Extension Factory Builder
19/07/2012 à 12:41
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Une femme devant une affiche de l'Unicef prônant l'arrêt de l'excision, à Abidjan. Une femme devant une affiche de l'Unicef prônant l'arrêt de l'excision, à Abidjan. © AFP

Neuf femmes ivoiriennes âgées de 46 à 91 ans ont été reconnues coupables, à Katiola, ville située à 400 km d’Abidjan, de mutilation génitale féminine et de complicité d’excision. Elles avaient, en février, excisé une trentaine de fillettes lors d’une cérémonie rituelle. Elles ont été condamnées, à l’issue de ce premier procès pour excision, à un an de prison et à une amende de 50 000 FCFA, soit 75 euros. Ces femmes ne purgeront toutefois pas leur peine de prison en raison de leur âge, selon le Fond des Nations Unies pour la population (UNFPA).

Cette condamnation, la première d’exciseuses en Côte d’Ivoire, saluée par l’ONU, est un pas important dans la lutte contre l’excision. Patrick Yedess, chargé des questions d’État au sein de l’Opération des Nations unies en Côte d’Ivoire (ONUCI) s’est réjoui de cette avancée.

Des arrestations de femmes exciseuses avaient déjà eu lieu en Côte d’Ivoire mais s’étaient soldées par des règlements à l’amiable suite aux interventions de parents et communauté locales, toujours d’après l’UNFPA. 

Une dizaine de pays africain ont aujourd’hui adopté des législations spécifiques anti-excision afin de donner à la lutte contre le phénomène force de loi. Malgré l’interdiction votée en 1998 en Côte d’Ivoire, l’excision touche aujourd’hui 42% des femmes du pays, selon une étude menée par l’ONG, avec un taux de 70 à 80% au sein de communautés musulmanes du Nord du pays et animistes de l’Ouest.

Approche sociale

Le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) rappelle que cette pratique traditionnelle cause d’intenses douleurs, des saignements, la stérilité ou même la mort. Fin 2011, une fillette de trois ans était morte de ses blessures liées à son excision à Dabakala, au nord-est de Katiola.

Joachim Theis, conseiller régional pour la protection de l'enfant à L’UNICEF préconise, quant à lui, une approche sociale pour l’éradication de cette pratique : « Les mutilations sexuelles féminines en Afrique constituent des normes sociales. Pour les faire reculer, nous devons privilégier un travail de terrain qui passe par l’éducation et sensibilisation des communautés locales », idée partagée par de nombreuses ONG spécialisées dans la lutte contre l’excision.
Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), l’Afrique compte en 2012 « 92 millions de jeunes filles de 10 ans et plus mutilées sexuellement. »

(AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Côte d'Ivoire

Pourquoi le cabinet Orrick a fait le choix d'Abidjan

Pourquoi le cabinet Orrick a fait le choix d'Abidjan

Pour sa première implantation sur le continent, le cabinet d'avocats né aux États-Unis a préféré la capitale économique ivoirienne à Casablanca ou à Johannesbu[...]

Côte d'Ivoire : Alassane Ouattara renforce le contrôle des fonds publics

Le gouvernement ivoirien poursuit son action contre les détournements de fonds publics. En Conseil des ministres, le président Alassane Ouattara a signé un projet de décret élargissant les[...]

Côte d'Ivoire : la CPI rejette la demande de Laurent Gbagbo d'assister aux obsèques de sa mère

La chambre de première instance de la Cour pénale internationale (CPI) a rendu sa décision, mercredi : Laurent Gbagbo ne sera pas autorisé à assister aux funérailles de sa mère en[...]

Doing Business 2015 : l'Afrique bat le record des réformes

 Selon le rapport "Doing Business" 2015 de la Banque mondiale, deux tiers des économies africaines ont connu une amélioration du climat des affaires. Le Sénégal et la RD Congo, qui[...]

Football : Yaya Touré, seul candidat africain au Ballon d'or 2014

La liste des 23 candidats au Fifa-Ballon d'or 2014 a été dévoilée mardi. Parmi eux, les habitués tels que Cristiano Ronaldo, Lionel Messi, ainsi qu'une ribambelle de champions du monde[...]

Côte d'Ivoire : le procès de Simone Ggagbo aura-t-il lieu ?

Le procès de Simone Gbagbo et de ses 82 coaccusés devait s'ouvrir le 22 octobre, mais il a été reporté sine die. Manque de préparation de la justice ivoirienne ?[...]

Drissa Traoré : "Les crimes de sang reprochés à Simone Gbagbo seront jugés, à la CPI ou ailleurs"

"Justice des vainqueurs", "procès politique"... Que ce soit au sujet du prochain procès de Simone Gbagbo ou de ceux de son mari, Laurent, et de Charles Blé Goudé, les critiques[...]

Côte d'Ivoire : le procès de Simone Gbagbo reporté sine die

Le gouvernement ivoirien a annoncé mercredi le report sine die du procès de Simone Gbagbo. Il était censé s'ouvrir ce mercredi 22 octobre.[...]

La course pour la direction du bureau Afrique de l'OMS est lancée...

Qui, début novembre, succédera à l'Angolais Luís Gomes Sambo à la tête du bureau Afrique de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ?[...]

Côte d'Ivoire : incertitudes sur le début du procès de Simone Gbagbo

La date du procès de 83 personnalités pro-Gbagbo, dont l'ancienne première dame Simone Gbagbo, censé s'ouvrir mercredi, reste hypothétique. L'un des avocats de la défense a[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers