Extension Factory Builder
17/07/2012 à 18:12
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Abdelatif Mekki, lors du 9e congrès d'Ennahdha au Kram. Abdelatif Mekki, lors du 9e congrès d'Ennahdha au Kram. © AFP

Le congrès d'Ennahdha s'est achevé lundi 16 juillet dans la nuit. Les islamistes ont adopté un programme politique présenté comme "modéré", mais qui prône toutefois "la criminalisation de l'atteinte au sacré". Équilibrisme entre radicaux et modérés ? La plupart des motions adoptées n'ont en tout cas pas encore été rendues publiques...

Il n'y a pas eu de surprise. Réunis depuis cinq jours au Kram (banlieue nord de Tunis), le millier de délégués islamistes d'Ennahdha ont réélu triomphalement - 72,58% des voix - leur chef historique, Rached Ghannouchi, à la tête du parti.

Lisant la déclaration finale, le président du Congrès et ministre de la Santé, Abdelatif Mekki, a déclaré que les délégués avaient adopté une motion, figurant dans leur programme politique, prônant la nécessité de « criminaliser l'atteinte au sacré ». Il n'a cependant pas donné plus de précisions à ce sujet et les textes des motions adoptées par Ennahdha n'ont pas été publiés dans l'immédiat. Ils devraient être dévoilés dans les jours à venir, et seront décisives pour bien cerner l'orientation politique du parti islamiste.

L'atteinte au sacré est un sujet sensible en Tunisie. En juin, la mouvance salafiste avait déclenché une vague de violences contre une exposition d'art à La Marsa (banlieue nord de Tunis), jugeant certaines oeuvres offensantes pour l'islam. Ces troubles, les plus graves depuis la fuite du président Zine el-Abidine Ben Ali en janvier 2011, avaient entraîné un couvre-feu dans plusieurs régions.

"Valeurs musulmanes et acquis humains"

Ennahdha a par ailleurs adopté pour principe d'« établir un État civil inspiré par les valeurs musulmanes et les acquis humains » et de « soutenir la société civile à développer ses capacités et son rôle ». Un peu vague... D'autant que le mot « droits de l'homme » est évité avec précaution.

Reste que Rached Ghannouchi, 71 ans, dont vingt passés en exil à Londres, a répété après sa réélection son engagement envers la construction d'un consensus national fondé sur la modération, message qu'il martelait depuis l'ouverture du congrès jeudi. « Nous rêvons d'une merveilleuse rencontre entre l'islam modéré et les acquis de la réforme et de la modernité », a-t-il déclaré, « le projet d'Ennahdha est un projet de civilisation qui peut réunir tous les Tunisiens ».

Ennahdha, qui domine le gouvernement, est néanmoins soupçonnée de visées hégémoniques par l'opposition parlementaire, qui craint une islamisation rampante du pays. Elle est notamment accusée de manquer de fermeté face aux salafistes qui agitent régulièrement la rue et dont les idées trouvent assurément des relais au sein même de la direction du parti.

Deux formations de centre-gauche, alliées aux islamistes estiment pourtant qu'Ennahdha a intégré les principes républicains, d'autant qu'il a renoncé à faire inscrire explicitement la charia - la loi coranique - dans la Constitution en cours d'élaboration. Ennahdha s'est inspiré à sa création des Frères musulmans égyptiens avant d'adoucir son discours.

Régime parlementaire

Au sujet de la Loi fondamentale, les délégués ont confirmé que le parti militera à l'Assemblée nationale constituante pour un régime parlementaire pur alors que leurs alliés du centre-gauche veulent que le chef de l'État gardent des prérogatives importantes. Selon Rafik Abdessalem, ministre des Affaires étrangères et gendre de Rached Ghannouchi, la porte des négociations reste cependant ouverte.

L'Assemblée doit aboutir à un projet de Constitution à l'automne en vue d'élections générales en mars. Les islamistes, forts d'une victoire au scrutin d'octobre, le premier après la révolution de 2011, y sont le principal parti mais ne disposent pas d'une majorité pour imposer leurs vues.

Le congrès d'Ennahdha, un parti violemment réprimé sous Ben Ali, était le premier en Tunisie depuis 1988. D'après des délégués, les débats y ont été parfois houleux, ce qui explique leur prolongation d'une journée. La négociations entre modérés et radicaux n'est apparemment pas paisible...

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie : fin de la campagne pour le second tour de l'élection présidentielle

Tunisie : fin de la campagne pour le second tour de l'élection présidentielle

Les Tunisiens de l'étranger, notamment en France, ont commencé à voter dès vendredi, dernier jour de la campagne pour le second tour de la présidentielle, qui opposera dimanche Moncef Marzouki [...]

Tunisie : le "cas" Marzouki divise Ennahdha

À quelques jours de la présidentielle, au sein du parti islmaiste tunisien Ennahdha, on se demande comment gérer le "cas" Moncef Marzouki avec un minimum de dommages collatéraux ?[...]

Tunisie : des jihadistes revendiquent les assassinats de Chokri Belaïd et de Mohamed Brahmi

Abou Mouqatel (de son vrai nom Abou Bakr al-Hakim), un jihadiste tunisien recherché par les autorités, a revendiqué mercredi l'assassinat de Chokri Belaïd et de Mohamed Brahmi, tués en 2013.[...]

Documentaire : trois garçons, une fille et la révolution

Mêlant fiction et réalité, la réalisatrice Raja Amari raconte les prémices et le déroulement de la révolution tunisienne à travers quelques documents d'archives,[...]

Marzouki : "Mohamed Bouazizi est devenu un symbole qui a franchi les frontières tunisiennes"

Le président tunisien Moncef Marzouki a tenu un meeting de campagne pour sa réélection à Sidi Bouzid, mercredi, jour anniversaire de l'immolation de Mohamed Bouazizi, un des symboles de la[...]

Tunisie - Aziz Krichen : "Marzouki est l'esclave de sa propre passion dévorante du pouvoir"

À quelques jours du second tour du scrutin présidentiel prévu le 21 décembre, Aziz Krichen, ancien ministre-conseiller en affaires politiques de Moncef Marzouki, analyse les récents changements[...]

Tunisie : Hamadi Jebali, à droite toute !

Déçu des orientations prises par Ennahdha, le dirigeant islamiste tunisien claque la porte du parti. Et prépare la suite... en essayant de doubler Marzouki sur sa droite.[...]

Tunisie : Nidaa Tounes dit avoir trouvé une majorité sans les islamistes

Le parti anti-islamiste Nidaa Tounès est en mesure de former une coalition majoritaire au Parlement pour gouverner sans avoir à nouer une alliance contre-nature avec les islamistes d'Ennahdha, a affirmé[...]

Mali : le Tunisien Mongi Hamdi nommé à la tête de la Minusma

Le ministre tunisien des Affaires étrangères, Mongi Hamdi, remplace le Néerlandais Bert Koenders à la tête de la Minusma, a annoncé vendredi un communiqué des Nations unies.  [...]

Tunisie : l'ancien Premier ministre Hamadi Jebali démissionne d'Ennahdha

C'est un petit tremblement de terre au sein d'Ennahdha. L'un de ses fondateurs, l'ancien Premier ministre Hamadi Jebali, a annoncé jeudi sa démission du parti islamiste.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers