Extension Factory Builder
18/07/2012 à 15:18
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Rached Ghannouchi (C.) et Hamadi jebali (D.), les deux principaux leaders modérés d'Ennahdha. Rached Ghannouchi (C.) et Hamadi jebali (D.), les deux principaux leaders modérés d'Ennahdha. © Féthi Belaid/AFP

Très attendu, le 9e congrès d’Ennahdha a joué les prolongations mais n’a pas permis la redistribution des cartes tant annoncée. Il a juste fait la synthèse des objectifs que le mouvement islamiste présente depuis sa légalisation et son arrivée au pouvoir.

De nombreuses spéculations ont accompagné le premier congrès officiel d’Ennahdha, au pouvoir en Tunisie depuis l’élection d'une Assemblée nationale constituante (ANC), le 23 octobre dernier. Certains prédisaient une lutte au couteau entre les tendances radicales et modérées, d’autres prévoyaient l’émergence de nouvelles figures. En fait, les assises de la formation islamiste n’ont rien apporté de vraiment nouveau. Sinon qu’elles sonnent comme la consécration pour un parti de masse sorti de l'exil et de la clandestinité.

Mais en voulant faire une démonstration spectaculaire de sa force et de sa popularité, Ennahdha a surtout donné l’impression d’utiliser les mêmes méthodes que le Rassemblement démocratique constitutionnel (RCD), le parti dissout - et honni - de l’ex-président Zine el-Abidine Ben Ali. Blocage des routes, mobilisation de bus publics pour transporter les militants, discours empreints d’auto-satisfaction et applaudissements tous azimuts ont rappelé aux Tunisiens l’hégémonie du parti unique.

Fortes dissensions internes

Si les motions adoptées lors du congrès mettent en avant la nécessité du consensus et de nouvelles alliances politiques, les doutes subsistent sur la sincérité de la position centriste officiellement revendiquée par le parti sous l’impulsion de son leader historique, Rached Ghannouchi. La longueur des débats conduits à huis clos laisse présumer de l’existence de fortes dissensions internes entre les différents courants qui traversent Ennahdha.

L'ambiguité subsistant sur la ligne du parti, son congrès a été une sorte de « non événement ». L’élection des cent membres du « Majless el choura » ou conseil consultatif d'Ennahdha, montre que l’équilibre a été préservé entre tendances radicales et modérées. Si Rached Ghannouchi a été reconduit à la tête du parti, les fondamentalistes n’ont pas été écartés. Des ultras tels que Sadok Chourou, Habib Ellouze et Sahbi Attig figurent parmi les vingt premiers élus aux côtés de modérés tels que Noureddine Bhiri, Samir Dilou et Ajmi Lourimi.

Faible présence de femmes

La faible présence de femmes dans le conseil est aussi notable que l’entrée d’Oussema Ben Salem et de Hichem Laârayedh, respectivement fils du ministre de l’Enseignement supérieur et du ministre de l’intérieur. Ennahdha s’installe dans la durée et prépare la relève future. Les motions du congrès soulignent également que le mouvement continuera à jouer la carte identitaire et religieuse, puisqu’il recommande d’ancrer l’enseignement autour de valeurs arabo-musulmanes, mais aussi de criminaliser les atteintes au sacré.

Les conclusions du congrès relèvent enfin plus de la feuille de route à l’usage des élus de l’ANC et du gouvernement que de la restructuration du parti. En insistant sur l’exclusion des anciens du RCD et l’instauration d’un régime parlementaire issu d’un scrutin à la proportionnelle absolue, le 9e congrès fait même figure de point de départ pour la campagne électorale d’Ennahda en vue des prochains scrutins. Bref, pour connaître la ligne politique du parti avec plus de précision, il faudra attendre le congrès extraordinaire annoncé... pour 2014.

________

Par Frida Dahmani, à Tunis

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie : génération électro, reportage au coeur d'une révolution musicale

Tunisie : génération électro, reportage au coeur d'une révolution musicale

En Tunisie, quelques milliers de jeunes se sont rassemblés le week-end des 21 et 22 février pour le festival des Dunes électroniques, à Nefta, dans le désert, à une heure de route de Tozeu[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Tunisie : Moez Sinaoui, le porte-parole

Moez Sinaoui est directeur de communication et porte-parole de Béji Caïd Essebsi. C'est l'un des hommes forts du président. Portraits de ceux qui entourent et conseillent le nouveau locataire du palais de[...]

Tunisie : Rafaa Ben Achour, le légiste

Rafaa Ben Achour est conseiller de Béji Caïd Essebsi. C'est l'un des hommes forts du président. Portraits de ceux qui entourent et conseillent le nouveau locataire du palais de Carthage.[...]

Tunisie : Mohsen Marzouk, le stratège

Mohsen Marzouk est ministre conseiller en charge des affaires politiques de Béji Caïd Essebsi. C'est l'un des hommes forts du président. Portraits de ceux qui entourent et conseillent le nouveau locataire du[...]

Tunisie : Ridha Belhaj, le dircab

Ridha Belhaj est ministre directeur du cabinet de Béji Caïd Essebsi. C'est l'un des hommes forts du président. Portraits de ceux qui entourent et conseillent le nouveau locataire du palais de Carthage.[...]

Tunisie : les hommes du président Béji Caïd Essebsi

Conseillers, collaborateurs ou proches, ils bénéficient d'un accès direct au palais de Carthage. Et joueront un rôle clé dans le dispositif du nouveau chef de l'État.[...]

Tunisie : décès d'Abdelaziz Ben Dhia, ex-homme de confiance de Ben Ali

Abdelaziz Ben Dhia est décédé d’une longue maladie à Tunis, lundi 23 février, à l’âge de 79 ans.[...]

Gabon - Tropicale Amissa Bongo : le Tunisien Rafaa Chtioui s'épanouit loin de l'Europe

Ancien grand espoir du cyclisme ayant évolué dans des formations européennes, le Tunisien Rafaâ Chtioui, vainqueur dimanche de la 10e Tropicale Amissa Bongo, la plus grande course d'Afrique,[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers