison par le Tribunal spécial pour la Sierra Leone (TSSL), l'ancien président du Liberia a fait appel, jeudi 19 juillet.

50 ans de prison pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité : la condamnation de Charles Taylor, annoncé le 30 mai par le Tribunal Spécial pour la Sierra Leone (TSSL), était lourde. Comme elle l’avait annoncé quelques jours après le verdict, la défense l'ex-président du Liberia a décidé, jeudi 19 juillet, de faire appel de cette condamnation.

« Charles Taylor demande respectueusement que la chambre d'appel inverse toutes les déclarations de culpabilité et les condamnations prononcées à son encontre et annule le verdict », indique la défense de l'ancien président dans une requête déposée mercredi et rendue publique par le TSSL. De son côté, le bureau du procureur a également fait appel.
La défense avait annoncé le 19 juin son intention de faire appel de la condamnation de Charles Taylor, 64 ans, reconnu coupable le 26 avril d'avoir soutenu, en échange de diamants, les rebelles sierra-léonais du Front révolutionnaire uni (RUF) lors de la guerre civile en Sierra Leone. Ce conflit avait fait 120.000 morts entre 1991 et 2001.

La défense de Charles Taylor affirme notamment que les juges ont commis des erreurs de droit en se basant sur des « preuves par ouï-dire non corroborées ». D’après ses avocats, les juges n’auraient pas réussi à évaluer la crédibilité des sources de ces informations.

Cannibalisme et mutilations

L'accusation avait recommandé le 3 mai une peine de 80 ans de prison contre l’ancien président du Libéria, premier ex-chef d'État condamné par la justice internationale depuis le tribunal militaire de Nuremberg. Les juges avaient estimé cette sanction « excessive ».

Président du Liberia de 1997 à 2003, interpellé au Nigeria en 2006, Charles Taylor avait été reconnu coupable des onze chefs d'accusation de crimes contre l'humanité et crimes de guerre dont il devait répondre. Accusé notamment de viol, meurtre et pillage commis entre 1996 et 2002 en Sierra Leone, il avait plaidé non coupable.

Selon les juges, Charles Taylor avait « aidé et encouragé » une campagne de terreur visant à obtenir le contrôle de la Sierra Leone, dont il voulait exploiter les nombreux diamants.

En échange de diamants, l'ancien président avait fourni armes et munitions aux rebelles sierra-léonais du RUF, jouant donc un rôle « crucial » dans les crimes commis par ces derniers. Cette guerre civile a en effet été marquée par des nombreux actes de cannibalisme et de mutilations.

En vertu d'un accord avec le TSSL, Charles Taylor doit purger sa peine en Grande-Bretagne. Ses avocats ont pourtant assuré qu'il resterait écroué à La Haye, jusqu'à ce que la procédure en appel soit achevée, ce qui pourrait prendre plusieurs mois.

Délocalisé de Freetown à La Haye en 2006 pour des raisons de sécurité, le procès de Charles Taylor, s'était ouvert le 4 juin 2007 et achevé le 11 mars 2011.

(Avec AFP)
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Mali : l'économie stoppée nette

Article pr�c�dent :
Afrique : un ramadan hors de prix ?

Réagir à cet article

Sierra Leone

Ebola : en Guinée et en Sierra Leone, le virus n'a pas dit son dernier mot

Ebola : en Guinée et en Sierra Leone, le virus n'a pas dit son dernier mot

Après un net répit, les cas confirmés d'Ebola ont connu une forte augmentation la semaine passée en Guinée et en Sierra Leone.[...]

Ebola : des experts de l'ONU étrillent l'action de l'OMS

Des experts onusiens dénoncent le retard pris en 2014 par l'OMS pour déclarer une urgence de santé publique mondiale.[...]

Les pays touchés par Ebola demandent un "Plan Marshall" de 8 milliards de dollars

Les trois pays les plus touchés par le virus Ebola (Guinée, Liberia et Sierra Leone) ont demandé vendredi depuis Washington un "Plan Marshall" s'élevant à huit milliards de dollars[...]

Ebola : les chefs d'État de la Guinée, du Liberia et du Sierra Leone reçus par Barack Obama

Les présidents des trois pays les plus durement touchés par Ebola, la Guinée, le Liberia et le Sierra Leone, ont été reçus à la Maison Blanche par le président[...]

Ebola : urgence sanitaire en Guinée, confinement en Sierra Leone

La Guinée a décrété samedi l'urgence sanitaire dans des zones continuant d'enregistrer des cas d'Ebola pour enrayer la progression du virus, tandis que la Sierra Leone voisine espérait faire[...]

Ebola : la Sierra Leone confine de nouveau sa population

Les Sierra-Léonais ont vécu dans le calme vendredi le premier jour de leurs trois jours de confinement, mesure radicale imposée pour la deuxième fois en six mois pour couper les chaînes de [...]

Sierra Leone : le confinement de la population a commencé

Six millions de Sierra-Léonais devront rester chez eux jusqu'à dimanche soir pour endiguer la propagation de l'épidémie d'Ebola.[...]

Sierre Leone : la réouverture des écoles repoussée

Les établissements scolaires, fermés pour cause d'Ebola, rouvriront finalement le 14 avril, deux semaines après la date initialement annoncée.[...]

Ebola : trois jours de confinement total de la population pour endiguer l'épidémie

Le président de la Sierra Leone, Ernest Koroma, a ordonné samedi un confinement de toute la population du pays du 27 au 29 mars pour endiguer l'épidémie d'Ebola, dans un message à la nation.[...]

Ebola, un an après, au-delà du défi humanitaire, le drame des enfants

Adama Coulibaly est directeur régional de Plan international pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre. Le Liberia a démarré le décompte des 42 jours sans aucun cas depuis le 5 mars. Si aucun[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers