Extension Factory Builder
19/07/2012 à 12:41
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Une femme devant une affiche de l'Unicef prônant l'arrêt de l'excision, à Abidjan. Une femme devant une affiche de l'Unicef prônant l'arrêt de l'excision, à Abidjan. © AFP

Neuf femmes ivoiriennes âgées de 46 à 91 ans ont été reconnues coupables, à Katiola, ville située à 400 km d’Abidjan, de mutilation génitale féminine et de complicité d’excision. Elles avaient, en février, excisé une trentaine de fillettes lors d’une cérémonie rituelle. Elles ont été condamnées, à l’issue de ce premier procès pour excision, à un an de prison et à une amende de 50 000 FCFA, soit 75 euros. Ces femmes ne purgeront toutefois pas leur peine de prison en raison de leur âge, selon le Fond des Nations Unies pour la population (UNFPA).

Cette condamnation, la première d’exciseuses en Côte d’Ivoire, saluée par l’ONU, est un pas important dans la lutte contre l’excision. Patrick Yedess, chargé des questions d’État au sein de l’Opération des Nations unies en Côte d’Ivoire (ONUCI) s’est réjoui de cette avancée.

Des arrestations de femmes exciseuses avaient déjà eu lieu en Côte d’Ivoire mais s’étaient soldées par des règlements à l’amiable suite aux interventions de parents et communauté locales, toujours d’après l’UNFPA. 

Une dizaine de pays africain ont aujourd’hui adopté des législations spécifiques anti-excision afin de donner à la lutte contre le phénomène force de loi. Malgré l’interdiction votée en 1998 en Côte d’Ivoire, l’excision touche aujourd’hui 42% des femmes du pays, selon une étude menée par l’ONG, avec un taux de 70 à 80% au sein de communautés musulmanes du Nord du pays et animistes de l’Ouest.

Approche sociale

Le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) rappelle que cette pratique traditionnelle cause d’intenses douleurs, des saignements, la stérilité ou même la mort. Fin 2011, une fillette de trois ans était morte de ses blessures liées à son excision à Dabakala, au nord-est de Katiola.

Joachim Theis, conseiller régional pour la protection de l'enfant à L’UNICEF préconise, quant à lui, une approche sociale pour l’éradication de cette pratique : « Les mutilations sexuelles féminines en Afrique constituent des normes sociales. Pour les faire reculer, nous devons privilégier un travail de terrain qui passe par l’éducation et sensibilisation des communautés locales », idée partagée par de nombreuses ONG spécialisées dans la lutte contre l’excision.
Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), l’Afrique compte en 2012 « 92 millions de jeunes filles de 10 ans et plus mutilées sexuellement. »

(AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Côte d'Ivoire

Côte d'Ivoire : le 'miracle' économique à l'épreuve

Côte d'Ivoire : le "miracle" économique à l'épreuve

Croissance impressionnante, construction à tout va, climat des affaires assaini... La Côte d'Ivoire fait des progrès considérables depuis la crise de 2010. Mais tout le monde n'en profite pas.[...]

CAN 2015 : Et si la qualification se jouait sur tirage au sort ?

En cas d'égalité parfaite à l'issue de la phase de poule entre deux équipes, la qualification pour les quarts de finale se jouera au tirage au sort. Une situation très improbable, mais qui[...]

La malédiction de la CAN 2015 frappe le Mali

La Côte d'Ivoire a égalisé en toute fin de match face au Mali (1-1) après avoir pris tous les risques. Les deux équipes sont au coude à coude dans un groupe qui n'a accouché que de[...]

Côte d'Ivoire : souvenirs du dernier maire d'Abidjan

À 81 ans, Ernest N'Koumo Mobio est toujours épris de sa ville, dont un tableau orne le hall de sa résidence des Deux-Plateaux, à Cocody. Il confie à Jeune Afrique quelques souvenirs de[...]

Côte d'Ivoire : voisins, voisines abidjanais

Ils gagnent leur vie, mais simplement. Ils se croisent chaque jour dans les quartiers modestes ou huppés de Cocody. Rencontre avec Mariette, Éric, Isaac et Franck. Leur quotidien, leurs rêves, leurs[...]

Exclusif : Pourquoi le tribunal d'Abidjan a lourdement condamné Ecobank

Jeune Afrique révèle le contenu de la décision du Tribunal de commerce d'Abidjan ayant mené à la condamnation du groupe Ecobank, du sud-africain PIC et de Daniel Matjila à payer 7,5[...]

Mathias Aka N'Gouan, maire de Cocody : "Notre modèle, c'est Beverly Hills..."

Mathias Aka N'Gouan, membre du PDCI, a été élu à la tête de la municipalité de Cocody, à Abidjan, lors des élections locales d'avril 2013. Interview.[...]

CAN 2015 : la Côte d'Ivoire manque ses débuts face à la Guinée

Lors de son entrée dans la CAN 2015, la Côte d'Ivoire d'Hervé Renard n'a pas brillé et a été tenue en échec par la Guinée (1-1), mardi à Malabo. Les Élephants[...]

Côte d'Ivoire : à Treichville, "on nous a transféré les problèmes, pas les solutions"

Située près du centre d'affaires mais enclavée entre la lagune Ébrié et Marcory, Treichville souffre d'un manque de place et de revenus pour construire de nouveaux logements.[...]

SOMMAIRE Abidjan, le retour

  RETROUVER TOUS LES ARTICLES DE NOTRE DOSSIER Abidjan et les autres Sous pression Robert Beugré Mambé "Tout le monde revient pour faire des affaires" Des jeux et des travaux [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120719123731 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120719123731 from 172.16.0.100