Extension Factory Builder
16/07/2012 à 17:57
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Pour Benkirane, le Printemps arabe est 'un évènement incroyable [qui] n'est pas encore terminé.' Pour Benkirane, le Printemps arabe est "un évènement incroyable [qui] n'est pas encore terminé." © AFP

L'actuel chef du gouvernement marocain, Abdelilah Benkirane, a été facilement réélu (85%) à la tête du Parti de la justice et du développement (PJD). Un résultat logique pour l'homme qui a mené son parti de l'opposition aux ministères.

À l'issue du septième congrès du Parti de la justice et du développement (PJD), Abdelilah Benkirane a été reconduit secrétaire général de la formation islamiste. Le vote, intervenu dimanche soir, a très largement porté l'actuel chef du gouvernement marocain à la tête du parti pour un deuxième mandat, après celui ouvert en 2008. Abdelilah Benkirane a recueilli plus de 85% des voix lors du scrutin secret, avec 2 240 voix.

Son unique concurrent était son prédécesseur (de 2004 à 2008) et actuel ministre des Affaires étrangères, Saadeddine El Othmani, qui a recueilli 346 voix (13%). El Othmani a été élu président du Conseil national (CN, parlement du parti), fonction qu'il occupe depuis 2008. Dans son discours de clôture, le patron des islamistes a remercié son concurrent pour avoir eu « le courage » de ne pas se désister. À l'issue des élections du Conseil national, les deux finalistes avaient en effet bénéficié des retrais des deux autres qualifiés : El Mostafa Ramid, ministre de la Justice, et Abdelaziz Rebbah, son confrère de l'Équipement.

Le discours du vainqueur s'est poursuivi sous forme de harangue en arabe classique, incitant les militants à continuer leur engagement « si Dieu le veut ». Puis le frère Benkirane a conclu dans la darija (arabe dialectal) qu'il affectionne : « Je vous promets de ne pas changer. Vous ne serez pas déçus. Nous voulons le bien pour notre pays, notre peuple et notre Roi. Dieu verra nos intentions et couronnera nos actions de succès. Il n'y a de victoire que de la part de Dieu ».

Printemps arabe

Organisé six mois après la nomination d'un gouvernement mené par le PJD, ce congrès était le premier grand rendez-vous avec les bases du parti. Près de 3 000 participants, venus de toutes les régions du royaume et même certains représentants des Marocains résidant à l'étranger (MRE), se sont serrées dans une salle du complexe sportif Moulay Abdellah à Rabat, étouffée par la chaleur.

Dans son discours d'ouverture, Benkirane a évoqué le Printemps arabe, « un évènement incroyable [qui] n'est pas encore terminé. » La thèse politique, votée lors du 7e congrès, s'attache aux modalités de la « construction démocratique »; après celle dédiée au « combat politique », prônée lors du précédent congrès en 2008.

L'absence de la délégation du parti socialiste (PS) français a été remarquée, mais elle s'explique par un cafouillage lors de l'envoi des invitations.

Une grande partie de ce texte analyse les changements produits par le Printemps arabe, avec des développements sur la Tunisie, l'Égypte, la Libye, le Yémen, mais aussi la Syrie, la crise dans ce pays étant très présente lors du week-end. Le parti avait, par ailleurs, invité des hôtes de marque, notamment le leader du Hamas palestinien, Khaled Mechaal et la militante yéménite et prix Nobel Tawakkol Karman. Si l'absence de la délégation du parti socialiste (PS) français a été remarquée, elle s'explique par un cafouillage lors de l'envoi des invitations.

Au-delà des mondanités, le congrès a permis de réunir la grande famille du parti, arrivé en tête des élections législatives de novembre 2011. Avec 107 sièges sur 395, les camarades de Abdelilah Benkirane réalisaient leur meilleur score électoral depuis leur première participation à un scrutin en 1997, l'année où les islamistes avaient fait leur entrée au Parlement marocain avec 9 députés.

Le nouveau chef du gouvernement (lequel compte 12 ministres PJD) a d'ailleurs rappelé aux congressistes le chemin parcouru, les enjoignant à reprendre le flambeau. Les instances du parti ont d'ailleurs été remaniées. Parmi les 160 membres élus du nouveau CN, 32% ont moins de 40 ans et si la parité n'est pas atteinte, environ 40% des membres du parlement du parti sont des femmes.

Relève

Objectif : préparer la relève sans changer une « équipe qui gagne », selon l'expression d'El Mostafa Ramid. En effet, la majorité des leaders du parti ont été élus, réélus ou désignés pour des postes dans les instances dirigeantes. Saadeddine El Othmani est reconduit à la tête du Conseil national. Lequel a élu les membres de l’instance qui représente l'exécutif du parti : le secrétariat général. On y trouve les ministres suivants, proposés par Benkirane : El Mostafa Ramid, Abdelaziz Rebbah, Bassima Hakkaoui (Solidarité, Femme et Famille), Mustapha El Khalfi (Communication), Lahcen Daoudi (Enseignement supérieur), Abdelaziz Amara (Industrie et Commerce), Idriss Azami El Idrissi (Budget).

À ceux-là s'ajoutent tous les autres ministres et des membres de droit. Enfin, le congrès a été l'occasion d'écarter quelques fortes têtes signalées par leurs déclarations fracassantes. Ainsi, les députés Abdelaziz Aftati (Oujda) et Mouqrî Abou Zaïd El Idrissi (El Jadida) sont sortis de la direction du parti. Ils faisaient partie des neuf élus de 1997…

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

L'Afrique part à la pêche aux 'islamodollars'

L'Afrique part à la pêche aux "islamodollars"

Au Maghreb comme au sud du Sahara, les produits financiers compatibles avec la charia se multiplient. Autant de vecteurs qui permettent aux pays du Golfe d'investir dans les infrastructures.[...]

Racisme au Maroc : à Tanger, un pogrom anti-migrants fait au moins un mort

À Tanger, une expédition sauvage menée par des Marocains contre des migrants à fait au moins un mort, le 29 août. Un drame qui met à nouveau en lumière le problème du racisme[...]

Maroc : les maraîchers disent "merci Poutine"

Depuis que Moscou a décrété un embargo sur les importations en provenance de l'Union européenne, les agriculteurs marocains s'organisent pour profiter de ce marché estimé à[...]

Le Maroc "solidaire" des pays touchés par Ebola au nom de sa politique africaine

Avec la suspension des vols d'Air France vers la Sierra Leone, le Maroc est le dernier pays à desservir de manière régulière les trois principaux pays frappés par l'épidémie[...]

Algérie - Maroc : la déchirure

Tranchées d’un côté, clôture de l’autre. Alors que le fossé entre les deux voisins ne cesse de se creuser, "Jeune Afrique" a enquêté, vingt ans après la[...]

Maroc : Rabat rêve de lumières

Confinée de longue date au statut de ville administrative, la capitale du Maroc se rêve en cité internationale de la culture et du savoir.[...]

Mariage au Maroc : quand la haute fait la noce

Ils font rarement la une des journaux, mais les mariages entre grandes familles sont une tradition bien établie dans le royaume. Une façon de perpétuer richesse, pouvoir et rang social.[...]

Justice : brèche humanitaire entre le Maroc et la France

Selon un responsable du ministère marocain de la Justice, le royaume chérifien s'apprête à transférer en France des détenus français.[...]

Ces magnats africains qui dament le pion aux multinationales

Ils ont mis en place des services, une production et une distribution locale : une poignée d'hommes d'affaires dominent leur marché et partent à la conquête du continent.[...]

Algérie - Maroc : vingt ans après, faut-il rouvrir la frontière commune ?

Vingt ans après sa fermeture, la frontière commune entre le Maroc et l'Algérie n'est toujours pas rouverte. Une situation préjudiciable pour les deux États qui se contentent, pour l'instant, de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex