Extension Factory Builder
20/07/2012 à 09:22
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Charles Taylors, le 30 mai 2012 à la Haye. Charles Taylors, le 30 mai 2012 à la Haye. © AFP

Condamné en mai à 50 ans de prison par le Tribunal spécial pour la Sierra Leone (TSSL), l'ancien président du Liberia a fait appel, jeudi 19 juillet.

50 ans de prison pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité : la condamnation de Charles Taylor, annoncé le 30 mai par le Tribunal Spécial pour la Sierra Leone (TSSL), était lourde. Comme elle l’avait annoncé quelques jours après le verdict, la défense l'ex-président du Liberia a décidé, jeudi 19 juillet, de faire appel de cette condamnation.

« Charles Taylor demande respectueusement que la chambre d'appel inverse toutes les déclarations de culpabilité et les condamnations prononcées à son encontre et annule le verdict », indique la défense de l'ancien président dans une requête déposée mercredi et rendue publique par le TSSL. De son côté, le bureau du procureur a également fait appel.
La défense avait annoncé le 19 juin son intention de faire appel de la condamnation de Charles Taylor, 64 ans, reconnu coupable le 26 avril d'avoir soutenu, en échange de diamants, les rebelles sierra-léonais du Front révolutionnaire uni (RUF) lors de la guerre civile en Sierra Leone. Ce conflit avait fait 120.000 morts entre 1991 et 2001.

La défense de Charles Taylor affirme notamment que les juges ont commis des erreurs de droit en se basant sur des « preuves par ouï-dire non corroborées ». D’après ses avocats, les juges n’auraient pas réussi à évaluer la crédibilité des sources de ces informations.

Cannibalisme et mutilations

L'accusation avait recommandé le 3 mai une peine de 80 ans de prison contre l’ancien président du Libéria, premier ex-chef d'État condamné par la justice internationale depuis le tribunal militaire de Nuremberg. Les juges avaient estimé cette sanction « excessive ».

Président du Liberia de 1997 à 2003, interpellé au Nigeria en 2006, Charles Taylor avait été reconnu coupable des onze chefs d'accusation de crimes contre l'humanité et crimes de guerre dont il devait répondre. Accusé notamment de viol, meurtre et pillage commis entre 1996 et 2002 en Sierra Leone, il avait plaidé non coupable.

Selon les juges, Charles Taylor avait « aidé et encouragé » une campagne de terreur visant à obtenir le contrôle de la Sierra Leone, dont il voulait exploiter les nombreux diamants.

En échange de diamants, l'ancien président avait fourni armes et munitions aux rebelles sierra-léonais du RUF, jouant donc un rôle « crucial » dans les crimes commis par ces derniers. Cette guerre civile a en effet été marquée par des nombreux actes de cannibalisme et de mutilations.

En vertu d'un accord avec le TSSL, Charles Taylor doit purger sa peine en Grande-Bretagne. Ses avocats ont pourtant assuré qu'il resterait écroué à La Haye, jusqu'à ce que la procédure en appel soit achevée, ce qui pourrait prendre plusieurs mois.

Délocalisé de Freetown à La Haye en 2006 pour des raisons de sécurité, le procès de Charles Taylor, s'était ouvert le 4 juin 2007 et achevé le 11 mars 2011.

(Avec AFP)
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Sierra Leone

Ce mal qui sème la terreur

Ni nous ni surtout, et c'est le plus grave, nos dirigeants politiques, pourtant comptables de la santé de leurs concitoyens, n'ont écouté les hommes et les femmes d'expérience. Dès le mo[...]

Satan is back

Même si l'on reproche aux journalistes - souvent à raison - de ne parler de l'Afrique subsaharienne que sous l'angle de ses échecs, lesquels masquent le foisonnement de ses réussites[...]

Ebola : le cap des 3 000 morts dépassé selon l'OMS

L'épidémie de fièvre hémorragique Ebola a franchi le cap des 3 000 morts, le virus ayant tué près de la moitié des quelque 6 500 personnes infectées, selon le dernier bilan[...]

Ebola : le FMI accorde une aide supplémentaire aux pays touchés

Le Fonds monétaire international (FMI) a approuvé vendredi une enveloppe supplémentaire de 130 millions de dollars en faveur des trois pays les plus frappés par Ebola (Guinée, Liberia, Sierra[...]

Afrique de l'Ouest : ce que vos dirigeants ont dit sur Ebola

Les dirigeants africains ont-ils pris suffisamment tôt la mesure du danger que représentait le virus Ebola ? Pour tenter de répondre à cette question, nous avons répertorié les[...]

Ebola : ce qu'il faut savoir de la politique de confinement en Sierra Leone

Nouvelle quarantaine en Sierra Leone. Le président Ernest Bai Koroma a annoncé mercredi soir que trois régions et douze chefferies étaient confinées avec effet immédiat, afin d'enrayer[...]

Ebola : chronique d'une panique

Tandis que le virus se propage, les États du monde entier se mobilisent pour enrayer l'épidémie. À chacun sa méthode : l'imagination aussi, c'est contagieux ![...]

Ebola : 20 000 cas en novembre si la situation reste identique

Dans une étude publiée par le "New England Journal of Medicine", l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a averti le 23 septembre que plus de 20 000 personnes seront infectées par le virus[...]

Ebola : le bilan s'alourdit à près de 2 800 morts en Afrique de l'Ouest

Selon un dernier bilan daté du 18 septembre et publié lundi par de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), l'épidémie d'Ebola a déjà fait 2 793 morts en Afrique de l'Ouest, sur 5[...]

Ebola : le Sierra Leone juge que le confinement général a été un succès

Le confinement général de trois jours ordonné pour lutter contre l'épidémie d'Ebola a permis aux autorité de Sierra Leone de visiter 80 % des habitations sur l'ensemble du pays, a[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers