Extension Factory Builder
17/07/2012 à 09:12
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
La nouvelle présidente de l'UA félicitée par son ex-mari Jacob Zuma. La nouvelle présidente de l'UA félicitée par son ex-mari Jacob Zuma. © AFP

L'Union africaine (UA) a réussi à doter sa Commission, organe-clé de l’institution, d'un président en nommant la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma. Cette élection permet à l'Afrique d'effacer le catastrophique échec de janvier et d'afficher une unité retrouvée. Elle devrait également laisser de profondes cicatrices.

La nouvelle présidente élue de la Commission, Nkosazana Dlamini-Zuma, a prêté serment dans la nuit du lundi 16 juillet, lors de la clôture du 19e sommet de l'Union africaine (UA). L’ancienne ministre de l’intérieur sud-africaine était suivie des Commissaires de sa nouvelle équipe, élus plus tôt dans la journée.

L'élection de Nkosazana Dlamini-Zuma est inédite à plusieurs titres. Pour la première fois, une femme accède à la présidence de la Commission, organe exécutif de l'UA. Pour la première fois aussi, le poste échoit à une grande puissance continentale, celles-ci s'abstenant jusqu'ici de postuler conformément à une loi non écrite.

Enfin, autre première, la présidence de la Commission et sa vice-présidence, où a été réélu le Kényan Erastus Mwencha, sont toutes deux occupées par des anglophones. Lors du précédent sommet, le président sortant, le Gabonais Jean Ping, n'avait pu réunir les 2/3 des suffrages requis au quatrième tour, où il était statutairement seul en lice après avoir devancé Nkosazana Dlamini-Zuma au tour précédent.

Déjouant les pronostics, l'ex-épouse du président sud-africain Jacob Zuma a cette fois mené le scrutin de bout en bout et réuni la majorité qualifiée au 4e tour. « Elle est sortie en tête au premier tour et a ensuite profité de l'élan. Les chefs d'État voulaient une décision », a expliqué à Addis Abeba Jakkie Cilliers, de l'Institut pour les Études de sécurité (ISS). Le président en exercice de l'UA, le Béninois Thomas Boni Yayi, a lui salué une victoire de « l'Afrique toute entière ».

Goût amer

Tout le monde n’était pas de cet avis, ce succès laissant même un goût amer à certains. « On peut parler de victoire pour l'Afrique, parce que nous avons avancé », a expliqué le vice-ministre kényan des Affaires étrangères Richard Onyonka, dont le pays soutenait la candidature de Jean Ping.  « Mais pour nous, il s'agit d'une victoire aigre-douce. Cette élection a créé une profonde division au sein de l'UA et ce n'était pas nécessaire », a ajouté M. Onyonka, « très gêné par les méthodes et le style de l'Afrique du Sud ». « Ils avaient le droit de présenter un candidat (...) mais il y a eu trop d'intimidation, de torsions de bras et de menaces » de la part des Sud-Africains, afin de s'assurer la victoire, a-t-il dénoncé.

« Il y a quand même un soulagement » au sein de l'UA après l'élection, note un diplomate occidental ayant requis l'anonymat. Mais la campagne « très dure et offensive » menée par les candidats « va laisser des traces et des rancœurs », surtout « si effectivement il y a eu des pressions de la part des Sud-Africains », a-t-il ajouté.

Il est trop tôt pour évaluer les conséquences sur l'UA de cette élection, note ce diplomate. Le scrutin semble avoir créé une scission entre petits et grands pays, mais aussi entre francophones et anglophones.

« Cela prendra du temps avant que nous mesurions les conséquences » de l'arrivée de Mme Dlamini-Zuma à la tête de la Commission, a confirmé Richard Onyonka, tout en s'interrogeant sur les intentions de l'Afrique du Sud.

« Pourquoi l'Afrique du Sud a-t-elle eu une attitude aussi acharnée envers cette élection? Quel est l'objectif de l'Afrique du Sud envers l'UA? (...) « Viennent-ils avec une stratégie consistant à contraindre les pays africains à exprimer la position sud-africaine? », a-t-il poursuivi.

Ambition africaine ou plus large?

Le vice-ministre s'est aussi demandé si l'ambition de Pretoria, déjà membre du G20, des Brics (groupe de puissances émergentes) et qui postule à l'éventuel futur siège permanent de l'Afrique au Conseil de sécurité de l'ONU, était africaine ou plus large.

Nkosazana Dlamini-Zuma s'est crue lundi soir obligée devant la presse de « faire le serment de (sa) loyauté » à l'Afrique et d'assurer qu'elle travaillerait pour « l'intérêt du continent dans son ensemble ».

L’influence, notamment économique,  de l’Afrique du sud le continent et le fait qu'elle ait fait fi de la règle non-écrite de la non-candidature des principales puissances continentales à la présidence de la Commission, font craindre que Pretoria n'utilise le poste que pour imposer ses vues et servir ses intérêts. « Les divisions guériront » et Nkosazana Dlamini-Zuma « sera une présidente ouverte », assure Jakkie Cilliers. Son élection a surtout apporté, selon lui, « de la clarté sur qui est aux commandes », après six mois de blocage.

(Avec AFP)
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Le nouveau monde arabe et nous

Article précédent :
Objectif Abidjan

Réagir à cet article

Continental

'Fessemania' : l'avant-garde de l'arrière-train africain

"Fessemania" : l'avant-garde de l'arrière-train africain

Les tenants de l’ordre esthétique mondial ont décidé que les grosses fesses étaient désormais à la mode. L’Afrique n’a pas attendu leur diktat…[...]

Après Zuma, Ramtane Lamamra à la tête de l'UA ?

Le mandat de l'actuelle présidente de la Commission de l'Union africaine (UA), la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma se termine en 2016. Et déjà, certains se pressent déjà à lui trouver[...]

Les fonds étrangers désormais accueillis à bras ouverts en Afrique

Les patrons africains sont nombreux à s'ouvrir à des investisseurs venus d'ailleurs, qui apportent de l'argent frais mais aussi l'expertise qui fera décoller leur entreprise.[...]

Renault voit l'Afrique depuis le golfe

Chez Renault, l'Afrique sera dorénavant dirigée depuis Dubaï, et non plus depuis la France. La nouvelle région Afrique - Moyen-Orient - Inde (AMI) est pilotée par Bernard Cambier.[...]

Carte interactive : l'Afrique francophone dans les missions de maintien de la paix

Depuis quelques années, les pays africains francophones participent de plus en plus à des opérations et missions de paix dans le monde. "Jeune Afrique" vous propose de découvrir si votre[...]

Réchauffement climatique : la carte des 15 lieux les plus menacés d'Afrique

À l'occasion du sommet sur le climat organisé le 23 septembre à New York par le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, "Jeune Afrique" publie sa carte des 15 lieux les plus[...]

Tunisie - Philippe Troussier : avec Sfax, "nous voulons remporter la Ligue des champions"

Dimanche à Kinshasa (RDC), Sfax se présentera avec l’étiquette de favori, lors de la demi-finale aller de la Ligue des champions face à l’AS Vita Club. Philippe Troussier,[...]

Qatar National Bank en Afrique, maintenant, c'est du sérieux !

L'entrée du groupe qatari dans le capital d'Ecobank a surpris tout le monde. Et selon les analystes, ce n'est qu'un début... Les géants du continent se laisseront-ils faire ?[...]

Stanley Nelson : "Obama n'a rien changé à la situation des Noirs"

Le réalisateur américain, Stanley Nelson, a présenté pour la première fois en France son documentaire "Freedom Summer" au Festival international des films de la diaspora[...]

FAO : 805 millions de personnes souffrent (encore) de la faim dans le monde

Dans un rapport publié mardi, l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) a indiqué qu'environ 805 millions de personnes souffraient encore de la famine dans le monde, malgré[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex