Extension Factory Builder
19/07/2012 à 16:38
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'ancien chef des services de renseignement était un homme incontournable du régime de Moubarak. L'ancien chef des services de renseignement était un homme incontournable du régime de Moubarak. © Reuters

Figure centrale du régime du président égyptien Hosni Moubarak, Omar Souleimane est décédé jeudi aux États-Unis. Il était âgé de 76 ans.

Pendant plus de 20 ans, il avait dirigé d’une poigne de fer les services de renseignements égyptiens. Considéré comme faisant partie du cercle intime de l’ancien président Hosni-Moubarak, il avait été choisi par ce dernier pour devenir son vice-président durant le soulèvement populaire qui avait conduit le dictateur à sa chute. À 77 ans, Omar Souleimaine est mort jeudi, dans un hôpital des États-Unis où il effectuait des examens médicaux.

Selon l’agence de presse officielle Mena, l’ancien général avait souffert d’une maladie pulmonaire grave à la suite de laquelle il avait développé des problèmes cardiaques. Son état de santé s’était subitement détérioré il y a environ 3 semaines. Il avait alors été hospitalisé à Cleveland, dans l’Ohio.

En Avril, Omar Souleimane s’était rendu à Dubaï, avant de rejoindre les États-Unis, après un détour par l’Allemagne, pour recevoir des soins médicaux, a expliqué à l’AFP le général Saad el-Abbassi, un des responsables de sa campagne présidentielle. Une information en partie confirmée par Rim Mamdouh, membre de son équipe de campagne, qui a indiqué que « son état de santé s’est récemment détérioré. Il était aux États-Unis pour des soins. »

Proche de Moubarak

Né le 2 juillet 1935, dans une famille aisée de Qena, en Haute-Égypte, Omar Souleimane s’était engagé dans la voie militaire, avant de prendre le chemin des services de renseignement, devenant en 1991 le chef des renseignements intérieurs. Nommé vice-président lors du soulèvement de janvier 2011, il avait été chargé de mener des négociations avec les forces de l'opposition politique, approchant les Frères musulmans pour essayer de trouver une solution permettant au président Moubarak de rester à son poste.

L’ex-proche du dictateur déchu n'a jamais été inquiété par les autorités postrévolutionnaires, bien que plusieurs activistes aient porté plainte contre cet acteur incontournable du régime de Moubarak. Une enquête pour corruption a été ouverte par le procureur général. Une autre essayait de déterminer le rôle de Souleimane dans la vente de gaz à Israël à un prix inférieur à celui du marché. Le plus grand secret entourait cependant tous ces dossiers.

En avril sa candidature à l’élection présidentielle avait été écartée par la commission électorale. Il lui manquait alors 31 signatures sur les 30 000 requises pour se présenter. Pour beaucoup, sa décision de participer au premier scrutin libre et indépendant du pays avait été encouragée par les militaires au pouvoir, dont l'objectif était de contrer la candidature du puissant homme d’affaires des Frères musulmans, Khairat el-Shater,

Fort notamment de bonnes relations avec les Américains, il avait été chargé de plusieurs dossiers de politique étrangère, dont celui du conflit israélo-palestinien.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Egypte

Égypte : abandon des poursuites contre Moubarak, retour à l'ancien régime ?

Égypte : abandon des poursuites contre Moubarak, retour à l'ancien régime ?

En abandonnant les poursuites contre Hosni Moubarak pour meurtres de manifestants, la justice égyptienne a déçu les espoirs de la révolution. Mais faut-il pour autant parler de retour de l'ancie[...]

Un cinquième colosse d'Amenhotep III dévoilé en Égypte

Une immense statue du pharaon Amenhotep III a été dévoilée dimanche à Louxor, où trônent déjà quatre colosses du célèbre roi qui a régné[...]

Égypte : un nouveau groupe de 438 islamistes devant la justice militaire

Le parquet égyptien a déféré samedi devant la justice militaire un nouveau groupe de 438 partisans du président islamiste destitué Mohamed Morsi pour des violences meurtrières en[...]

Égypte : Alaa El Aswany, le héraut d'Al-Tahrir

Dans ses chroniques, le romancier égyptien Alaa El Aswany évoque la révolution, l'islam politique et ses frères humains. Rencontre avec un colosse jovial fidèle à son antienne :[...]

Terrorisme en Égypte : après la Grande-Bretagne, le Canada ferme son ambassade au public

Pour des raisons de sécurité, liées aux risques supposés d'attentats en Égypte, l'ambassade du Canada au Caire a suspendu lundi ses services au public. La veille, la Grande-Bretagne avait pris la[...]

Égypte : quatre islamistes condamnés à mort pour le meurtre de manifestants

Un tribunal égyptien a condamné à mort dimanche quatre membres des Frères musulmans, confrérie du président destitué par l'armée Mohamed Morsi, pour le meurtre de[...]

Coupe de la CAF : Al-Ahly arrache son 19e trophée dans le temps additionnel

Le club égyptien d'Al-Ahly a arraché la Coupe de la Confédération, son 19e trophée continental, des mains des Ivoiriens de Séwé San Pedro grâce à un but marqué[...]

Égypte : peine de mort confirmée pour sept islamistes accusés d'avoir tué 25 policiers

Un tribunal égyptien a confirmé samedi les condamnations à mort de sept islamistes reconnus coupables d'implication dans la mort de 25 policiers tués dans le Sinaï (nord-est) en 2013 et de[...]

France - Égypte : notre ami le raïs

Le président Sissi est loin de se distinguer par un comportement démocratique exemplaire. Mais, au nom des intérêts commerciaux et de la lutte antiterroriste, les Occidentaux ferment les yeux.[...]

Égypte : 188 nouvelles condamnations à mort d'opposants

La justice égyptienne a condamné mardi 188 personnes à mort pour le meurtre d'au moins 13 policiers lors de violences en août après la dispersion de sit-in de partisans du président[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers