Extension Factory Builder
18/07/2012 à 15:18
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Rached Ghannouchi (C.) et Hamadi jebali (D.), les deux principaux leaders modérés d'Ennahdha. Rached Ghannouchi (C.) et Hamadi jebali (D.), les deux principaux leaders modérés d'Ennahdha. © Féthi Belaid/AFP

Très attendu, le 9e congrès d’Ennahdha a joué les prolongations mais n’a pas permis la redistribution des cartes tant annoncée. Il a juste fait la synthèse des objectifs que le mouvement islamiste présente depuis sa légalisation et son arrivée au pouvoir.

De nombreuses spéculations ont accompagné le premier congrès officiel d’Ennahdha, au pouvoir en Tunisie depuis l’élection d'une Assemblée nationale constituante (ANC), le 23 octobre dernier. Certains prédisaient une lutte au couteau entre les tendances radicales et modérées, d’autres prévoyaient l’émergence de nouvelles figures. En fait, les assises de la formation islamiste n’ont rien apporté de vraiment nouveau. Sinon qu’elles sonnent comme la consécration pour un parti de masse sorti de l'exil et de la clandestinité.

Mais en voulant faire une démonstration spectaculaire de sa force et de sa popularité, Ennahdha a surtout donné l’impression d’utiliser les mêmes méthodes que le Rassemblement démocratique constitutionnel (RCD), le parti dissout - et honni - de l’ex-président Zine el-Abidine Ben Ali. Blocage des routes, mobilisation de bus publics pour transporter les militants, discours empreints d’auto-satisfaction et applaudissements tous azimuts ont rappelé aux Tunisiens l’hégémonie du parti unique.

Fortes dissensions internes

Si les motions adoptées lors du congrès mettent en avant la nécessité du consensus et de nouvelles alliances politiques, les doutes subsistent sur la sincérité de la position centriste officiellement revendiquée par le parti sous l’impulsion de son leader historique, Rached Ghannouchi. La longueur des débats conduits à huis clos laisse présumer de l’existence de fortes dissensions internes entre les différents courants qui traversent Ennahdha.

L'ambiguité subsistant sur la ligne du parti, son congrès a été une sorte de « non événement ». L’élection des cent membres du « Majless el choura » ou conseil consultatif d'Ennahdha, montre que l’équilibre a été préservé entre tendances radicales et modérées. Si Rached Ghannouchi a été reconduit à la tête du parti, les fondamentalistes n’ont pas été écartés. Des ultras tels que Sadok Chourou, Habib Ellouze et Sahbi Attig figurent parmi les vingt premiers élus aux côtés de modérés tels que Noureddine Bhiri, Samir Dilou et Ajmi Lourimi.

Faible présence de femmes

La faible présence de femmes dans le conseil est aussi notable que l’entrée d’Oussema Ben Salem et de Hichem Laârayedh, respectivement fils du ministre de l’Enseignement supérieur et du ministre de l’intérieur. Ennahdha s’installe dans la durée et prépare la relève future. Les motions du congrès soulignent également que le mouvement continuera à jouer la carte identitaire et religieuse, puisqu’il recommande d’ancrer l’enseignement autour de valeurs arabo-musulmanes, mais aussi de criminaliser les atteintes au sacré.

Les conclusions du congrès relèvent enfin plus de la feuille de route à l’usage des élus de l’ANC et du gouvernement que de la restructuration du parti. En insistant sur l’exclusion des anciens du RCD et l’instauration d’un régime parlementaire issu d’un scrutin à la proportionnelle absolue, le 9e congrès fait même figure de point de départ pour la campagne électorale d’Ennahda en vue des prochains scrutins. Bref, pour connaître la ligne politique du parti avec plus de précision, il faudra attendre le congrès extraordinaire annoncé... pour 2014.

________

Par Frida Dahmani, à Tunis

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie : fin de la campagne pour le second tour de l'élection présidentielle

Tunisie : fin de la campagne pour le second tour de l'élection présidentielle

Les Tunisiens de l'étranger, notamment en France, ont commencé à voter dès vendredi, dernier jour de la campagne pour le second tour de la présidentielle, qui opposera dimanche Moncef Marzouki [...]

Tunisie : le "cas" Marzouki divise Ennahdha

À quelques jours de la présidentielle, au sein du parti islmaiste tunisien Ennahdha, on se demande comment gérer le "cas" Moncef Marzouki avec un minimum de dommages collatéraux ?[...]

Tunisie : des jihadistes revendiquent les assassinats de Chokri Belaïd et de Mohamed Brahmi

Abou Mouqatel (de son vrai nom Abou Bakr al-Hakim), un jihadiste tunisien recherché par les autorités, a revendiqué mercredi l'assassinat de Chokri Belaïd et de Mohamed Brahmi, tués en 2013.[...]

Documentaire : trois garçons, une fille et la révolution

Mêlant fiction et réalité, la réalisatrice Raja Amari raconte les prémices et le déroulement de la révolution tunisienne à travers quelques documents d'archives,[...]

Marzouki : "Mohamed Bouazizi est devenu un symbole qui a franchi les frontières tunisiennes"

Le président tunisien Moncef Marzouki a tenu un meeting de campagne pour sa réélection à Sidi Bouzid, mercredi, jour anniversaire de l'immolation de Mohamed Bouazizi, un des symboles de la[...]

Tunisie - Aziz Krichen : "Marzouki est l'esclave de sa propre passion dévorante du pouvoir"

À quelques jours du second tour du scrutin présidentiel prévu le 21 décembre, Aziz Krichen, ancien ministre-conseiller en affaires politiques de Moncef Marzouki, analyse les récents changements[...]

Tunisie : Hamadi Jebali, à droite toute !

Déçu des orientations prises par Ennahdha, le dirigeant islamiste tunisien claque la porte du parti. Et prépare la suite... en essayant de doubler Marzouki sur sa droite.[...]

Tunisie : Nidaa Tounes dit avoir trouvé une majorité sans les islamistes

Le parti anti-islamiste Nidaa Tounès est en mesure de former une coalition majoritaire au Parlement pour gouverner sans avoir à nouer une alliance contre-nature avec les islamistes d'Ennahdha, a affirmé[...]

Mali : le Tunisien Mongi Hamdi nommé à la tête de la Minusma

Le ministre tunisien des Affaires étrangères, Mongi Hamdi, remplace le Néerlandais Bert Koenders à la tête de la Minusma, a annoncé vendredi un communiqué des Nations unies.  [...]

Tunisie : l'ancien Premier ministre Hamadi Jebali démissionne d'Ennahdha

C'est un petit tremblement de terre au sein d'Ennahdha. L'un de ses fondateurs, l'ancien Premier ministre Hamadi Jebali, a annoncé jeudi sa démission du parti islamiste.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers