Extension Factory Builder
16/07/2012 à 17:57
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Pour Benkirane, le Printemps arabe est 'un évènement incroyable [qui] n'est pas encore terminé.' Pour Benkirane, le Printemps arabe est "un évènement incroyable [qui] n'est pas encore terminé." © AFP

L'actuel chef du gouvernement marocain, Abdelilah Benkirane, a été facilement réélu (85%) à la tête du Parti de la justice et du développement (PJD). Un résultat logique pour l'homme qui a mené son parti de l'opposition aux ministères.

À l'issue du septième congrès du Parti de la justice et du développement (PJD), Abdelilah Benkirane a été reconduit secrétaire général de la formation islamiste. Le vote, intervenu dimanche soir, a très largement porté l'actuel chef du gouvernement marocain à la tête du parti pour un deuxième mandat, après celui ouvert en 2008. Abdelilah Benkirane a recueilli plus de 85% des voix lors du scrutin secret, avec 2 240 voix.

Son unique concurrent était son prédécesseur (de 2004 à 2008) et actuel ministre des Affaires étrangères, Saadeddine El Othmani, qui a recueilli 346 voix (13%). El Othmani a été élu président du Conseil national (CN, parlement du parti), fonction qu'il occupe depuis 2008. Dans son discours de clôture, le patron des islamistes a remercié son concurrent pour avoir eu « le courage » de ne pas se désister. À l'issue des élections du Conseil national, les deux finalistes avaient en effet bénéficié des retrais des deux autres qualifiés : El Mostafa Ramid, ministre de la Justice, et Abdelaziz Rebbah, son confrère de l'Équipement.

Le discours du vainqueur s'est poursuivi sous forme de harangue en arabe classique, incitant les militants à continuer leur engagement « si Dieu le veut ». Puis le frère Benkirane a conclu dans la darija (arabe dialectal) qu'il affectionne : « Je vous promets de ne pas changer. Vous ne serez pas déçus. Nous voulons le bien pour notre pays, notre peuple et notre Roi. Dieu verra nos intentions et couronnera nos actions de succès. Il n'y a de victoire que de la part de Dieu ».

Printemps arabe

Organisé six mois après la nomination d'un gouvernement mené par le PJD, ce congrès était le premier grand rendez-vous avec les bases du parti. Près de 3 000 participants, venus de toutes les régions du royaume et même certains représentants des Marocains résidant à l'étranger (MRE), se sont serrées dans une salle du complexe sportif Moulay Abdellah à Rabat, étouffée par la chaleur.

Dans son discours d'ouverture, Benkirane a évoqué le Printemps arabe, « un évènement incroyable [qui] n'est pas encore terminé. » La thèse politique, votée lors du 7e congrès, s'attache aux modalités de la « construction démocratique »; après celle dédiée au « combat politique », prônée lors du précédent congrès en 2008.

L'absence de la délégation du parti socialiste (PS) français a été remarquée, mais elle s'explique par un cafouillage lors de l'envoi des invitations.

Une grande partie de ce texte analyse les changements produits par le Printemps arabe, avec des développements sur la Tunisie, l'Égypte, la Libye, le Yémen, mais aussi la Syrie, la crise dans ce pays étant très présente lors du week-end. Le parti avait, par ailleurs, invité des hôtes de marque, notamment le leader du Hamas palestinien, Khaled Mechaal et la militante yéménite et prix Nobel Tawakkol Karman. Si l'absence de la délégation du parti socialiste (PS) français a été remarquée, elle s'explique par un cafouillage lors de l'envoi des invitations.

Au-delà des mondanités, le congrès a permis de réunir la grande famille du parti, arrivé en tête des élections législatives de novembre 2011. Avec 107 sièges sur 395, les camarades de Abdelilah Benkirane réalisaient leur meilleur score électoral depuis leur première participation à un scrutin en 1997, l'année où les islamistes avaient fait leur entrée au Parlement marocain avec 9 députés.

Le nouveau chef du gouvernement (lequel compte 12 ministres PJD) a d'ailleurs rappelé aux congressistes le chemin parcouru, les enjoignant à reprendre le flambeau. Les instances du parti ont d'ailleurs été remaniées. Parmi les 160 membres élus du nouveau CN, 32% ont moins de 40 ans et si la parité n'est pas atteinte, environ 40% des membres du parlement du parti sont des femmes.

Relève

Objectif : préparer la relève sans changer une « équipe qui gagne », selon l'expression d'El Mostafa Ramid. En effet, la majorité des leaders du parti ont été élus, réélus ou désignés pour des postes dans les instances dirigeantes. Saadeddine El Othmani est reconduit à la tête du Conseil national. Lequel a élu les membres de l’instance qui représente l'exécutif du parti : le secrétariat général. On y trouve les ministres suivants, proposés par Benkirane : El Mostafa Ramid, Abdelaziz Rebbah, Bassima Hakkaoui (Solidarité, Femme et Famille), Mustapha El Khalfi (Communication), Lahcen Daoudi (Enseignement supérieur), Abdelaziz Amara (Industrie et Commerce), Idriss Azami El Idrissi (Budget).

À ceux-là s'ajoutent tous les autres ministres et des membres de droit. Enfin, le congrès a été l'occasion d'écarter quelques fortes têtes signalées par leurs déclarations fracassantes. Ainsi, les députés Abdelaziz Aftati (Oujda) et Mouqrî Abou Zaïd El Idrissi (El Jadida) sont sortis de la direction du parti. Ils faisaient partie des neuf élus de 1997…

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

Ramzi Boukhiam, un Marocain en quête de grand surf

Ramzi Boukhiam, un Marocain en quête de grand surf

Ce Marocain de 22 ans est l'un des très rares surfeurs africains à se signaler au niveau international. Son objectif, parvenir à se hisser parmi les meilleurs riders de la planète.[...]

"O Ka" : Souleymane Cissé le justicier

À partir de l'expulsion de ses soeurs de sa maison natale, le réalisateur malien revient sur l'histoire de sa famille. Un film engagé, tourné vers l'avenir.[...]

Polémique : "Much loved", le film de Nabil Ayouch, ne sera pas diffusé au Maroc

Déjà sujet à polémique en raison du sujet qu’il traite, le film de Nabil Ayouch reste au cœur des débats après que le gouvernement marocain, emmené par les islamistes du[...]

Que faut-il retenir de la visite de Mohammed VI au Sénégal ?

Le souverain marocain, Mohammed VI, quittera le Sénégal vendredi, après avoir signé de nombreux accords économiques.[...]

Festival de Fès - Alain Weber : "La musique est un peu une revanche pour l'Afrique"

Entretien avec Alain Weber, directeur artistique de la 21e édition du festival de Fès des musiques sacrées du monde.[...]

Ali Benmakhlouf : "À sa mort, le Prophète n'a laissé aucune directive"

Le penseur marocain en est persuadé : sans l'apport de la pensée arabe médiévale, le paysage intellectuel européen actuel ne serait pas ce qu'il est. Et pourtant qui le sait ? Dans un[...]

Mehdi Benatia : "Fier et heureux, avec le Bayern et avec le Maroc"

Recruté à l’été 2014 par le Bayern Munich pour 30 millions d’euros, Mehdi Benatia a remporté avec le championnat d’Allemagne le premier titre de sa carrière. À[...]

Maroc : un terroriste refoulé par la Grande-Bretagne sème la terreur à Rabat

 Les autorités britanniques ont refoulé de leur territoire un Marocain condamné pour terrorisme, le 21 mai, sans en informer le Royaume et provoquant un imbroglio diplomatique.  [...]

Gouvernement marocain : Mohand Laenser, l'insubmersible

Le 20 mai, Mohammed VI a nommé cinq nouveaux ministres à la place de ceux qui ont démissionné. Parmi eux, Mohand Laenser, l'indéboulonnable secrétaire général du Mouvement[...]

Bientôt une usine marocaine pour PSA Peugeot Citroën

Selon l'agence "Bloomberg", non démentie par PSA Peugeot Citroën, ce dernier prévoit d'ouvrir une usine au Maroc d'une capacité inférieure à 100 000 véhicules par[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers