Extension Factory Builder
16/07/2012 à 17:57
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Pour Benkirane, le Printemps arabe est 'un évènement incroyable [qui] n'est pas encore terminé.' Pour Benkirane, le Printemps arabe est "un évènement incroyable [qui] n'est pas encore terminé." © AFP

L'actuel chef du gouvernement marocain, Abdelilah Benkirane, a été facilement réélu (85%) à la tête du Parti de la justice et du développement (PJD). Un résultat logique pour l'homme qui a mené son parti de l'opposition aux ministères.

À l'issue du septième congrès du Parti de la justice et du développement (PJD), Abdelilah Benkirane a été reconduit secrétaire général de la formation islamiste. Le vote, intervenu dimanche soir, a très largement porté l'actuel chef du gouvernement marocain à la tête du parti pour un deuxième mandat, après celui ouvert en 2008. Abdelilah Benkirane a recueilli plus de 85% des voix lors du scrutin secret, avec 2 240 voix.

Son unique concurrent était son prédécesseur (de 2004 à 2008) et actuel ministre des Affaires étrangères, Saadeddine El Othmani, qui a recueilli 346 voix (13%). El Othmani a été élu président du Conseil national (CN, parlement du parti), fonction qu'il occupe depuis 2008. Dans son discours de clôture, le patron des islamistes a remercié son concurrent pour avoir eu « le courage » de ne pas se désister. À l'issue des élections du Conseil national, les deux finalistes avaient en effet bénéficié des retrais des deux autres qualifiés : El Mostafa Ramid, ministre de la Justice, et Abdelaziz Rebbah, son confrère de l'Équipement.

Le discours du vainqueur s'est poursuivi sous forme de harangue en arabe classique, incitant les militants à continuer leur engagement « si Dieu le veut ». Puis le frère Benkirane a conclu dans la darija (arabe dialectal) qu'il affectionne : « Je vous promets de ne pas changer. Vous ne serez pas déçus. Nous voulons le bien pour notre pays, notre peuple et notre Roi. Dieu verra nos intentions et couronnera nos actions de succès. Il n'y a de victoire que de la part de Dieu ».

Printemps arabe

Organisé six mois après la nomination d'un gouvernement mené par le PJD, ce congrès était le premier grand rendez-vous avec les bases du parti. Près de 3 000 participants, venus de toutes les régions du royaume et même certains représentants des Marocains résidant à l'étranger (MRE), se sont serrées dans une salle du complexe sportif Moulay Abdellah à Rabat, étouffée par la chaleur.

Dans son discours d'ouverture, Benkirane a évoqué le Printemps arabe, « un évènement incroyable [qui] n'est pas encore terminé. » La thèse politique, votée lors du 7e congrès, s'attache aux modalités de la « construction démocratique »; après celle dédiée au « combat politique », prônée lors du précédent congrès en 2008.

L'absence de la délégation du parti socialiste (PS) français a été remarquée, mais elle s'explique par un cafouillage lors de l'envoi des invitations.

Une grande partie de ce texte analyse les changements produits par le Printemps arabe, avec des développements sur la Tunisie, l'Égypte, la Libye, le Yémen, mais aussi la Syrie, la crise dans ce pays étant très présente lors du week-end. Le parti avait, par ailleurs, invité des hôtes de marque, notamment le leader du Hamas palestinien, Khaled Mechaal et la militante yéménite et prix Nobel Tawakkol Karman. Si l'absence de la délégation du parti socialiste (PS) français a été remarquée, elle s'explique par un cafouillage lors de l'envoi des invitations.

Au-delà des mondanités, le congrès a permis de réunir la grande famille du parti, arrivé en tête des élections législatives de novembre 2011. Avec 107 sièges sur 395, les camarades de Abdelilah Benkirane réalisaient leur meilleur score électoral depuis leur première participation à un scrutin en 1997, l'année où les islamistes avaient fait leur entrée au Parlement marocain avec 9 députés.

Le nouveau chef du gouvernement (lequel compte 12 ministres PJD) a d'ailleurs rappelé aux congressistes le chemin parcouru, les enjoignant à reprendre le flambeau. Les instances du parti ont d'ailleurs été remaniées. Parmi les 160 membres élus du nouveau CN, 32% ont moins de 40 ans et si la parité n'est pas atteinte, environ 40% des membres du parlement du parti sont des femmes.

Relève

Objectif : préparer la relève sans changer une « équipe qui gagne », selon l'expression d'El Mostafa Ramid. En effet, la majorité des leaders du parti ont été élus, réélus ou désignés pour des postes dans les instances dirigeantes. Saadeddine El Othmani est reconduit à la tête du Conseil national. Lequel a élu les membres de l’instance qui représente l'exécutif du parti : le secrétariat général. On y trouve les ministres suivants, proposés par Benkirane : El Mostafa Ramid, Abdelaziz Rebbah, Bassima Hakkaoui (Solidarité, Femme et Famille), Mustapha El Khalfi (Communication), Lahcen Daoudi (Enseignement supérieur), Abdelaziz Amara (Industrie et Commerce), Idriss Azami El Idrissi (Budget).

À ceux-là s'ajoutent tous les autres ministres et des membres de droit. Enfin, le congrès a été l'occasion d'écarter quelques fortes têtes signalées par leurs déclarations fracassantes. Ainsi, les députés Abdelaziz Aftati (Oujda) et Mouqrî Abou Zaïd El Idrissi (El Jadida) sont sortis de la direction du parti. Ils faisaient partie des neuf élus de 1997…

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

Maroc - Prix Draper : Rachid Yazami, 'Monsieur 100 000 Volts'

Maroc - Prix Draper : Rachid Yazami, "Monsieur 100 000 Volts"

Le chimiste Rachid Yazami a inventé les batteries au lithium qui font vivre nos téléphones. Il est le premier lauréat français, mais aussi africain, du prestigieux prix Draper.[...]

Maroc : un millier de migrants clandestins tentent en vain de passer la frontière à Melilla

Mercredi, un millier de migrants en provenance d'Afrique subsaharienne ont tenté de pénétrer dans l'enclave espagnole de Melilla au Maroc, ont annoncé les autorités locales. Leur tentative a[...]

Maroc : mort de Hassan II, la nuit du destin

À l'occasion des quinze ans de la mort de Hassan II, Jeune Afrique réedite quelques articles d'époque. Dans celui-ci, paru dans JA n° 2012 du 30 juillet au 9 août 1999, François Soudan[...]

Maroc : il y a quinze ans, la mort de Hassan II

Il y a tout juste quinze ans, le 23 juillet 1999, le roi du Maroc Hassan II s'éteignait à Rabat après trente-huit ans de règne. "Jeune Afrique" réédite un article de son n°[...]

Innovation : l'Afrique fait ses gammes

 La 7e édition de l'Indice mondial de l’innovation (GII) vient de paraître. Cette année, le rapport co-publié par l’organisation mondiale de la propriété intellectuelle[...]

Le Maroc, la présentatrice égyptienne et les travailleurs du sexe

Les Marocains dénoncent des assauts d’"antimarocanisme" primaire de la part des médias égyptiens. En cause : les scènes caricaturales d’une série télé et,[...]

Mohammed VI : mosquées marocaines sous surveillance

En interdisant aux imams toute activité politique ou syndicale, le roi du Maroc Mohammed VI renforce son ascendant sur les lieux de culte. Un processus entamé il y a plus de dix ans.[...]

Les secrets du succès des Chaabi

Il y a le père, Miloud, berger devenu milliardaire. Et ses enfants, qui règnent avec lui sur Ynna Holding, groupe présent de l'immobilier à la grande distribution. Visite d'un empire[...]

Maroc : au 23 morts dans l'effondrement d'immeubles à Casablanca

Après trois jours de recherches, les autorités marocaines ont annoncé, dimanche soir, qu'au moins 23 personnes sont mortes dans l'effondrement d'immeubles d'habitation à Casablanca le 12 juillet.[...]

Maroc : Espagnols cherchent travail

Fuyant le chômage et la crise, de nombreux Ibériques - toutes catégories sociales confondues - tentent leur chance au Maroc. Avec des fortunes diverses.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers