Extension Factory Builder
28/07/2012 à 11:42
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Benjamin Boukpeti espère faire aussi bien qu'à Pékin en 2008. Benjamin Boukpeti espère faire aussi bien qu'à Pékin en 2008. © DR

Le Togo espère ramener au moins une médaille des Jeux Olympiques de Londres. Et, à la force de ses pagaies, Benjamin Boukpeti compte bien être l’heureux élu. En bronze il y a quatre ans dans les eaux vives de Pékin, le kayakiste ne part pas favori mais rêve de jouer, une nouvelle fois, les trouble-fêtes, lors de la demi-finale mercredi 1er août à 14h30, avant la finale prévue à 16h15 (HF).

Article publié le 28 juillet. Benjamin Boukpeti, après s'être qualifié en finale, a échoué dans sa quête de médaille. Sanctionné d'une pénalité de 50 secondes, il échoue loin du podium.

Il porte tous les espoirs du Togo sur ses épaules. Et celles-ci sont loin d’être frêles. En 2008, à Pékin, Benjamin Boukpeti a offert à son pays la première médaille olympique de son histoire, en kayak. Une performance qu’il espère rééditer.

« Médaillé de bronze à Pékin, le goût de la victoire a commencé à se faire sentir. Les objectifs sont donc désormais de remporter une seconde médaille olympique », confie ainsi le kayakiste sur son site officiel. Une breloque qui serait néanmoins une surprise, le Togolais étant loin de partir favori. Un statut dont il n’a semble-t-il pas besoin : à Pékin, avant de monter sur le podium, il n’était classé que 56e mondial.

Développer le kayak au Togo

Franco-togolais, Benjamin Boukpeti ne s’est pas contenté de choisir le Togo pour augmenter ses chances de figurer dans une sélection olympique. Le kayakiste a développé des camps d’entraînements au pays, sur le lac d’Arého, à proximité de Lomé, dans le but avoué d’utiliser ses connexions en France pour favoriser l’accès des enfants togolais à son sport. Il s’appuie sur sa structure d’entraînement nommée Amadonsa. Un nom d’origine sud-africaine qui signifie, en zoulou, « Pagaie, pagaie ! »

Kayakiste togolais à la française

Né d’un père togolais et d’une mère française à Lagny-sur-Marne en 1981, Benjamin Boukpeti s'initie au kayak à l’âge de dix ans. Une véritable découverte. « J’ai très vite eu l’ambition de pagayer avec les meilleurs », avoue-t-il.

Il rejoint alors le centre de formation de Toulouse et s’installe dans la Ville Rose, où il suit également des études de biologie. L’année 2004 approchant, et avec elle les Jeux olympiques d’Athènes, il prend la décision de concourir pour le pays de son père, le Togo. Bon choix : Boukpeti atteint les demi-finales de ses premières olympiades.

Tout près de la porte

Le 4 février 2012, son embarcation se retourne à quelques mètres de l’arrivée. Son billet pour Londres est annulé.

Demi-finaliste à Athènes, bronzé à Pékin, son ambition olympique a bien failli s'échouer au niveau des quualifications pour Londres. Le 4 février 2012, son embarcation se retourne à quelques mètres de l’arrivée. Alors qu’il menait largement, il perd alors la première place au profit du Nigérian Jonathan Akinyemi. Second, son billet pour Londres est annulé. Pour une seconde et trente-six centièmes.

L’aventure à la poursuite de l’Olympe aurait alors dû alors s’arrêter là. C’était sans compter sur les efforts de la fédération togolaise qui dépose un recours devant le Comité international olympique, estimant que le niveau de Boukpeti lui permet de concourir à Londres. Un avis partagé par le CIO, qui accepte de repêcher le Togolais et de le relancer dans la rivière olympique. Le sort de Benjamin Boukpeti est désormais entre ses pagaies.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Une histoire du génocide rwandais (#4) : les écoutes bidons et le mythe de la guerre éclair du FPR

Une histoire du génocide rwandais (#4) : les écoutes bidons et le mythe de la guerre éclair du FPR

Dans ce quatrième billet consacré au déclenchement du génocide des Tutsis de 1994, Laurent Touchard* poursuit l'analyse des éléments brandis par les ex-partisans des Forces armées r[...]

Mali : le Mujao annonce la mort de l'otage français Gilberto Rodrigues Leal

Le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) a annoncé mardi la mort du Français Gilberto Rodrigues Leal, enlevé en novembre 2012 dans l'ouest du Mali. [...]

Inde : qui brisera la vague safran ?

Personne, sans doute. Face à un parti du Congrès à bout de souffle, les nationalistes hindous du BJP, qui ont choisi cette couleur pour emblème, ont toutes les chances de remporter les[...]

Le propos raciste qui fait du bien

Peut-on utiliser les clichés pour mieux les dynamiter ? Des étudiants français répètent les saillies caractéristiques du racisme ordinaire pour en souligner[...]

Justice : après Simbikangwa, qui ?

Patrick Baudouin est président d'honneur de la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme (FIDH).[...]

Birmanie: Win Tin, figure de la lutte pour la démocratie, est décédé

Win Tin, emprisonné pendant 19 ans pour son combat contre l'ancienne junte birmane, est décédé lundi à l'âge de 84 ans, a indiqué la Ligue nationale pour la démocratie[...]

Les quatre journalistes otages en Syrie sont de retour en France

Libérés le 19 avril, les quatre journalistes qui avaient été faits otages en Syrie dix mois auparavant ont regagné la France dimanche. Ils ont décrit des conditions de détention[...]

France : François Hollande accueille les quatre journalistes libérés en Syrie

Les quatre journalistes français libérés samedi après dix mois d'une éprouvante captivité en Syrie aux mains d'un groupe jihadiste lié à Al-Qaïda, sont arrivés en[...]

Les quatre journalistes français otages en Syrie sont libres, retour d'ici dimanche matin

Les quatre journalistes français otages en Syrie depuis 10 mois ont été libérés samedi et sont "en bonne santé", a annoncé le président François Hollande,[...]

Chine : le baiser du Dragon

De Taïwan à Hong Kong et de Bangkok à Jakarta, la République populaire de Chine étend les tentacules de son économie surpuissante. Beaucoup lui reprochent d'avoir l'affection un brin[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces